FIBA

Un espoir français renonce à la Draft 2020

Photo : Sarah Stier/Getty Images

2020 pourrait être l’année des Français à la Draft de la NBA. Killian Hayes et Théo Maledon – attendus parmi les meilleurs prospects internationaux cette année – ainsi que Malcolm Cazalon, représenteront notamment l’hexagone lors de cet événement. Mais l’un d’entre eux, le jeune espoir Matthieu Gauzin, a décidé de prendre un peu plus de temps et de se présenter à la Draft de 2021. Explications.

À 18 ans, Gauzin joue avec Le Mans Sarthe Basket en Jeep Elite, au plus haut niveau de compétition en France. Jeune espoir attendu à la Draft 2020, il a décidé de remettre à plus tard sa traversée de l’Atlantique. Interrogé par The Athletic, le Manceau ne laisse aucun doute planer sur cette décision :

« Je ne suis certainement pas prêt », dit-il en haussant les épaules. « Je ne suis pas prêt. »

Le natif de Bourges a signé au Mans à ses 15 ans. Au cours des deux dernières saisons, sur 58 rencontres en championnat espoirs, il inscrivait 13.4 points, 4.8 rebonds et 4.2 passes par match. Néanmoins, avec 36.9% au tir dont 30.9% à trois points et 3.7 ballons perdus par match, son jeu manquait encore de précision.

Cette année, en Jeep Elite, Gauzin pu jouer 87 minutes en 8 matchs. Avec un total de 16 points à 5-17 au tir, 5 passes pour 9 ballons perdus et une faute toutes les cinq minutes, le jeune joueur se heurte à un mur. Le coach du Mans, Dounia Issa, a déclaré vouloir lui donner « l’opportunité de faire ses preuves ». Néanmoins, le bilan catastrophique de l’équipe – actuellement 15e de la ligue sur 18 – le pousse à accorder plus de temps de jeu à des joueurs plus expérimentés. Fort heureusement, Gauzin a conscience du problème :

« Je dois être meilleur en France pour prouver que je peux jouer en NBA », déclare-t-il, toujours à The Athletic. « Je dois d’abord réussir en France avant de penser à la suite. »

Photo : Philippe Baudet/FIBA

Malgré tout, le meneur était projeté à la 51e place de la dernière mock Draft d’ESPN. Il a également été décrit par NBADraft.net comme l’un des meilleurs prospects internationaux. Gauzin avait notamment su s’illustrer au Basketball Without Borders Global Camp de Charlotte en Février, à la Coupe d’Europe U18 et la coupe du monde U17. Mais le joueur et son agent – Bona N’Diaye, qui représente également Nicolas Batum, Evan Fournier et Rudy Gobert – s’accordent sur le fait que le joueur doit continuer sa formation en France. En repoussant sa candidature à la Draft, il espère notamment se développer sur le plan physique, mais aussi travailler sur son tir et son jeu en pick-and-roll. Il a conscience qu’il doit gagner en maturité avant de rejoindre la meilleure ligue de basketball du monde.

« Au début de la saison, je pensais que je serais prêt pour la Draft et que j’aurais une très bonne saison, » ajoute-t-il. « Mais on a joué le premier match, et je n’avais pas la sensation que j’allais dominer et jouer beaucoup. »

Avant de signer au Mans, Gauzin a considéré divers possibilités, et notamment celle d’un départ en Espagne. Il a aussi pensé rejoindre directement les États-Unis en passant par l’Université. D’ailleurs, le meneur garde un œil sur la ligue universitaire nord-américaine en regardant les matchs de Duke, Louisville et Michigan State. Mais la perspective de continuer sa formation dans son pays d’origine, à seulement trois heures de route de chez ses parents, semblait plus séduisante. Cela lui a notamment permis de terminer lycée tout en jouant pour un club qui comte déjà cinq titres de champions. Gauzin a préféré marcher sur les traces de Batum, Fournier et Gobert plutôt que de prendre le risque d’échouer dans le système américain.

« J’observe les joueurs français (qui vont l’université aux USA) : la première année est difficile, la seconde l’est aussi, la troisième est meilleure et la quatrième est bonne. Quatre ans pour être le dernier choix du deuxième tour ? Non, très peu pour moi. »

En prenant une telle décision, le meneur de 18 ans fait preuve d’une grande maturité. Matthieu Gauzin garde patience, il tentera sa chance en 2021. En attendant, il préfère mettre toutes les chances de son côté pour être sélectionné et – surtout – pour réussir en NBA.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

To Top