WNBA

Maya Moore : l’amour du jeu et de l’engagement

Il y a un an jour pour jour, Maya Moore était à Paris pour représenter, aux côtés de plusieurs joueurs NBA dont Russell Westbrook et Carmelo Anthony, la Jordan Brand sur le sol français. Elle était venue assister au concours de Dunk du célèbre tournoi du Quai 54 qui se déroulait aux pieds de la tour Eiffel. Pour cet anniversaire, nous voulions vous présenter cette joueuse combative sur et en dehors des terrains, quatre fois championne WNBA en huit saisons passées sous les couleurs du Lynx du Minnesota.

À l’heure où nous écrivons ces quelques lignes, nous apercevons de nombreuses stars NBA prendre la parole au sujet de la reprise prévue fin juillet à Orlando. Par exemple, on peut entendre le mécontentement de Kyrie Irving depuis plusieurs semaines ou encore s’attendre à ce que d’autres joueurs refusent de fouler de nouveau les parquets. Pour certains, l’heure n’est pas à la reprise de la compétition, mais plutôt à combattre les violences policières et le racisme au sein des États-Unis. C’est notamment le cas de Natasha Cloud et LaToya Sanders, championnes WNBA avec les Mystics en 2019, qui ont annoncé hier leur renoncement à la saison 2020.

Pour d’autres, les mesures prises par la NBA pour protéger ses athlètes ne permettent pas de jouer dans des conditions optimales. Nous verrons d’ici quelques jours quels seront ces joueurs, qui ne se présenteront pas pour terminer l’exercice 2019-20. Un choix à signaler avant le 24 juin prochain.

Justement, c’est là où notre star de la WNBA intervient ! S’il y a une personne dans l’univers de la balle orange qui va jusqu’au bout de ses engagements, c’est bien Maya Moore.

Joindre les actes à la parole

Moore a mis sa carrière entre parenthèses l’année passée avant même de commencer la saison WNBA 2019. Elle a su prendre du temps pour se consacrer à ses proches, mais aussi à son combat. Un désir qu’elle évoquait à l’époque dans une lettre ouverte publiée dans The Players’ Tribune.

« Le succès que j’ai connu dans le basket me laisse sans voix à chaque fois que j’y pense. Mais l’aspect principal grâce auquel je mesure mon succès dans la vie est quelque chose que je ne peux pas exprimer très souvent à travers le basket professionnel. Je mesure mon succès en me demandant si j’ai atteint pleinement mon but dans la vie. Et j’ai appris il y a bien longtemps que mon but était de découvrir Jésus et de le faire connaitre. »

Cette année de pause, Maya l’a mise au profit d’une noble cause : la libération de Jonathan Irons. Incarcéré sans preuve évidente depuis 1997, Irons a été condamné à 50 ans de prison pour un crime qu’il n’avait pas commis (cambriolage et agression). Maya Moore a donné son temps pour que le cas de cet individu, rencontré en 2007, soit examiné équitablement par la justice.

La joueuse avait également pour but d’attirer l’attention sur l’inconduite du procureur qui avait, au moment des faits, envoyé à tort un adolescent de 16 ans en prison. Après plusieurs mois de combat, elle réussit à faire libérer le malheureux accusé afro-américain, jugé un jury entièrement blanc à l’époque. Jonathan Irons dira de Maya Moore qu’elle lui a « sauvé la vie ». Cette dernière n’y croit d’ailleurs pas lorsqu’elle a apprend, lors du nouveau jugement de Jonathan, la décision de casser certaines des accusations qui lui était adressées, lui permettant ainsi de retrouver sa liberté.

Maya Moore sur les parquets

Pour comprendre un peu mieux de quelle joueuse phénoménale nous parlons, il suffit de jeter un œil à son palmarès, qui parle pour elle. Une fois ce tour fait, la classant parmi les plus grandes joueuses de l’histoire de notre sport, allez donc dévorer ses highlights et admirez son élégance et ses actions clutchissimes !

Sélectionnée en première position à la Draft WNBA 2011, elle s’impose dès ses débuts dans la ligue en remportant le titre WNBA avec Minnesota, ainsi que celui de la Rookie de l’année sur le plan individuel. Forte de sa popularité, elle est d’ailleurs sélectionnée dans le 5 majeur du All-Star Game et rejoint, comme nous l’avons dit plus tôt, la Jordan Brand.

Sacrée année 2011 pour Maya, même si son armoire à trophée est déjà bien remplie. Un an avant son entrée dans la grande ligue, elle remporte le championnat NCAA pour la seconde fois avec UConn et est nommée athlète universitaire de l’année aux ESPY Awards de 2010. Un début de carrière très prometteur qui se poursuit de la meilleure des manières au fil des années.

En WNBA, ce n’est pas moins de six apparitions en Finales que Moore offre à la franchise de Minneapolis. Une ville qui peut remercier son équipe féminine pour la faire briller dans le monde du Basket-ball ! À méditer pour les fans des Wolves. Pour des moyennes de points tournants aux alentours des 19 par match durant ses huit saisons et des records au scoring, Maya Moore a su marquer… les esprits ! Plusieurs fois par saison, Maya réalise des performances qui l’élèvent parmi les plus grands noms du basket-ball féminin américain. Pour ne citer qu’un de ses coups de chaud, elle marque à deux reprises plus de 40 points au cours d’une même saison, comme l’avaient fait avant elle seulement deux joueuses : Diana Taurasi et Katie Smith — rien que ça.

Son Career High en 2013

Comme bon nombre de joueuses professionnelles américaines, elle a dû s’exporter et trouver un meilleur salaire loin de ce qu’avait à lui offrir la WNBA. Dans ses mois passés à l’étranger, on notera une saison à plus de 37 points de moyenne par match au sein de l’équipe chinoise Shanxi Xing Rui Flame et un titre national remporté en 2013. Au niveau européen ensuite, elle a su faire briller ses équipes à chaque passage. Victorieuse de deux titres d’Euroligue en 2012 et 2018 dans les deux équipes dans lesquelles elle a joué, Moore a véritablement réussi à s’imposer à tous les niveaux.

Enfin, sous le maillot de Team USA, elle a su mettre ses talents à profit du meilleur collectif féminin de Basket-ball de la planète. Avec deux médailles olympiques dorées autour de son cou et un championnat du monde 2014 en poche — en étant élue meilleure joueuse du tournoi — Maya Moore, c’est du très lourd. Mais ça, je crois que vous commenciez à le comprendre !

Voilà un court portrait de Maya Moore, une basketteuse — comme beaucoup d’autres — qui mériterait d’être mise en lumière bien plus souvent. Elle a d’ailleurs inspiré de nombreuses stars NBA à s’engager davantage dans des combats sociaux pour lutter contre les injustices raciales. Préférant mettre sa carrière sportive entre parenthèses alors qu’elle était au sommet de celle-ci, Maya Moore est un exemple pour nous tous.

Photo : Hannah Foslien/Getty Images

Commenter

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

En haut