NBA

Lakers – Celtics : Une rivalité toujours d’actualité

Ce dimanche, la ligue avait choisi une affiche digne des plus grands soirs, rappelant la plus belle rivalité de l’histoire de la NBA. Chamberlain contre Russell, Magic contre Bird, Kobe face au Big Three des Celtics… à toute époque, les Lakers et les Celtics se livrent une guerre sans merci.

Pour cette énième bataille, et ce malgré un prodigieux Jayson Tatum (41 points), les verts laissent filer la victoire dans cette confrontation opposant deux adversaires mythiques. Notons que l’ombre de Kobe Bryant planait sur le Staples Center lors de cette rencontre qui s’est soldée sur le score de 114 à 112.

Bill Russell en pourpre et or

Image particulièrement forte, elle restera gravée dans la mémoire des fans comme un symbole de l’héritage de Kobe Bryant, au-delà de toute rivalité et de toute histoire. Bill Russell, le plus vert des Celtics, portait hier le numéro 24 de Kobe Bryant, ce qui revêtait évidemment un sens particulier pour ce match. Le légendaire pivot a rendu hommage à la star partie subitement le 26 janvier 2020 par ce geste.

Photo : EPA

Le banc des Lakers

Les Lakers se montrent très agressifs dès l’entame du match, ils attaquent la raquette friable des Celtics. Les Lakers pratiquent un basket défensif, avec des grands qui courent pour s’imposer à l’intérieur, à l’image de Mcgee et Howard. Sur jeu rapide ou sur jeu posé, LeBron James crée les décalages et distribue en rythme les ballons à ses coéquipiers. Après avoir essuyé un revers mémorable lors de la première confrontation au TD Garden, le numéro 23 des Lakers veut prendre sa revanche et s’y attèle dès le début de la rencontre. Les hommes de Frank Vogel mènent 12 à 3 après 5 min 30 s de jeu. Ils dominent clairement grâce à leur défense, tandis que les attaques des deux équipes ont du mal à se mettre en place.

Un match à 12 h ne favorise pas le spectacle et les organismes doivent se trouver le rythme. Rondo, KCP et Howard rentrent à la fin de ce premier acte pour redynamiser l’attaque des Lakers. Le premier remplira cette mission à la perfection. Il enchaîne interceptions et déflexions décisives, et complète avec des passes magiques à l’instar de celle donnée dans le dos pour Anthony Davis. L’ancien meneur de Boston termine la confrontation avec 4 points, mais surtout 5 assists et 5 interceptions en 22 min de jeu. Dwight Howard réalise lui aussi une très bonne entrée. Il provoque rapidement des fautes en allant au rebond offensif. Il termine la rencontre avec 10 points, 7 rebonds et un joli 4 sur 5 aux lancers francs. L’ancien du Magic apporte de l’impact physique et met en difficulté la défense adverse. Le banc inscrit 16 points, alors que celui des Celtics demeure à 0. Malgré des remplaçants aux abonnés absents, les Celtics résistent très bien grâce à leurs titulaires. Dans le deuxième quart-temps, les joueurs de Boston restent collés au score sans toutefois réussir à prendre l’avantage. À chaque fois que les coéquipiers de Jayson Tatum se rapprochent, les Lakers en remettent une couche pour maintenir l’écart.

Tatum rend hommage à son mentor

À 3 min 46 s de la fin de la mi-temps, l’ailier commence à prendre le jeu à son compte. Grâce à des spin moves et des changements de rythme, il parvient à faire perdre les pédales à la défense des Lakers. Heureusement que le néo All-Star est sorti de sa boite, car ses coéquipiers rentrent dans le rang à l’image d’un Jaylen Brown très timide et pas vraiment en réussite. Brown termine tout de même la rencontre avec 20 points à 42,1 % aux tirs, 6 rebonds et 2 passes décisives. À contrario, Jayson Tatum étale son talent et émerveille les spectateurs par son jeu offensif. Le disciple de Kobe Bryant ramène les Celtics à deux points, 56-54 au moment de repartir au vestiaire.

La pause ne refroidit pas l’ancien de Duke, il plante 9 points de suite pour guider les siens. La défense des Lakers alterne entre Kuzma, Davis, KCP, mais rien n’y fait. Le garçon multiplie les actions spectaculaires : 3 points en Step Back sur la tête de Davis, dunk sur Green et pénétrations tout en finesse. Il est clairement dans la zone à ce moment-là du match. Les Celtics sont partis sur les chapeaux de roues en ce début de deuxième période. Ils créent un petit écart de 7 points à 8 min de la fin du 3e quart-temps : 65-72 ; Tatum est déjà à 35 points à 11-16 aux tirs. De l’autre côté, Kyle Kuzma, auteur de 16 points, agresse immédiatement le cercle comme en début de confrontation. Profitant de son avantage de taille, le 5 des Lakers reprend l’ascendant. Les deux équipes sont au coude à coude. Elles se rendent coup pour coup en attaque comme en défense. L’intensité du match monte d’un cran, ce qui nous promet un dernier acte palpitant.

Le King en patron

Après 11 minutes de jeu sous haute tension, les deux équipes se tiennent sur une possession. Il ne reste plus qu’une minute à jouer et le score est de 108 à 110 pour les visiteurs. Dans ce match sensationnel qui a connu de multiples changements de leaders, les Lakers sont dos au mur et doivent impérativement recoller au score. Lebron James transforme alors un lancer sur deux, s’ensuit une grosse bataille au rebond sur le lancer manqué. On ne sait pas qui de Davis et Smart touche le ballon en dernier. Les arbitres donnent la balle aux Lakers, mais l’ex-coach de l’université de Butler conteste cette décision et utilise son challenge. La possession reste en faveur des Lakers.

La suite, les spectateurs du match s’en souviennent. Isolation pour LeBron James au poste bas, qui enchaîne sur un fadeway très impressionnant. 111 à 110 pour les jaunes et violets. Theis sort pour 6 fautes et cède sa place à Grant Williams, Davis transforme les deux lancers offerts sur un plateau… Il reste 12,3 secondes et sur la touche les Lakers font tout de suite faute sur Williams. Le rookie met ses deux lancers, un point sépare alors les deux équipes. Temps morts Lakers et, juste après, les Celtics les imitent en faisant faute sur Davis qui fait 50 % aux lancers. 112 à 113 à 6 secondes de la fin, Marcus Smart passe le ballon à Tatum qui shoot trop tard à trois points. Le match se solde donc sur le score de 114 à 112.

Le contrat est rempli pour la bande à LeBron (29 points). Elle a su faire face à un remarquable Jayson Tatum, auteur d’un Statement Game à 41 points (60 % aux tirs) et 5 rebonds. Avec cette prestation, il met un point d’exclamation sur un mois de février au sommet, lors duquel il marque 30 points de moyenne. Les Celtics avaient le match en main, mais quittent le Staples Center avec amertume.

Photo : Katelyn Mulcahy/Getty Images

Commenter

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

En haut