NBA

Preview 2019-20 : Boston Celtics

La prochaine saison NBA arrive à grands pas. Tandis que toutes les équipes de la ligue mettent le moteur en marche en présaison, les médias spécialisés reprennent eux-aussi le rythme avec les traditionnelles previews, une mise en bouche de la saison à venir. Aujourd’hui, L’Analyste s’attaque aux doyens de la NBA : les Celtics de Boston.

Bilan de la saison précédente : 49-33, 4e de la Conférence Est

L’année dernière, les Celtics semblaient promis à un avenir glorieux. Après le départ de LeBron James pour Los Angeles, Boston a tout de suite hérité du statut de grand favori de la Conférence Est. Avant le transfert de Kawhi Leonard à Toronto, leur accession aux finales NBA étaient presque considérée comme acquise. Mais rien ne s’est passé comme prévu. Kyrie Irving n’a pas été le leader que les fans des Celtics attendait, Jayson Tatum a marqué un temps de pause dans sa progression et Gordon Hayward a continué d’être très limité. Avec un collectif désordonné, les verts se sont contenter d’une apparition en demi-finales de Conférence. L’exercice 2018-19 est à considérer comme un échec.

Ils sont arrivés : Kemba Walker, Enes Kanter, Vincent Poirier, Romeo Langford (Draft), Grant Williams (Draft), Carsen Edwards (transfert Draft), Tremont Waters (Draft, two-way), Max Strus (two-way)

Ils ont prolongé : Daniel Theis, Brad Wanamaker

Ils sont partis : Kyrie Irving, Al Horford, Terry Rozier, Aron Baynes, Marcus Morris, P.J. Dozier, Guerschon Yabusele

Malgré le départ de plus de la moitié de leur cinq majeur, et notamment de leur meilleur joueur sur le plan individuel, les Celtics ont su relever la tête très rapidement. Kemba Walker débarque à Boston pour remplacer Kyrie Irving. Une âme pour une âme, une star pour une star, celle-ci semble d’ailleurs avoir un profil plus adapté à la philosophie de jeu de Boston. Enes Kanter viendra compenser la perte d’Al Horford. Une Draft plus qu’intéressante finira par ajouter une touche de couleur dans ce vaste tableau. Danny Ainge a fait au mieux avec les moyens du bord, et le résultat est très convainquant.

La situation de Boston

Source : Basketballinsiders.com

Situation à la Draft 2020 : 1er tour de Draft, 1er tour de Draft de Memphis (protégé 1-6) et Milwaukee (protégé 1-7), 2nd tour de Draft (envoyé à Charlotte, protégé 31-53), 2nd tour de Draft d’Atlanta (protégé 31-55) et de Brooklyn ou New York (Boston recevra le moins bon).

Potentiel 5 majeur :

– PG : Kemba Walker
– SG : Marcus Smart
– SF : Gordon Hayward
– PF : Jayson Tatum
– C : Enes Kanter

L’effectif de Boston est, au premier abord, très complet. Parfaitement équilibré entre potentiel et expérience, les Celtics semblent former une équipe compétitive à court et long terme. Les pépites que sont – entre autres – Jayson Tatum, Jaylen Brown ou les plus jeunes Romeo Langford et Carsen Edwards pourront profiter de l’expérience de vétérans de premier ordre tels que Kemba Walker, Gordon Hayward et Marcus Smart. Tous les postes sont doublés, 5 majeur et banc semblent cohérents et blindés… en somme, le travail de Danny Ainge est une encore remarquable.

Les voyants sont au vert

Le contexte idéal. Maintenant que Terry Rozier et Kyrie Irving sont partis de Boston, la presse à scandale devrait se tenir éloignée des vestiaires de l’équipe. Les Celtics auront l’occasion de créer une véritable alchimie et, pour réaliser cette tâche, qui de mieux placé que Brad Stevens ? Malgré quelques doutes liés à l’échec de 2018-19, le coach des verts a toujours fait parler de lui en bien. Souvent mentionné parmi les meilleurs tacticiens de la ligue, il redoublera d’efforts cette saison pour emmener son équipe le plus loin possible et – qui sait ? – peut-être décrocher son premier titre de Coach de l’année.

Une collection de couteaux suisses. En NBA, la polyvalence devient une qualité de plus en plus importante. Aujourd’hui, on voit se mettre en place un jeu coupé du concept traditionnel des postes dans lequel les joueurs capables de jouer et défendre sur plusieurs positions sont toujours plus appréciés. Fort heureusement, les Celtics pourront compter sur Jaylen Brown, Gordon Hayward, Romeo Langford, Jayson Tatum et Marcus Smart pour apporter leur versatilité à l’équipe. Stevens devrait pouvoir ajuster ses rotations à sa guise pour s’adapter au mieux à l’adversaire, une arme de choix.

Adresse et talent. Comme toujours, les Celtics pourront compter sur leur adresse extérieure pour porter le jeu offensif. Avec Kemba Walker (38,4% à trois points en 2017-18), Jayson Tatum (43,4%), Jaylen Brown (39,5%), Marcus Smart (36,4% en 2018-19) et Gordon Hayward (33,3%), l’effectif de Boston semble suffisamment armé pour écarter les défenses adverses. Aussi, il ne faut pas oublier que plusieurs joueurs sont encore bien loin d’avoir accompli la totalité de leur potentiel. Jayson Tatum et Jaylen Brown ont encore une grande marge de progression. Carsen Edwards et Romeo Langford sont deux joueurs plein d’avenir qui ont encore tout à prouver. Gordon Hayward, lui, pourrait bien se rapprocher des standards de All-Star qu’il proposait à Utah. A leur meilleur niveau, les Celtics seraient en mesure de faire trembler les meilleures équipes de l’Est et les contenders.

Photo : Sarah Stier/Getty Images

Quelques doutes persistent

Un manque défensif. Après le départ de Al Horford, la défense de Boston semble bien affaiblie. Son remplaçant, Enes Kanter, est d’ailleurs plus connu pour ses déclarations que pour son investissement défensif. D’un côté, la versatilité des joueurs de Brad Stevens permettra de faire illusion. Mais ce ne sera certainement pas suffisant. Il faudra que Robert Williams, Daniel Theis ou Enes Kanter élève grandement son niveau de jeu pour compenser la perte de leur protecteur d’arceau.

Un manque de cadre. L’arrivée de Kemba Walker porte à s’interroger sur le leadership de Boston. Qui du All-Star confirmé ou de la star prometteuse qu’est Jayson Tatum dirigera l’équipe sur le terrain ? Marcus Smart, imprégné par la culture des verts, pourrait lui aussi prétendre à ce rôle. Un équilibre devra néanmoins être trouvé entre les joueurs mais aussi entre le terrain et le banc. En effet, Brad Stevens devra se faire entendre des joueurs cette saison pour ne pas répéter les erreurs de l’année passée. Mais cet équilibre est précaire, ce qui pourrait causer de nombreux problèmes en cours de saison. Aussi, les Celtics devront renforcer leur mental pour ne pas se laisser dépasser comme en 2018-19.

5 matchs clés de la saison

– 23 octobre 2019 : Philadelphie – Boston. Les Celtics feront leurs débuts face à l’une des meilleures équipes de l’Est et un rival historique. Ce sera l’occasion pour cette équipe New Look de faire ses preuves.

– 25 octobre 2019 : Boston – Toronto. Boston recevra Toronto à domicile, une équipe du même calibre qu’ils pourraient bien retrouver par la suite en Playoffs.

– 7 novembre 2019 : Charlotte – Boston. Le retour de Kemba Walker à Charlotte, standing ovation et vidéo sont à prévoir !

– 29 Novembre 2019 : Boston – Brooklyn. Les Celtics accueilleront la nouvelle équipe de Kyrie Irving, là où il avait annoncé un an auparavant qu’il ne quitterait pas le navire à la Free Agency. Sur un fond de vengeance, les verts se livreront dans une bataille acharnée contre ce nouveau rival.

– 21 janvier 2020 : Boston – LA Lakers. LeBron James viendra saluer le TD Garden dans l’uniforme des Lakers. Au-delà de toute rivalité, Boston devra dérouler tout son jeu pour faire vaciller un solide prétendant au titre.

Pronostic : 49 victoires – 33 défaites

Malgré les départs de Kyrie Irving et Al Horford, les Celtics gardent la tête hors de l’eau. Avec un effectif des plus talentueux, cette équipe pourrait aller très loin dès cette année. Mais la priorité de Boston est la construction d’un projet sportif viable à long terme. Toute l’équipe devra se concentrer sur ce point, Brad Stevens et ses hommes devront montrer que ce projet repose sur des bases saines pour retrouver leur crédibilité. C’est l’heure de vérité.

Commenter

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

En haut