NBA

Preview 2019-20 : Chicago Bulls

Qui dit nouveau jour, dit nouvelle preview. Aujourd’hui, on s’attaque à une franchise mythique en NBA, franchise qui n’est pourtant pas au sommet de la conférence Est mais qui compte bien retrouver les Playoffs le plus rapidement possible : les Chicago Bulls. Intersaison mouvementée, fin de blessures et potentiel maximum, les Bulls ont beaucoup de clés en main pour, peut-être, réussir une très bonne saison.

Comment se portent les Bulls ?

Bilan de la saison précédente : 13ème de la Conférence Est, 22 victoires pour 60 défaites.

Arrivées : Tomas Satoransky (Free agent), Thaddeus Young (free agent), Coby White (Draft), Luke Kornet (Free agency), Daniel Gafford (Draft), Adam Mokoka (Draft)

Départs : Timothé Luwawu-Cabarrot (Free agent), Robin Lopez (Milwaukee), Wayne Selden (Chine), Cameron Payne (Free agent), Justin Holiday (Free agent),

Globalement, les Bulls se sont renforcés durant cette intersaison. Avec l’arrivée de nombreux joueurs déjà affirmés dans la ligue, comme Tomas Satoransky et Thaddeus Young, les jeunes taureaux ont s’assurent des bases solides. Ce recrutement sera propice à l’encadrement de Zach LaVine, Lauri Markkannen et compagnie. L’arrivée de Coby White au poste 1 pourrait également être intéressante de par son talent, mais risque de créer un bouchon au niveau du temps de jeu avec Kris Dunn et le meneur Tchèque. Avec une rotation intérieure très complète grâce à la venue de Thaddeus Young, l’effectif des Bulls semble désormais capable de concourir.

Un effectif construit pour les Playoffs ?

Source : Basketball Insiders

Le potentiel 5 majeur :

– PG : Tomas Satoransky
– SG : Zach LaVine
– SF : Otto Porter
– PF : Thaddeus Young
– C : Lauri Markkanen

Situation à la Draft 2020 : 1er tour de Draft, 2ème tour de Draft du Thunder, 2ème tour des Grizzlies

Chicago ne possède pas énormément de tour de Draft, mais cela n’est pas dérangeant pour eux. En effet, au vu de leur effectif déjà bien garni, notamment avec deux jeunes joueurs que l’on peut considérer comme les leaders de la franchise, la Draft ne semble plus être une priorité. La franchise se trouve désormais dans l’optique de gagner, plus de drafter de jeunes joueurs prometteurs. Ces choix pourraient éventuellement servir à monter un échange en cours de saison, mais en tout cas une chose est sûre, la franchise n’a pas à s’inquiéter de son statut à la prochaine Draft.

L’évolution de la franchise. Après quelques années de galère suite au transfert de Jimmy Butler, les Bulls semblent prêts à repartir à la conquête de places plus haute dans la Conférence Est. Après une saison compliquée à cause de nombreuses blessures, Chicago a renforcé son équipe intelligemment, tout en gardant un noyau central intact. L’effectif est tout à fait correct, avec un cinq majeur intéressant sur le papier et des remplaçants qui semblent prêts à apporter une petite touche en sortie de banc qui pourrait faire la différence lors de certains matchs. Cette profondeur et cette homogénéité du groupe pourra ainsi offrir de nombreuses possibilités à Jim Boylen.

Un effectif très prometteur, s’il est épargné par les blessures

Un duo LaVine – Markkannen capable de grandes choses. La saison dernière, les deux joueurs n’ont pas pu jouer la totalité des rencontres ensemble à cause de nombreuses blessures. Cependant, les deux joueurs proposaient de très bonnes choses sur les matchs où nous avons pu les voir évoluer côté à côte. Rappelons que LaVine tournait à presque 24 points de moyenne cette saison, il y ajoutait également 4 rebonds et 4 passes, tandis que l’intérieur inscrivait 18 points tout en prenant 9 rebonds par match. Avec une bonne préparation, sans être perturbé par les blessures, ce duo pourrait être intéressant sur pick and roll et de nombreux systèmes pourraient être mis en place autour de cela. Individuellement, les deux joueurs restent également très forts et pourront évidemment s’appuyer sur des coéquipiers cette saison.

Des jeunes prometteurs. Avec 12 joueurs ayant 3 ans ou moins d’expérience dans la ligue, les Bulls possèdent un effectif extrêmement jeune. Nous vous avons parlé un peu plus haut de Lauri Markkanen, qui entamera donc sa troisième saison dans moins d’un mois maintenant, mais nous pouvons aussi parler de Kris Dunn et Coby White à la mène. Le meneur drafté en 7ème position semble avoir les qualités pour être un vrai meneur titulaire au sein de la ligue et Dunn pourrait parfaitement le suppléer. Derrière ces deux joueurs, nous pouvons également parler Ryan Arcidiacono, qui essaiera également de s’intégrer dans la rotation pour le poste 1. Wendel Carter, qui sera sophomore cette année, est lui aussi porteur d’espoir pour Chicago. Gêné par quelques blessures, l’intérieur n’a pas commencé de la meilleure manière sa carrière en NBA, mais il a tout de même réussi à poser des moyennes de 10 points et 7 rebonds, ce qui est tout à fait respectable. D’autres joueurs comme Adam Mokoka, l’ancien de Gravelines, ou encore Luke Kornet et Daniel Gafford risquent aussi de vouloir s’intégrer à la rotation et semblent en avoir les capacités.

Un secteur intérieur intéressant. Une nouvelle fois, nous allons parler de Lauri Markkanen. Inutile donc de le représenter, rappelons seulement qu’il sera le leader de ce secteur intérieur. Derrière lui, l’arrivée de Thaddeus Young pourra soulager le Finlandais. L’intérieur devrait être un excellent joueur de complément pour Lauri Markkanen. Très bon défenseur, sa présence améliorera donc le niveau défensif général de l’équipe et son duo avec Markkanen pourrait être très bon dans ce secteur. Comme avec Myles Turner, Young sera sûrement utilisé dans un rôle d’éboueur, plus que dans un rôle de véritable option offensive, même si ses qualités dans ce domaine sont tout à fait honorables. Derrière les deux hommes, nous retrouvons Wendel Carter, joueur dont nous venons également de parler un peu plus haut. Excellent rebondeur, sa présence défensive sera également un problème pour les adversaires de Chicago, même si ce dernier manque légèrement de poids et de shoot, chose qu’il développera évidemment au cours de l’année. Luke Kornet risque également d’avoir un rôle important dans le spacing des intérieurs, car, derrière lui et Markkanen, les deux autres joueurs qui risquent d’être le plus utilisé (Young et Carter) ne sont pas connus comme étant de véritables snipers.

Des joueurs capables de scorer. Bien évidemment, le but du basket est de marquer le maximum de points (et en encaisser un minimum) pour remporter un match et, pour cela, quoi de mieux que des joueurs capables de scorer. Dans l’effectif, nous comptons plusieurs joueurs de ce type. Zach LaVine semble être le plus apte dans ce secteur. Bon shooteur, capable de pénétrer grâce à son explosivité et sa détente, ce sera le leader offensif de l’équipe. Rappelons que le joueur inscrivait 24 points de moyenne par rencontre la saison dernière. Derrière lui, Lauri Makkanen sera également fortement responsabilisé en attaque. Son physique lui permet de pouvoir s’exprimer aisément au poste, tout en ayant un shoot plus que correct à trois points. LaVine et Makkanen seront donc les deux leaders de la franchise, mais derrière eux, d’autres joueurs pourront être aussi mis à forte contribution, comme Otto Porter. L’ailier a très bien terminé la saison dernière après son arrivée. En inscrivant 5 points de plus par rapport au début de saison, il est presque certain que Jim Boylen continuera à utiliser son ailier qui semble en pleine confiance au sein de sa franchise. Son shoot sera son arme principale, mais sa capacité à rentrer dans la raquette est également très intéressante. Thaddeus Young pourrait également avoir quelques ballons au poste, où il s’exprime plutôt bien. Coby White, Tomas Satoransky ou Wendel Carter pourront eux aussi largement inscrire 10 points par match, ce qui fait un total plutôt important sur le papier.

Photo : Adam Pantozzi / NBAE via Getty Images

Un coaching au centre des doutes

Un coach qui à des choses à prouver. Recruté pour pallier le licenciement de Fred Hoiberg, Jim Boylen n’a pas forcément convaincu la saison dernière. Très critiqué à son arrivée à cause de l’intensité de ses entraînements, ses schémas tactiques n’ont pas su rattraper le coup. Certes, son effectif a été très perturbé à cause des blessures, mais cette saison, son effectif est au complet. La direction ne lui laissera sûrement pas beaucoup de chances de réussir. Il lui faudra donc poser très rapidement les bases, de peur d’être très vite éjecté de son poste dans le cas contraire. Cette préparation sera également très importante car Boylen devra établir une hiérarchie pour le partage du ballon dans un premier temps, mais aussi essayer de faire progresser son équipe en défense.

Des lacunes défensives. La défense des Bulls l’année dernière était l’une des plus mauvaises de la ligue, avec le 25ème defensive rating du classement. Cette saison, ce sera un point-clé pour la franchise si elle veut atteindre les Playoffs. L’arrivée de Thaddeus Young fera le plus grand bien à l’intérieur. Sur les lignes avant, derrière Otto Porter, le niveau défensif reste très faible. Tous les joueurs devront donc travailler dans ce secteur dans les semaines à venir afin d’arriver au meilleur niveau possible lors de la reprise. Jim Boylen devra également travailler sur son organisation, ce qui est évidemment aussi important que le niveau défensif des joueurs.

Un poste 1 qui devra être performant. Chicago pourrait bien rencontrer le même problème que Phoenix la saison derrière au poste 1, à un moindre niveau tout de même. Le poste de meneur est un poste clé pour une franchise, le meneur est censé organiser le jeu la plus part du temps. Zach LaVine est capable de gérer le jeu, mais il présente certaines limites en distribution de passes notamment. Chicago se trouve tout de même dans une situation plus favorable que Phoenix. Dans leurs rangs, les Bulls peuvent compter sur Coby White, Kris Dunn, Tomas Satoransky et Ryan Arcidiacono. Satoransky devrait être titularisé pour le début de saison au vu de sa fin de saison avec les Wizards et du niveau de jeu de sa coupe du monde avec la République Tchèque. Il devrait être intégré dans la rotation tout au long de la saison, mais son niveau en NBA n’a jamais véritablement été celui d’un titulaire indiscutable au poste 1. Derrière lui, ce sont trois jeunes meneurs qui se présentent. Coby White devrait avoir un temps de jeu important au vu de son potentiel, mais rien ne nous indique qu’il ait le niveau d’un véritable titulaire, pour cette saison en tout cas. Kris Dunn et Ryan Arcidiacono sont, eux, un peu plus faibles. Dunn était titularisé la saison dernière mais là aussi, son niveau n’est pas celui d’un titulaire indiscutable, tout comme Arcidiacono, qui était seulement utilisé comme remplaçant en grande majorité la saison dernière. Il faudra surveiller ce secteur pour Chicago, en espérant ne pas les voir en difficulté.

Un partage du ballon qui pose question. L’effectif de Chicago possède, comme nous en avons parlé un peu plus haut, de nombreux joueurs capables de scorer une dizaine de points par match sans soucis. Seulement, un problème vient se poser face à cela, comment le ballon va-t-il être partagé ? En effet, de tels éléments aiment avoir le ballon entre leurs mains, mais ce dernier ne peut pas être dans les mains de tout le monde et il faudra donc le partager. Jim Boylen devra donc se creuser les méninges pour définir une hiérarchie au sein de son groupe, qui devra être respectée par tout le monde mais surtout, satisfaire tout le monde également. Zach LaVine et Lauri Markkanen devraient être les options numéros une, mais derrière, Otto Porter et Thaddeus Young pourraient réclamer quelques balles. Plus important, les jeunes comme Wendel Carter et Coby White devront également être impliqués dans le jeu, avec le ballon, pour espérer les voir progresser.

5 matchs clés de la saison :

7 matchs, du 23 Octobre au 3 Novembre. Avec cet effectif qui semble, les Bulls peuvent, pour certains, prétendre à une place en Playoffs. Pour prétendre à ce statut de contender aux Playoffs, il faudra donc qu’ils s’affirment dès le début de la saison. Ils en auront largement l’occasion lors de ces 7 premiers matchs. En effet, ils affronteront des équipes, toutes de la conférence Est, hormis Memphis Les affronter sera donc l’occasion de montrer aux fans que Chicago sera capable de rejoindre le top 8 en fin de saison. Les 7 équipes seront Charlotte, Memphis, Toronto, New York, Cleveland, Indiana et Detroit. Jim Boylen et ses joueurs ont donc la possibilité de démarrer leur saison sur les chapeaux de roues, si l’effectif se met en route dès le début de saison.

Les rencontres face à Detroit. Ces rencontres semblent dater d’une autre époque, celle de Michael Jordan. Dans la fin des années 80, MJ s’est retrouvé à affronter plusieurs fois les Pistons version “Bad Boys” en Playoffs, qui ne s’empêchaient pas de défendre très – voire trop – dur, créant ainsi une rivalité entre les deux franchises à cette époque. Aujourd’hui, les deux franchises auront, comme tous les ans, l’occasion de s’affronter plusieurs fois avec un objectif commun, rejoindre le top 8. Sur le papier, les Pistons semblent partir largement favoris pour intégrer le top 8 et battre les Bulls, mais Chicago n’a pas dit son dernier mot. Battre Detroit sera dans un premier temps un bon moyen de s’intégrer à la frénésie de fin de saison pour les Playoffs, mais aussi de raviver de vieilles querelles entre les deux franchises.

Le road trip du 16 au 23 décembre. Un road trip de 4 matchs, que Chicago se devra de remporter creuser l’écart face à des concurrents directs aux Playoffs. Contre Washington, Detroit, Orlando et OKC, les Bulls se déplaceront donc 4 fois d’affilée et ces matchs seront cruciaux. En cas de victoires face 3 de ces équipes, ce serait une excellent opération pour Chicago par rapport à leur classement mais aussi pour le mental du groupe. Ne jouant pas le soir de Noël et ne reprenant que le 28 décembre, 5 jours de repos avec le moral au beau fixe est la meilleure chose qui puisse arriver à cette équipe. Ces Matchs seront donc importants si Chicago est encore dans la course aux Playoffs fin décembre.

Le road trip du 30 mars au 8 Avril. Autre road trip, autre ambiance. Celui dont nous avons parlé juste au-dessus semblait abordable pour Chicago, celui-là beaucoup moins. Zach LaVine et ses coéquipiers se déplaceront de l’autre côté du pays, pour y affronter 4 grosses équipes et demie. Phoenix (qui compte pour le demi à l’heure actuelle), Denver, Utah, Clippers et Lakers seront les franchises qui recevront Chicago entre le 30 mars et le 8 avril et ces confrontations seront très délicates pour la franchise de l’Est. Les Bulls n’auront alors plus que 3 matchs à jouer. Dans un moment où chaque victoire comptera, le collectif de l’Illinois devra se serrer les coudes pour ramener le maximum de victoires possible et éviter ainsi de couler derrière leurs opposants.

Le 13 avril face à Orlando. Ce sera l’avant-dernier match de la saison pour Chicago et sûrement l’un des plus importants aussi. Nous continuons toujours de penser que Chicago viendra se mêler dans la course au top 8 tout au long de la saison, jusqu’à la dernière seconde, comme le Magic. Cette rencontre entre les deux équipes pourrait donc être le moment de départager deux franchises. C’est l’une des dates clés pour Chicago, si notre scénario se révèle être correct bien évidemment.

Le mot du fan :

« Avec l’intégration de Tomáš Satoranský et Thaddeus Young dans l’effectif, le roster s’est grandement amélioré. Je pense que nous allons assister à une bonne année pour les Bulls. Satoranský va pouvoir servir des caviars à LaVine et Markkanen, Young comble les manques au secteur intérieur. Le poste 4 est juste dingue aux Bulls. L’équipe BullsFR est optimiste quant à la saison à venir, une place en playoffs est clairement prenable si les blessures épargnent nos jeunes bulls. Ce n’est pas évidemment pas acquis mais je pense qu’il ne fait aucun doute que Chicago sera dans la course aux playoffs. J’ai également hâte de voir ce que vont donner nos deux rookies, surtout avec un tel potentiel offensif concernant Coby White. Pour Gafford, difficile à dire, mais je pense que dans la Bulls Nation, tout le monde a été mis d’accord par les performances du pivot en Summer League… Revenons en à la saison, pourquoi pas 35-40 victoires et une place 8-10 dans cette faiblarde conférence Est ? » – Julien, Community Manager @Bullsfr

Le pronostic : 33 victoires – 49 défaites

Si le 8e spot de la Conférence Est semble être un objectif atteignable, les Playoffs ne doivent pas être la seule finalité de la saison des Bulls, pas même la principale. Ce jeune groupe doit se concentrer sur sa construction et sa progression. Le projet de Chicago est un projet à long terme, tout vient à point à qui sait attendre.

Commenter

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

En haut