NBA

Preview 2019-20 : Sacramento Kings

C’est une tradition pour chaque média spécialisé : les previews, une mise en bouche de la saison NBA qui ne saurait tarder à reprendre. Chaque équipe sera examinée à la loupe par l’équipe de l’Analyste et c’est aujourd’hui au tour des Kings de Sacramento de passer à la loupe.

Bilan de la saison précédente : 39-43 (9e de la Conférence Ouest)

La saison des jeunes Kings a été l’une des surprises majeures de l’exercice 2018-19. Depuis de nombreuses années, Sacramento végétait dans les bas fonds de la Conférence Ouest. Lors de la saison précédente, ils avaient pourtant remporté 12 matchs de moins. Sans bouleversement majeur au cours de l’été 2018, les Kings se sont pourtant métamorphosés.

Ils sont arrivés : Trevor Ariza, Dewayne Dedmon, Richaun Holmes, Cory Joseph, Tyler Lydon, Kyle Guy, Justin James

Ils sont partis : Willie Cauley-Stein, Corey Brewer, Alec Burks, Kosta Koufos, Frank Mason III, Troy Williams, B.J. Johnson

Le Front Office de Sacramento a su prendre les choses en main cet été. Malgré le départ de Willie Cauley-Stein, jeune joueur aussi prometteur que problématique dans l’effectif des Kings, Sacramento a su renforcer le secteur intérieur avec les arrivées de Dawayne Dedmon et Richaun Holmes. Globalement, le roster de Sacramento ne semble pas avoir beaucoup évolué. Les jeunes profiteront tout de même grandement de l’expérience de Trevor Ariza et du renfort apporté par Cory Joseph sur les lignes arrière.

Une situation stable

Source : Basketballinsiders.com

Situation à la Draft : 1er tour de Draft, 2nd tour de draft, 2nd tours de Draft de Golden State ou Houston, Detroit et Miami

Potentiel 5 majeur :

– PG : De’Aaron Fox
– SG : Buddy Hield
– SF : Harrison Barnes
– PF : Marvin Bagley III
– C : Dewayne Dedmon

L’effectif et les finances de Sacramento semblent, pour le moment, assez équilibrés. Malgré un léger manque sur le poste de pivot, la jeunesse de Sacramento, accompagnée par Harrison Barnes, pourrait bien faire tourner des têtes la saison prochaine. Sous l’impulsion d’un De’Aaron Fox extrêmement dynamique, ce lineup semble avoir de quoi suivre un rythme très cadencé et bien espacé à l’arrière.

Le projet de Sacramento est clair : Vlade Divac et le front office veulent miser sur la jeunesse. Avec un trio Fox – Hield – Bagley encore extrêmement jeune, et pourtant extrêmement prometteur, les Kings visent un succès à long terme. Et pourtant, cette équipe, qui a déjà fait sensation l’année dernière, pourrait bien récidiver et se lancer dans une course aux Playoffs effrénée dès cette saison.

Le jeu des Kings aura néanmoins besoin d’un temps d’adaptation. Non pas pour s’acclimater aux changements dus à la Free Agency mais pour s’habituer à son nouveau coaching staff. En effet, malgré une saison surprenante, David Joerger a été mis à la porte au profit de Luke Walton, récemment éjecté du banc des Lakers.

Un contexte idéal

Des jeunes survoltés. Ce qui fait la force de Sacramento, c’est bien évidemment sa jeunesse. A l’instar de nombreuses équipes cette saison, les Kings pourront profiter de cet atout pour construire un projet à long terme, en permettant à tout un groupe de progresser ensemble, tant sur le plan individuel que collectif. Mais dès cette saison, De’Aaron Fox et ses hommes profiteront de cet atout pour maintenir un rythme uptempo. Avec 103.88 possessions pour 48 minutes, les Kings étaient déjà la troisième équipe la plus rapide de la ligue la saison précédente, et ils ne semblent pas prêts de ralentir…

Cadre et stabilité. Cette année, le front office a réussi à mêler précocité et maturité. Avec la prolongation d’Harrison Barnes ainsi que l’arrivée de Trevor Ariza et Cory Joseph, Sacramento semble avoir créé un environnement sain pour ses jeunes pépites. L’expérience de ces joueurs permettra d’apporter un cadre propice à leur développement ainsi qu’une certaine stabilité dans le jeu qui manquait jusqu’alors à cette équipe.

Un début de profondeur. Si les arrivées de Joseph et Ariza sont rassurantes pour le cadre de l’équipe, elles semblent également apporter un début de profondeur à l’effectif des Kings. En effet, Joseph pourra assurer cette saison le rôle de back up au poste de meneur, jusque-là occupé sans grand succès par Yogi Ferrell. Ariza, lui, apportera du spacing et de la rigueur au jeu de l’équipe. Richaun Holmes et Dewayne Dedmon viendront également renforcer le secteur intérieur pour compléter au mieux la rotation de Sacramento. Avec un banc plus complet et plus expérimenté que la saison précédente, Luke Walton bénéficiera certainement d’une plus grande flexibilité et d’une meilleure capacité d’adaptation que son prédécesseur.

Photo : Ezra Shaw/Getty Images

Des lacunes à combler

De l’autre côté du terrain. Si le rythme cadencé de Sacramento lui permet de s’imposer offensivement, il pousse également l’équipe à s’exposer sur le plan défensif. Avec 110,8 points encaissés pour 100 possessions, Sacramento se situait vers le bas du classement du Defensive Rating la saison dernière. Ce sera à Walton de mettre de nouveaux systèmes défensifs en place, en profitant notamment de l’arrivée de Trevor Ariza, Dewayne Dedmon et de l’intensité d’Harrison Barnes.

Leadership et incertitudes. De’Aaron Fox semble, jusque-là, se positionner en tant que leader du groupe. Néanmoins, sa légitimité pourrait sembler infondée aux yeux d’autres joueurs plus expérimentés tels qu’Harrison Barnes. Les Kings devront trouver un équilibre entre ces deux voix pour limiter le risque de confusion et de discorde.

Un curriculum vitae à peaufiner. Récemment évincé par les Lakers, le jeune Luke Walton (39 ans) devra faire ses preuves avec l’effectif de Sacramento. Après 2 ans dans le fond de la Conférence Ouest, Walton avait l’opportunité d’accrocher sa première qualification en Playoffs en tant que head coach avec l’arrivée de LeBron James. La saison de Los Angeles a, malheureusement pour lui, tourné au fiasco, poussant ainsi la direction à le mettre à la porte cet été. Le doute plane sur les capacités du fils de Bill Walton. Il devra le dissiper dès cette année pour s’inscrire lui aussi dans la continuité du projet de Sacramento. Une régression n’est pas envisageable.

5 matchs clés de la saison :

1er novembre : Sacramento – Utah. L’occasion de voir l’attaque dynamique des Kings se confronter à une des meilleures défenses de la ligue, si ce n’est la meilleure.
15 novembre : LA Lakers – Sacramento. Luke Walton fera son retour à Los Angeles dans le but de décrocher une victoire surprise face à son ancienne équipe.
15 janvier : Sacramento – Dallas. De’Aaron Fox recevra Luka Doncic et son équipe au profil très ressemblant à celui des Kings.
18 – 27 janvier : road trip de 5 matchs. Sacramento s’éloignera du Golden 1 Center pour affronter Utah, Miami, Detroit, Chicago et Minnesota. Les jeunes Kings devront faire leurs preuves lors de ce road trip pour montrer leur maturité et leur régularité.
11 mars : Sacramento – New Orleans. Les Kings recevront les Pelicans, une jeune équipe tout aussi fougueuse et ambitieuse.

Pronostic : 34 victoires – 48 défaites

Malgré les améliorations apportées à l’effectif, il semble encore trop tôt pour que les Kings puissent s’imposer dans une Conférence Ouest plus dense que jamais. La jeunesse de leur effectif et le temps de l’adaptation du au changement de coaching staff leur coûtera probablement quelques victoires en début de saison, ce qui éloignera drastiquement leurs chances d’accrocher une place en Playoffs.

Victoire ou pas, l’objectif des Kings ne s’arrête pas au classement. Cette saison, l’organisation devra se concentrer sur la progression de son groupe pour espérer construire un projet durable et efficace à long terme. Aucun compromis ne devra être fait, les Kings doivent mener leurs jeunes au maximum de leur potentiel, en tant que joueurs et en tant que collectif.

Commenter

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

En haut