NBA

Preview 2019-20 : Orlando Magic

C’est une tradition pour chaque média spécialisé : les previews, une mise en bouche de la saison NBA qui ne saurait tarder à reprendre. Chaque équipe sera examinée à la loupe par l’équipe de l’Analyste et c’est aujourd’hui au tour du Magic d’Orlando de passer sous le radar.

Bilan de la saison précédente : 42-40 (7e de la Conférence Est)

Voilà 6 ans que les fans du Magic attendaient de pouvoir retrouver la saveur des Playoffs. Depuis le départ de Dwight Howard et de Steff Van Gundy, les cieux n’ont jamais été cléments avec la franchise floridienne. La restructuration aura donc pris sept saisons, et le moins que l’on puisse dire c’est que Orlando a convaincu bon nombre d’observateurs, notamment lors du dernier mois de compétition. Bien que l’aventure en Playoffs fut courte, le staff a réussi à construire un groupe soudé qui tentera coûte que coûte de confirmer la saison prochaine.

Ils sont arrivés : Al-Farouq Aminu, Chuma Okeke (Draft, 16e choix)

Ils ont prolongé : Nikola Vucevic, Terrence Ross

Ils sont partis : Timofey Mozgov, Jerian Grant

Pendant cette intersaison, Orlando a joué la carte de la continuité et mise sur le même projet que l’année dernière. Le tournant est bien évidemment la prolongation de Nikola Vucevic pour $100 millions pour 4 ans. Le pivot All-Star qui sort d’une saison record aurait pu tenter sa chance dans certaines grosses franchises, mais lui aussi semble se plaire à l’Amway Center. L’arrivée d’Al-Farouq Aminu est aussi un bon atout pour Orlando. L’ailier vétéran va pouvoir apporter son expérience dans les moments importants et éventuellement pour former des jeunes comme Jonathan Isaac.

Pour rester dans cette tendance, le Magic a récemment activé les options rookies de Mohammed Bamba, Jonathan Isaac et surtout Markelle Fultz. Le coaching staff semble faire confiance au jeune meneur, ancien numéro 1 de la Draft, après son expérience décevante du côté de Philadelphie. Une chose est sûre : Si Fultz retrouve son niveau universitaire, la rotation au poste de meneur pourrait être bénéfique autant pour le joueur que pour la franchise.

La situation du Magic

Source : Basketballinsiders.com

Situation à la Draft : 1er tour de Draft, 2nd tour de Draft, 2nd tour de Draft (LA Lakers).

Globalement, Orlando a bien géré son budget au cours des dernières années. Cependant, sa flexibilité salariale est fortement limitée par de nombreux gros contrats, notamment ceux de Aaron Gordon et Evan Fournier. Le français est d’ailleurs dans sa dernière année de contrat mais il est difficile de l’imaginer renoncer à son option de 17 millions de dollars, sauf en cas de saison XXL. Parmi les joueurs majeurs dans leur dernière année de contrat, DJ Augustin devra faire ses preuves cette saison. Malgré une saison 2018-19 convaincante, le meneur pourrait voir Markelle Fultz taper à la porte de la titularisation.

Le potentiel 5 majeur :

– PG : DJ Augustin
– SG : Evan Fournier
– SF : Jonathan Isaac
– PF : Aaron Gordon
– C : Nikola Vucevic

On prend les mêmes et on recommence. L’équipe qui a su s’affirmer la saison dernière sera vraisemblablement la même au début de la prochaine. En cause notamment, le dernier mois de compétition et l’accession aux Playoffs. Steve Clifford devrait aligner un 5 compétitif qui a déjà fait ses preuves et, surtout, qui sait jouer ensemble. Evan Fournier reprendra son rôle d’organisateur en attaque tandis que Isaac et Gordon devront apporter un peu plus que des qualités athlétiques. Vucevic devra confirmer la progression marquée l’année dernière, mais il a toute la confiance du coaching staff. Le joueur a, d’ailleurs, déclaré vouloir s’installer sur le long terme en Floride ce qui a dû rendre les négociations de contrat beaucoup plus facile.

En sortie de banc, le Magic pourra compter sur Terrence Ross pour rythmer l’attaque floridienne. La rotation intérieure sera également importante avec Mohamed Bamba en pivot et Al-Farouq Aminu qui pourrait bouger entre le poste 3 et le poste 4.

Là où la compétition risque d’être la plus hardue est au poste de meneur. DJ Augustin devrait commencer la saison sans problème. La rotation avec Markelle Fultz et Michael Carter-Williams devrait cependant pouvoir apporter des possibilités intéressantes pour Steve Clifford. Fultz semble avoir retrouvé des conditions physiques optimales et Carter-Williams a rendu des performances de qualité la saison dernière. Il est très possible de voir le titulaire à ce poste évoluer match après match. Surtout si l’un des trois parvient à être constant et performant.

A noter que le Magic ne pourra pas compter sur son rookie, Chuma Okeke, qui souffre d’une rupture des ligaments croisés et qui devrait passer sa saison à l’infirmerie pour se concentrer sur sa récupération.

Source : ORLANDO POST
Photo : Orlando Post

LA SAISON DE LA CONFIRMATION

Sans aucun doute, la saison d’Orlando sera celle de la confirmation. Après un exercice 2018-19 réussi, la pression sera importante sur les épaules des joueurs et du coach du Magic. Les re-signatures de Vucevic et Ross permettront à l’équipe de continuer sur le même rythme. Plusieurs points vont devoir être examinés, mais le soleil pourrait bien briller une fois de plus sur le sunshine state.

Le coaching de Steve Clifford. L’avantage d’Orlando réside d’abord dans le coaching de Steve Clifford. Celui qui avait eu du mal à confirmer à Charlotte réussit du côté de la Floride. En bon spécialiste de la défense, il a su apporter de la rigueur au jeu d’Orlando et l’intensité apporté par les joueurs a permis au Magic de se placer comme la 8ème meilleure défense de la ligue avec un défensive rating de 108.1. Reconnu par ses pairs la saison dernière, Steve Clifford a été élu coach du mois de mars, notamment grâce à un push impressionnant pour se qualifier en Playoffs.

Un roster soudé et diversifié. Selon les dernières rumeurs, l’effectif vit bien, très bien même. Les égos ont été mis de côté pour certains, et l’accession en Playoffs aura permis d’évacuer une certaine frustration. Ainsi, malgré un effectif assez jeune, le noyau dur avec Vucevic, Fournier et Ross pourrait tirer les jeunes joueurs vers les sommets. Une stabilité qui est un luxe dans la NBA moderne et qui pourrait permettre à Orlando de se rassurer dans des moments de doute. Steve Clifford va donc pouvoir composer avec un effectif qui aime vivre ensemble et sait jouer un basket collectif. Une fois passée la période d’adaptation, c’est un Magic gonflé à bloc et prêt à tout qui devrait débuter la saison tambour battant.

Photo : Jason Miller/Getty Images)

Ne pas s’arrêter en si bon chemin

Après avoir regoûter aux playoffs, Orlando fera tout pour conserver la dynamique de la saison dernière. Cependant, ne s’est pas vraiment passé comme prévu cet été. Dans une conférence Est plus faible que jamais, ils pourraient tirer leur épingle du jeu mais le chemin risque d’être sinueux pour des Floridiens qui pourraient retomber dans ses travers des dernières années.

Peu de mouvement à l’intersaison pour combler les lacunes. Jouer la carte de la continuité, c’est bien. Mais s’assurer un avenir serein en comblant les lacunes, c’est mieux. Orlando tente le pari et il faudra attendre quelques mois pour savoir si celui-ci a été une réussite. Ils avaient besoin d’un meneur ? Restons sur Augustin avec Fultz et Carter-Williams en back-up. Ils avaient besoin d’un scoreur ? On dira que le mondial d’Evan Fournier l’aura conforté dans ce rôle, au pire ils pourront compter sur Terrence Ross. Bref rien de très reluisant en sachant que, bien que performant en défense, le Magic peine encore à confirmer en attaque. Evan Fournier est tout à fait capable de belles performances, mais rarement de les produire avec constance. La seule arrivée de Al-Farouq Aminu ne rassurera pas non plus sur ce plan-là. En effet le joueur est solide défensivement mais peine encore à scorer. Même si le Magic a assuré le coup en conservant Vucevic, il a (pour le moment) raté l’occasion de vraiment faire progresser l’équipe.

Aaron Gordon est-il toujours la solution ? Il faudra un jour se poser la question de l’impact de Aaron Gordon sur l’équipe. Bien que la saison dernière fût meilleure sur un plan statistique, il est difficile de mettre ça sur le seul compte du joueur tant l’équipe a performé collectivement. En difficulté pour contenir ses adversaires, Aaron Gordon n’est pas non plus intransigeant en attaque. Le joueur sur lequel Orlando avait misé pour l’avenir ne semble plus convenir au basket moderne. En effet, au poste 4, on attend désormais des ailiers grands capable de s’écarter à trois points en étant efficace ou alors un joueur capable de rassurer en défense. Or le jeu de Gordon ne remplit pas ces critères. Est-ce qu’un ailier qui base son jeu sur son athlétisme et sa capacité à dunker a encore sa place dans la ligue ? peu probable, en tout cas ses 3 années de contrats supplémentaires pourraient peser lourd dans l’escarcelle du Magic.

5 matchs clés de la saison :

– 3 Janvier 2020 : Orlando – Miami. Premier match depuis le duel haletant de la saison dernière
– 15 Janvier 2020 : LA Lakers – Orlando.
– 16 Janvier 2020 : LA Clippers – Orlando. Un back-to-back face aux équipes de Los Angeles.
– 5 Mars 2020 : Orlando – Philadelphie. Retour de Markelle Fultz à Philadelphie peut-être en tant que titulaire.
– 13 Avril 2020 : Chicago – Orlando. Dernier match face à une équipe de la division qui pourrait décider d’une place qualificative en playoffs.

Bilan 2019-2020 : 38 victoires et 42 défaites, 9e de la Conference Est.

Malgré une véritable alchimie dans l’effectif et une intersaison réussie sur un plan des renouvellements de contrat, la balance ne penche pas en faveur d’Orlando. Les joueurs sont les mêmes mais les lacunes n’ont pas été comblées. Tout pourrait cependant changer avec un trade bien réfléchi ou l’arrivée d’un joueur performant en attaque. Orlando doit sérieusement penser à un possible trade pour Aaron Gordon qui serait une bonne monnaie d’échange pour certaines équipes en manque d’impact athlétique.

Le Magic doit vraiment commencer à regarder sur le long terme. Il semble tendre vers cette tendance avec l’activation des options de Bamba, Fultz et Isaac. La saison sera cependant plus compliquée qu’imaginée et il faudra batailler peut-être plus que d’habitude pour pouvoir regagner les playoffs pour une deuxième année consécutive.

Commenter

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

En haut