NBA

MIP Ranking – Décembre 2019 : Profils atypiques

Photo : Kevin Winter/Getty Images for Turner Sports

Alors que la NBA a repris depuis maintenant six semaines, les courses aux trophées reprennent de plus belle. MVP, ROY, DPOY, COY, 6thMOY, MIP… qui seront les nouveaux élus ? Aujourd’hui, focus sur les meilleures progressions individuelles de ce début de saison. Qui pour succéder à Pascal Siakam pour le trophée de Most Improved Player ? C’est l’heure de faire le point après un mois de compétition.

5. BAM ADEBAYO (MIAMI HEAT)

Photo : Issac Baldizon via Getty Images

Bilan :

– 4ème de la conférence EST
– 12 victoires – 5 défaites

Statistiques en carrière :

8,6 points – 6,8 rebonds – 2,1 passes – 0,8 interception – 0,8 contre à 51% aux tirs et 71% aux lancers francs en 22,7 minutes.

Statistiques 2018-2019 :

8,9 points – 7,3 rebonds – 2,2 passes – 0,9 interception – 0,8 contre à 57% aux tirs et 73% aux lancers francs en 23,3 minutes.

 Statistiques 2019-2020 :

14,3 points – 10,3 rebonds – 4,3 passes – 1,6 interceptions – 1,3 contres à 60% aux tirs et 65% aux lancers francs en 32 minutes.

Cantonné à un rôle en sortie de banc – derrière Hassan Whiteside – au cours ses deux premières saisons en NBA, Bam Adebayo se voit attribuer une place de titulaire après le transfert de son ancien coéquipier vers les Blazers. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’intérieur confirme les espoirs entrevus les années passées. Auteur d’un très bon début de saison, il a augmenté ses moyennes dans toutes les catégories statistiques. Le pivot est un élément clé du système d’Erik Spoelstra. En attaque, son ancrage au poste bas permet de mettre en évidence sa vision de jeu et ses qualités de passeurs fluidifiant ainsi le jeu collectif de Miami. Mais l’importance d’Adebayo s’exprime surtout défensivement. En effet, l’intérieur est un élément essentiel de la bonne défense du Heat, en atteste ses statistiques aux rebonds, aux interceptions et aux contres qui permettent à Miami d’être 5e en Defensive Rating. Avec ces nouvelles responsabilités et l’augmentation significatives de son temps de jeu (presque + 10 minutes), la progression de l’intérieur est indiscutable et fait de lui, un des possibles candidats au trophée de M.I.P. à la fin de la saison.

Performance marquante de quinze derniers jours : 21 points, 13 rebonds, 5 passes à 8-14 aux tirs et 5-5 aux lancers-francs face au Hornets (25/11).

4. JAYLEN BROWN (BOSTON CELTICS)

Photo : Brian Babineau/NBAE via Getty Images

Bilan :

– 2ème de la conférence EST
– 13 victoires – 4 défaites

Statistiques en carrière :

11,7 points – 4,1 rebonds – 1,3 passes – 0,8 interception – 0,3 contre à 46% aux tirs – 36,5% à 3 points et 66% aux lancers-francs en 25 minutes.

Statistiques saison 2018-2019 :

13 points – 4,2 rebonds – 1,4 passes – 0,9 interceptions – 0,4 contre à 46% aux tirs – 34% à 3 points et 66% aux lancers-francs en 26 minutes.

Statistiques saison 2019-2020 :

19,2 points – 7,2 rebonds – 2,2 passes – 1,1 interceptions / 0,2 contre à 48% aux tirs – 36% à 3 points et 74% aux lancers francs en 33 minutes.

Utilisé dans un rôle plutôt défensif depuis le début de sa carrière, l’été 2019 sera celui du changement pour l’arrière de Boston. Une Coupe du Monde avec Popovich et une prolongation contractuelle plus tard, le jeune Celtic offre le meilleur début de saison de sa carrière. Avec une moyenne de points et de rebonds en nette progression, Jaylen Brown répond aux attentes placées en lui. Ses progrès en attaque (notamment aux tirs et aux lancers francs) lui permettent de jouer un rôle bien plus important dans le système de Brad Stevens. Il est l’un des éléments fondamentaux du très bon début de saison de Boston.

Performance marquante des quinze derniers jours : 22 points – 10 rebonds – 2 passes – 3 interceptions à 9-15 aux tirs, 2-6 à 3 points contre Brooklyn (27/11).

3. BRANDON INGRAM (NEW-ORLEANS PELICANS)

Photo : Jonathan Bachman/Getty Images

Bilan :
– 12ème de la conférence Ouest
– 6 victoires – 12 défaites

Statistiques en carrière :

14,7 points – 4,9 rebonds – 3 passes – 0,8 interception – 0,3 contre à 46% aux tirs – 34,2% à 3 points et 67% aux lancers francs en 31 minutes.

Statistiques saison 2018 – 2019 :

18,3 points – 5,4 rebonds – 3 passes – 0,5 interception – 0,6 contre à 49% aux tirs – 33% à 3 points et 67,5 % aux lancers francs en 34 minutes.

Statistiques saisons 2019-2020 :

25,9 points – 7,4 rebonds – 4 passes – 0,8 interception – 1 contre à 48% aux tirs – 42,2% à 3 points et 81% aux lancers francs en 33 minutes.

Le numéro 2 de la draft 2016 a mis du temps avant d’exploiter tout son potentiel. L’ailie – l’une des pièces centrale du trade d’Anthony Davis – s’épanouit totalement dans sa nouvelle franchise. Au-delà de l’augmentation de ses moyennes statistiques, c’est la compréhension du jeu et en ses capacités qui impressionnent. Il était frustrant de voir cet ailier de 2m06 de ne pas profiter de ses qualités physiques pour scorer. Ingram a réellement progressé dans son body control qui lui permet de mieux résister au contact quand il drive vers le cercle. Mais l’ancien Angelinos a également travaillé et renforcé sa technique, en témoignent ses progrès aux tirs à 3 points et aux lancers francs, faisant de lui un ailier de plus en plus complet. Il est l’un des favoris désignés pour obtenir ce trophée à la fin de la saison. Attention tout de même, le bilan collectif des Pelicans pourrait être un frein dans la tête des votants.

Performance marquante des quinze derniers jours : 28 points – 8 rebonds – 5 passes – 1 interception – 2 contres à 9-19 aux tirs, 3-6 à 3 points contre Phoenix (21/11).

2. PASCAL SIAKAM (TORONTO RAPTORS)

Photo : Steve Russell/Toronto Star via Getty Images

Bilan :
– 2ème de la conférence Est
– 14 victoires – 4 défaites

Statistiques en carrière :

11,5 points – 5,3 rebonds – 2,1 passes – 0,8 interception – 0,8 contre à 52% aux tirs – 32% à 3 points et 75% aux lancers francs en 24,5 minutes.

Statistiques saison 2018-2019 :

16,9 points – 5,1 rebonds – 3 passes – 0,9 interception – 0,7 contre à 54% aux tirs – 37% à 3 points et 78% aux lancers francs en 32 minutes.

Statistiques saison 2019-2020 :

25,7 points – 8,4 rebonds – 4 passes – 0,8 interception – 0,8 contre à 47% aux tirs – 37 % à 3 points et 83% aux lancers francs en 37 minutes.

Fait rarissime en NBA, le M.I.P. de la saison 2019 est un candidat à sa propre succession. Et pour cause, le début de saison du nouveau franchise player des Raptors est tout simplement monstrueux. A la suite du départ de Kawhi Leonard, Masaï Ujiri et Nick Nurse ont décidé de lui donner les clés du jeu et de la franchise. Après 1 mois de compétition, Pascal Siakam est en nette progression dans quasiment toutes les catégories statistiques. En effet, ses progrès dans le contrôle du jeu, son tir, sa technicité balle en main, ses moves au post font de lui un joueur de plus en plus difficile à défendre. Avec son début de saison, le Camerounais est également cité dans la course au MVP au vu de l’excellent parcours de Toronto. Bémol, personne n’a jamais gagné deux fois ce trophée depuis qu’il existe.

Performance marquante des quinze derniers jours : 31 points – 8 rebonds – 2 passes à 12-22 à 5-8 à 3 points contre New-York (27/11).

1. LUKA DONCIC (DALLAS MAVERICKS)

Photo : Ronald Martinez/Getty Image

Bilan :
– 5ème de la conférence Ouest
– 12 victoires – 6 défaites

Statistiques en carrière :

22,9 points – 8,2 rebonds – 6,6 passes – 1,1 interceptions – 0,3 contre à 44% aux tirs – 32% à 3 points et 74% aux lancers francs en 32 minutes.

Statistiques saison 2018-2019 :

21,2 points – 7,8 rebonds – 6 passes – 1,1 interceptions – 0,3 contre à 42% aux tirs – 32% à 3 points et 71% aux lancers francs en 32 minutes.

Statistiques saison 2019-2020 :

30,8 points – 9,9 rebonds – 9,6 passes – 1,4 interceptions – 0,2 contre à 49% aux tirs – 32% à 3 points et 82% aux lancers francs en 34 minutes.

Luka Doncic est sans aucun doute la sensation de ce début de saison. En effet, le jeune Slovène détruit tout sur son passage. Deuxième plus jeune joueur de l’histoire à obtenir un triple double avec 40 points (avec LeBron James). Deuxième plus jeune joueur à atteindre la barre des 2000 points en carrière (derrière Michael Jordan mais devant LeBron James et Kevin Durant). Troisième joueur à terminer en triple double sur un mois entier en ayant inscrit plus de 30 points de moyenne, rejoignant ainsi Oscar Robertson et Russell Westbrook dans cette catégorie statistique. Ses capacités physiques – considérées comme un point faible la saison dernière – est en progression, notamment sa résistance à la prise de contact quand il drive vers le cercle. Mais ce qui impressionne le plus, Doncic a également travaillé et renforcé ses points forts tels que sa vision de jeu, son dribble et sa sélection de tirs, ce qui fait aujourd’hui de lui un joueur quasiment indéfendable. Le souci ? Ce trophée n’est presque jamais délivré à un joueur sophomore.

Performance marquante des quinze derniers jours : 41 points – 6 rebonds – 10 passes – 2 interceptions à 15-30 aux tirs à 5-14 à 3 points contre Houston (24/11).

Pour l’instant, nous avons une jolie course à trois pour le trophée meilleure progression de l’année. Sur le plan individuel et sur celui de l’image, Luka Doncic a tout du favori. Mais le fait d’être sophomore pourrait lui être nuisible dans le résultat final. Pascal Siakam, lauréat de la saison dernière, fait un candidat crédible à sa propre succession. Mais jamais dans l’histoire ce trophée n’est revenu deux fois à la même personne. Brandon Ingram à tous les atouts pour triompher en juin prochain, seul le bilan collectif pourrait lui être préjudiciable. En tous cas, L’Analyste suivra évidemment cette course palpitante dans les prochaines semaines.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

To Top