NBA

Preview 2019-2020 : Oklahoma City Thunder

C’est une tradition pour chaque média spécialisé autour de la NBA : les previews, une mise en bouche de la saison NBA qui ne saurait tarder à reprendre. Chaque équipe passera donc sous l’œil avisé de l’Analyste et c’est aujourd’hui au tour du Thunder de passer au crible

Après cette intersaison mouvementée du côté de l’Oklahoma, Sam Presti va tenter de mener à bien le début de cette reconstruction, lui qui s’est retrouvé dans une position très instable à la suite de la demande de transfert de Paul George. Le GM a tout de même réussi à se sortir de cette situation avec un nombre incalculable de choix de draft pour les années à venir, récupérés grâce aux transferts de PG 13 donc, mais aussi de Russel Westbrook. 

Bilan de la saison précédente : 49-33 (6e de la conférence Ouest)

L’année dernière, Oklahoma City a terminé la saison régulière avec une 6ème place dans la terrible conférence Ouest, avec un bilan de 49 victoires et 33 défaites. Seulement 5 matchs de différence avec les Nuggets, 2ème de conférence, mais avec un faible écart de 2 matchs avec les Clippers, 8ème. Autant dire que le Thunder aurait pu affronter n’importe qui au premier tour des Playoffs. Sauf que ces quelques victoires d’écart avec les autres grosses écuries du Wild Wild Ouest se sont avérées déterminantes, puisque le Thunder est tombé contre des Blazers revanchards après le sweep infligé par les Pelicans l’année précédente. Après une saison en dents de scie, mais dans l’ensemble assez convaincante, c’est avec un goût amer qu’OKC a pour la troisième fois d’affilée quitté les Playoffs au premier tour. Cette déception fût encore accentuée par cet été dévastateur du côté de l’Oklahoma…

Ils sont arrivées : Shai Gilgeous-Alexander, Danilo Gallinari, Chris Paul, Mike Muscala

Ils sont partis : Russell Westbrook, Paul George, Jerami Grant, Patrick Patterson

Malheureusement pour eux, il est plus que probable de voir l’équipe de Billy Donovan régresser drastiquement au classement cette année. Malgré tout, des joueurs expérimentés comme Paul ou Gallinari peuvent sans doute leur permettre de gagner des matchs.

La situation du Thunder

Source : Basketball Insiders

Situation à la Draft : 1er tour de Draft (envoyé à Philadelphie, protégé 1-20), 1er tour de Draft de Denver (protégé 1-10).

Sans leur manquer de respect, CP3 et Gallinari ont surtout été utilisés pour équilibrer la balance salariale, afin de récupérer un grand nombre de choix de draft. Seul Gilgeous-Alexander était un joueur visé par le Thunder. En effet, avec tous ces transferts, OKC a réussi à cumuler 15 picks de draft entre 2020 à 2026, de quoi aborder l’avenir avec une certaine sérénité. De plus, Presti a en sa possession des contrats expirants comme ceux de Danilo Gallinari et de Andre Roberson, qui cumulent à eux deux une masse salariale de 32 millions de dollars sur la saison à venir. Ensuite, on peut aisément imaginer que le roster du Thunder subira des modifications pendant la saison, avec des potentielles pièces de trade comme Steven Adams, Chris Paul ou encore Dennis Schröder, toujours dans le but de récupérer du talent et des choix de draft à ajouter à leur collection.

L’objectif, cette saison, sera de tenter d’accrocher une place pour les Playoffs, excepté un changement d’effectif avant la trade deadline, ce qui pourrait potentiellement pousser le Thunder au tanking. Avec un total de 135 millions de dollars de masse salariale, il ne serait en rien surprenant de voir Presti s’activer sur le marché des transferts afin de combler ce dépassement de 26 millions par rapport au salary cap de 109 millions. Le but principal est simple : récupérer des picks et du talent en tentant si possible de degager du cap space.

Le verre à moitié plein

Plusieurs joueurs seront très intéressants à suivre cette saison à Oklahoma City. Certains jeunes essaieront de progresser dans ce roster très ouvert, tandis que d’autres plus expérimentés devront prouver au reste de la ligue qu’ils sont encore opérationnels.

1) Chris Paul : Après 2 échecs consécutifs avec les Rockets face aux Warriors, le meneur de 34 ans se doit de rétablir une certaine hiérarchie parmi les meneurs. Souvent moqué à cause de son contrat faramineux signé il y a 2 ans de 160 millions sur 4 ans, il n’en reste pas moins l’un des meilleurs passeurs de l’histoire. Cette année, il aura l’occasion de s’exprimer en leader aux côtés de Steven Adams, mais aussi en mentor avec de jeunes joueurs comme Shai Gilgeous-Alexander. On attend donc un CP3 en mode patron avec l’envie de se refaire une réputation. Aussi, le Thunder pourrait bien s’en servir pour récupérer de nouveaux tour de Draft car, malgré son contrat très lourd, Chris Paul reste un très bon joueur, qui a encore beaucoup à apporter à une équipe NBA.

2) Steven Adams : Le néo-zélandais a souvent une réputation de joueur surcoté, avec un salaire d’environ 25 millions l’année. Bien qu’il ait perdu son compagnon de pick and roll qui l’a fait vivre depuis ses débuts en NBA, il se retrouve maintenant aux côtés de CP3. Que demander de mieux pour un pivot qui cherche à prouver sa valeur ? De plus, avec les départs de Russ et de PG, Adams verra certainement son nombre d’opportunités augmenter, ainsi que son nombre de rebonds (Coucou Brodie). Aquaman doit absolument améliorer ses stats à coup de jeu au poste et de rebonds offensifs dont il a le secret. On se réjouit d’avance de voir sa potentielle comptabilité avec son nouveau meneur, qui le régalera à coup sûr grâce à son magnifique jeu de passe.

3) Shai Gilgeous-Alexander : À la suite d’une bonne année rookie aux Clippers où il a tourné à 10,8 PPG, 2,8 RPG et 3,3 APG, SGA aura la chance de pouvoir se développer dans une franchise qui mise énormément sur lui et sur son potentiel. Un meneur de 1m98, ça ne se croise pas à tous les coins de rue. Il a les capacités pour devenir un joueur majeur de la ligue, avec un chemin tout tracé dans l’état de l’Oklahoma qu’il a l’air ravi de rejoindre. Shai est assurément le meilleur ajout de l’été, lui qui a acquis beaucoup d’expérience en Playoffs avec sa très belle série face aux Warriors dans laquelle il a clairement élevé son niveau de jeu.

4) Darius Bazley : Drafté en 23ème position par Okc le 21 juin dernier, l’ailier fort de 19 ans pourra grandir sous le regard avisé de Paul et de Gallo. Malgré ses lacunes dûes à son jeune âge, le bostonian de 2m06 a le champ libre pour se développer à son rythme. Il ne faut pas s’attendre à des performances dignes d’un Doncic dès sa première année, mais comme mentionné plus haut, le Thunder est à la recherche de potentiel pur. Ce choix de drafter Darius Bazley est donc totalement compréhensible et logique.

Mais tout de même bien vide

Une absence de Franchise Player. Après les départs de Paul George et Russell Westbrook, la franchise est dépourvue de réel leader ou même d’un franchise player. Si Chris Paul, qui n’est pas sûr de passer la totalité de la saison avec ce groupe, semble être le plus apte à occuper cette place. Néanmoins, il sera difficile pour lui de s’imposer si vite dans un nouveau collectif. Steven Adams ne semble pas avoir le profil pour reprendre le flambeau. L’équipe risque donc de manquer de cadre au début de la saison, voire pour la totalité de celle-ci

Un calendrier désastreux. Le problème est que le calendrier d’OKC est considéré comme le plus difficile de toute la ligue, avec, pour point culminant, le mois de novembre. Un véritable enfer :

2/11 vs Pelicans
5/11 vs Magic
7/11 @ Spurs
9/11 vs Warriors
10/11 vs Bucks
12/11 @ Pacers
15/11 vs Sixers
18/11 @ Clippers
19/11 @ Lakers
22/11 vs Lakers
25/11 @ Warriors
27/11 @ Blazers
29/11 vs Pelicans

Le pronostic : 10ème de conférence, 37 victoires ‐ 45 défaites

En imaginant que l’effectif reste semblable à l’actuel, il est difficile d’imaginer Okc arriver à gratter une place dans le top 8 tellement le niveau de l’Ouest est relevé. Cependant, l’effectif paraît assez solide pour se lancer dans la course aux Playoffs et à se glisser dans le ventre mou du classement.

5 matchs clés :

27 octobre : Thunder – Warriors. Rivalité de ces dernières années instaurées par Russ et KD, les affrontements Thunder-Warriors restent indéniablement des matchs à ne pas manquer.

30 octobre : Thunder – Blazers. Après un sévère 4-1 encaissé par le Thunder au premier tour, certains joueurs auront soif de revanche face à la troupe de Lillard et McCollum.

18 novembre : Clippers – Thunder. Chris Paul qui se cache dans un tunnel pendant que SGA et gallo affrontent leur ancienne équipe. Programme plutôt alléchant.

22 décembre : Thunder – Clippers. Le retour de Paul George à OKC après avoir déçu les fans cet été. Immanquable !

9 janvier : Thunder vs Rockets. Probablement une date déjà entourée sur le calendrier par n’importe quel fan de basket… le come back de Westbrook à la Chesapeake Energy Arena. Mouchoirs et antidépresseurs de circonstance.

Triste été pour Oklahoma City, qui a perdu le visage de sa franchise ainsi que son super-lieutenant candidat au MVP et DPOY. Il faut désormais se tourner vers l’avenir, en abordant cette saison comme une étape de transition. Bon courage à tous les fans du Thunder et bonne saison 2019-2020 malgré tout.

Commenter

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

En haut