NBA

Preview 2019-20 : Toronto Raptors

C’est une tradition pour chaque média spécialisé : les previews, une mise en bouche de la saison NBA qui ne saurait tarder à reprendre. Chaque équipe sera examinée à la loupe par l’équipe de l’Analyste et c’est aujourd’hui au tour des champions en titre, les Raptors de Toronto, de passer à la loupe.

Bilan de la saison précédente : 58-24 (2e de la Conférence Est)

Peut-on réellement prétendre à une meilleure saison que celle des Raptors ? Le pari de Masai Ujiri, qui a réellement métamorphosé l’équipe en une seule année, s’est avéré payant. Sous l’impulsion d’un Kawhi Leonard aux allures de MVP, Toronto termine la saison régulière sur le podium de la ligue et, surtout, ressort des Playoffs avec son premier trophée en poche.

Ils sont arrivés : Stanley Johnson, Rondae Hollis-Jefferson, Cameron Payne, Dewan Hernandez, Terence Davis, Matt Thomas

Ils sont partis : Kawhi Leonard, Danny Green, Jeremy Lin

Après une saison incroyable, et ce alors même qu’il n’avait jamais voulu jouer pour les Raptors, Kawhi Leonard a enfin pris la direction de Los Angeles pour former un duo particulièrement effrayant avec Paul George. Cette perte est significative pour les Raptors, qui passent ainsi du statut de contender à celui de simple prétendant aux Playoffs. Danny Green prendra la même route, mais pas la même sortie que son coéquipier en rejoignant les Lakers.

Avec quelques recrutements intéressants, le Front Office semble avoir essayé de former un effectif équilibré, combinant habilement expérience et jeunesse. L’équipe reste ainsi compétitive tout en préparant un avenir plus lointain dans lequel des joueurs comme Stanley Johnson pourraient bien jouer un rôle, même mineur.

Entre stabilité et insécurité

Source : Basketballinsiders.com

Situation à la Draft : 1er tour de Draft, 2nd tour de Draft

Potentiel 5 majeur :

– PG : Kyle Lowry
– SG : Norman Powell
– SF : OG Anunoby
– PF : Pascal Siakam
– C : Marc Gasol

La situation salariale de Toronto est saine. Sans contrat « toxique », le Front Office peut avancer sereinement, ayant une multitude d’options pour modifier ou préserver son effectif. Il devra cependant faire face à un gros challenge cette année pour gérer les contrats expirants de Marc Gasol, Serge Ibaka, Fred VanVleet et surtout Pascal Siakam, la prolongation de Kyle Lowry (pour 31 millions de dollars) ayant déjà été assurée.

Lors de la prochaine Free Agency, les Raptors devront gérer plusieurs problématiques. D’abord, Marc Gasol vieillit, il ne vaudra bientôt plus ses 25 millions annuels. Ensuite, Serge Ibaka, lui, pourrait bien avoir des envies d’ailleurs s’il continue à jouer le rôle de doublure au poste de pivot. La saison dernière, il a probablement accepté ce statut dans la poursuite d’un but bien plus grand : la victoire et le titre. Dans un contexte tout à fait différent, il pourrait bien se sentir lésé par la situation. Pascal Siakam et Fred VanVleet sont deux éléments vitaux pour le jeu des Raptors. Le Front Office devra s’assurer de les prolonger, mais devra néanmoins essayer de rester économe, malgré la progression de ces joueurs sur l’exercice 2018-19.

Avec un tel collectif, Nick Nurse devrait pouvoir rester flexible tout au long de la saison. La profondeur et l’équilibre de l’effectif seront les clés de la réussite de Toronto. La perte de Kawhi Leonard et Danny Green ne doit pas déstabiliser cette équipe qui a encore beaucoup à offrir et qui pourrait en surprendre plus d’un.

Ne jamais sous-estimer le cœur d’un champion

Un effectif profond et équilibré. Avions-nous déjà souligné la profondeur et l’équilibre de l’effectif des Raptors ? Eh bien, recommençons. L’année dernière, Kyle Lowry, Pascal Siakam et Marc Gasol ont montré qu’ils pouvaient assurer un rôle de titulaire au plus haut niveau. Kawhi Leonard n’était pas seul lorsqu’il a arraché leur trophée aux Warriors de Golden State. Sur le banc, Fred VanVleet et Serge Ibaka n’ont plus rien à prouver eux non plus. D’ailleurs, ils pourraient certainement s’imposer dans le cinq majeur de nombreuses autres équipes de la ligue. Le roster des Raptors regorge de joueurs aux profils variés qui ne demandent que l’opportunité de montrer l’étendue de leurs capacités. Masai Ujiri a su élaborer un savant mélange entre adresse, intensité défensive, vision de jeu, athlétisme, expérience et potentiel. Une chose est sûre, Toronto ne manque de rien.

Continuité et coaching. Malgré les départs de Kawhi Leonard et Danny Green, Masai Ujiri a assuré une certaine continuité dans l’effectif des Raptors. Le cinq majeur sera grandement affecté par la perte de son leader et d’un role player si important, mais Toronto pourra compter sur les trois autres membres de celui-ci et deux joueurs de banc pour assurer la relève. Le rôle de Kyle Lowry et de Marc Gasol restera le même la saison prochaine, Pascal Siakam devra, lui, endosser plus de responsabilités, tout comme OG Anunoby et Norman Powell, mais ces joueurs sont déjà parfaitement intégrés au collectif de Toronto. Sur le banc, rien n’a vraiment changé. Les remplaçants et le coach restent les mêmes. Le travail incroyable de Nick Nurse la saison précédente ne sera pas perdu, bien au contraire. Les Raptors édition 2019-2020 restent la même équipe, celle qui a remporté le titre.

Photo : Nathaniel S. Butler/NBAE via Getty Images

Une perte de vitesse inévitable

Un manque de talent. Oui, les Raptors ont su compenser au mieux la perte de Kawhi Leonard, mais son départ se fera inéluctablement sentir cette année. Lowry et Gasol sont des All-Stars confirmés, mais vieillissants. Pascal Siakam connaît la progression inverse, il s’élève vers ce rang. Mais tous ces joueurs n’ont encore rien accompli en l’absence de Kawhi Leonard. Dans une NBA centrée sur les individualités, il manque une réelle star à l’effectif de Toronto.

Ne pas se reposer sur ses lauriers. Après une accession surprise au titre, la motivation de cette équipe sera certainement fortement diminuée cette saison. Sauf grosse surprise, les Raptors ne devraient pas concourir pour le titre cette année. La saison pourrait donc être perçue comme une perte de temps pour certains d’entre eux, ce qui affectera nécessairement les résultats de l’équipe.

5 matchs clés de la saison :

– 22 octobre : Toronto – New Orleans. Le premier match de la saison sera à Toronto, qui recevra la sensation Zion Williamson et ses coéquipiers.
– 25 novembre : Toronto – Philadelphie. Les Raptors feront face à leurs rivaux de Philadelphie, contre qui ils s’étaient écharpés en demi-finales de Conférence. Ce sera également l’occasion de se mesurer à une grosse écurie de l’Est.
11 décembre : Toronto – LA Clippers. Kawhi Leonard fera son retour dans la Scotiabank Arena après avoir accroché la première bannière de son histoire au plafond. Une vidéo hommage est certainement à prévoir.
– 28 janvier : Toronto – Atlanta. Un affrontement contre les jeunes Hawks, qui essaieront de prendre la place des Raptors en Playoffs cette saison. Ce match a d’ailleurs un intérêt extra sportif tout à fait singulier (cf. tweet en bas de page).
– 26 mars : Toronto – Memphis. Marc Gasol reçoit son ancienne équipe, une séquence émotion à ne pas manquer.

Pronostic : 46 – 36

Toronto ne pourra certainement pas défendre son titre cette année. Après le départ de Kawhi Leonard, l’équipe a nettement régressé, mais reste néanmoins compétitive. L’absence des Raptors en Playoffs serait considérée comme un échec conséquent dans une conférence Est si ouverte.

Maintenant que l’ère DeRozan a été effacée par le succès inattendu des Raptors en 2019, c’est l’après-Kawhi qui se prépare à Toronto. Cette équipe a encore beaucoup à prouver, tant sur le plan individuel que collectif. Nous en apprendrons beaucoup sur l’avenir des Raptors cette année.

Bonus : le tweet du rédacteur en chef

Commenter

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

En haut