NBA

Nuggets – Sixers : un come-back historique pour enchaîner avec une troisième victoire

Photo : David Zalubowski/AP Photo

Denver recevait Philadelphie, cette nuit, pour un match qui allait voir s’affronter deux des meilleurs pivots de la ligue : Nikola Jokic et Joël Embiid. Peu en forme sur le début de saison, le Joker comptait jusque-là sur un collectif solide derrière lui, alors que Joël Embiid se montrait en demi-teinte sur les dernières rencontres, avec deux défaites récentes face au Jazz et aux Suns. Après avoir pourtant bien débuté le match, pensant rentrer de leur road trip avec 2 victoires et deux défaites, Philly a complètement craqué en fin de match, laissant le Pepsi Center exalté à la fin de la rencontre.

3 quart-temps en faveur des Sixers

Le premier quart-temps, bien que serré, a tourné à l’avantage des Sixers. Pauvres offensivement, les deux équipes se sont livrées une bataille de tranchées sur ces douze premières minutes tant les défenses ont été actives. Cela s’est prolongé sur le deuxième quart-temps, où Philadelphie a su créer un écart plus important grâce aux nombreux ballons récupérés et au manque d’efficacité des Nuggets offensivement.

A retenir également : la grande réussite à trois points des Sixers en première mi-temps, qui ont rentré 8 de leurs 11 tirs longue distance. Dans le même temps, Denver n’en prenait que 6 et n’en rentrait qu’un seul.

Le troisième quart-temps qui voyait les deux équipes se rendre coup pour coup durant près de 10 minutes, s’est terminé par un coup de massue énorme sur la tête des joueurs de Mike Malone. En accrochant Philly sur tout le temps du match, l’écart est monté, en moins de 4 minutes de jeu, à 21 points. Au vu de la prestation des Sixers, nous aurions pensé que le match allait se terminer par une victoire évidente… Au contraire, Denver a réalisé le plus gros come-back dans le 4ème quart-temps de son histoire.

Un sursaut d’orgueil venu d’ailleurs

Suite à quelques bonnes séquences de Joël Embiid, jusqu’alors plus que moyen sur le début de la rencontre, la physionomie du match a considérablement changé. Nikola Jokic, jusque-là moins bon, s’est réveillé face au manque cruel d’investissement défensif de la part de son adversaire camerounais. C’est même la défense globale des Sixers qui s’est relâchée, laissant ainsi place à d’énormes backdoor pour Jerami Grant ou Paul Millsap.

13 points dans le quart-temps pour les Sixers, 16 pour Nikola Jokic et même 35 pour Denver, les joueurs de Brett Brown ont totalement coulé sur la fin de la rencontre. En réussite à trois points et mis dans d’excellentes conditions par Jamal Murray sur pick and roll, le pivot serbe a été l’artisan majeur de ce come-back que l’on pensait impossible. C’est un run 27-9 qui aura duré de la 2ème à la 11ème minute qui aura permis aux Nuggets de revenir accrocher leurs adversaires du soir, avant de laisser leur franchise player terminer le travail.

Avec un shoot à 1 seconde de la fin de la rencontre – qui aurait méritait une faute qui plus est – pour redonner l’avantage à son équipe, puis une faute offensive obtenues sur Joël Embiid sur la dernière action du match, Jokic aura maîtrisé parfaitement son 4ème quart-temps, se montrant bien supérieur au “Process”.

La match-up Embiid-Jokic qui a déçu

Ils ont été les deux meilleurs pivots de la ligue la saison passée, Joël Embiid et Nikola Jokic se retrouvaient donc hier soir. Sur le papier, cela nous annonçait une très belle confrontation entre deux joueurs voulant montrer leur supériorité face à l’autre. Cependant, cette confrontation n’aura pas été au niveau attendu, surtout en début de match. Très discret, voire inexistant, Jokic n’a montré que peu de choses sur le début de la rencontre. Avec certes quelques passes décisives intéressantes et quelques rebonds, son impact au scoring a été très faible.

En face, Embiid ne semblait également pas dans son match. Cela s’est traduit par un manque de réussite au shoot, notamment sous le cercle où le pivot s’est vite trouvé dépassé par les prises à deux des Nuggets. Défensivement, JoJo ne semblait également pas impliqué. Souvent dépassé derrière les écrans, ce manque d’implication lui a valu d’encaisser 16 points de la part de Nikola Jokic en fin de rencontre. Le pivot s’est effectivement retrouvé souvent seul, notamment à trois points, lui permettant ainsi de rentrer facilement ses shoots dont il a le secret.

Sur ce match, Nikola Jokic a semblé meilleur que Joël Embiid, mais les deux stars ne semblent toujours pas à leur meilleur niveau, ce qui se ressent un peu moins à Denver qu’à Philadelphie. Les deux machines devraient se remettre en route petit à petit, mais le match-up d’hier soir ne s’est clairement pas montré à la hauteur des attentes des fans.

Pour Philadelphie, c’est donc la fin d’un très mauvais road trip à l’Ouest, qui a notamment vu la franchise s’incliner 3 fois en 4 matchs et perdre Ben Simmons sur blessure. Pour Denver, c’est une soirée réussie avec le réveil en fin de match de Nikola Jokic, qui commençait à inquiéter quelques observateurs, mais aussi avec le retour à la deuxième place de la conférence Ouest, derrière les inarrêtables Lakers. A souligner par ailleurs : la bonne prestation de Jamal Murray avec 22 points et 11 passes, ainsi que les 20 points de Will Barton, qui ont fortement contribué à la victoire de Denver.

Commenter

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

En haut