NBA

Preview 2019-20 : Phoenix Suns

C’est une tradition pour chaque média spécialisé autour de la NBA : les previews, une mise en bouche de la saison NBA qui ne saurait tarder à reprendre. Chaque équipe passera donc sous l’œil avisé de l’Analyste et c’est aujourd’hui au tour des Suns de passer au crible, en espérant peut-être porter chance à une équipe qui risque d’en avoir besoin cette saison.

Les Suns doivent sortir du trou

Bilan de la saison précédente : 19-63 (15e de la conférence Ouest)

Ils sont arrivés : Ricky Rubio (Free agent), Aron Baynes (Free agent), Frank Kaminsky (Free agent), Cameron Johnson (Draft), Dario Saric (Minesota), Ty Jerome (Draft), Cheik Diallo (Free agency), Jevon Carter (Memphis)

Ils sont partis : Josh Jackson (Memphis), Dragan Bender (EuroLeague), Jamal Crawford (Toujours pas contrat), De’Anthony Melton (Memphis), Troy Daniels (Lakers), Richaun Holmes (Sacramento), TJ Warren (Indiana).

Phoenix cherchait un meneur et la direction a fini par trouver un joueur véritablement capable d’évoluer au poste 1, à côté de Devin Booker, en la personne de Ricky Rubio. Derrière un effectif très jeune, ce sont des joueurs intérieurs et un peu plus expérimentés qui viendront apporter leurs conseils à un DeAndre Ayton qui sera, en bon second de Devin Booker, à la tête de la franchise. Ce duo sera, comme l’année dernière, l’axe majeur de la franchise.

Un effectif complet, sur le papier

Source : Basketball Insiders

Le potentiel 5 majeur :

– PG : Ricky Rubio
– SG : Devin Booker
– SF : Kelly Oubre Jr
– PF : Dario Saric
– C :DeAndre Ayton

Situation à la Draft : 1er tour de Draft, 1er tour des Bucks (Protégé 1-7), 1er tour des Celtics (Protégé 1-7), 2ème tour de Draft, 2ème tour des Pistons, 2ème tour des Kings.

Après avoir glané de nombreux premiers choix de Draft ces dernières années, les Suns se doivent désormais de repartir vers les sommets grâce à leurs rookies et les joueurs draftés au cours des dernières années. Les tours de Draft ne devraient plus être une priorité pour la direction, qui utiliseront peut-être même ces choix dans des transferts pour renforcer leur effectif.

Certains de ces picks pourraient éventuellement leur servir à trouver de nouveaux joueurs de banc pour un moindre salaire, mais ces les Suns ne se concentreront probablement pas sur la Draft cette saison au vu des nombreuses années passées au fond du trou.

L’évolution de la franchise. Après plusieurs saisons sans résultats, les Suns se doivent de redorer leur blason. Avec un Devin Booker bien décidé à porter sa franchise, l’effectif qui lui est proposé semble être en mesure de l’aider dans sa quête de résultats collectifs. Il est désormais entouré par un meneur d’expérience, Kelly Oubre a été prolongé afin d’en faire la 2 ou 3e option offensive, des rookies prometteurs ont été drafté… Bref, l’équipe semble, comme nous l’avons dit depuis plusieurs saisons, avoir de quoi espérer accrocher la course aux Playoffs.

Photo : Christian Petersen/Getty Images

Cependant, le nouveau coaching se devra de créer un lien au sein de ce groupe, chose que leurs prédécesseurs ne semblent pas avoir été en mesure d’accomplir, sans quoi, les Suns pourraient bien rester fixés au fond de la conférence Ouest, une fois de plus. Devin Booker devra également se comporter comme un vrai leader sur le terrain, comme en dehors, afin de motiver ses coéquipiers qui semblent avoir pour mauvaise habitude de baisser les bras devant chaque échec.

Enfin un véritable espoir de se qualifier en Playoffs…

Un vrai meneur gestionnaire. C’est un poste qui manquait terriblement de niveau pour la franchise de Phoenix. En effet, malgré un effectif “potable”, si personne n’est capable de diriger le jeu, les joueurs ne peuvent pas se partager convenablement le ballon. Cette année, la direction a mis le paquet, peut-être même trop, mais c’est ce qui sera vital aux Suns cette année. Le meneur espagnol, récent champion du monde, semble être en mesure d’orchestrer le jeu de cette équipe. Capable de scorer derrière un leader, mais aussi de distribuer de nombreuses passes décisives, 7,7 par match depuis le début de sa carrière, Rubio aura un apport offensif considérable à Phoenix. En défense, sa présence pourra également soulager partiellement l’équipe. Autre point positif avec la venue de Ricky Rubio, c’est Elie Okobo qui pourra développer ses capacités de meneur de jeu avec Ricky Rubio, de quoi le voir, peut-être réaliser de gros progrès durant cette saison.

Un effectif déterminé. Au sein de cet effectif, de nombreux joueurs ont des choses à prouver à tous les observateurs de la ligue, que nous sommes. Ricky Rubio, par exemple, aimerait se montrer à la hauteur de son contrat. Nous pouvons également parler de Kelly Oubre, qui aura pour but de réaliser une grosse saison pour laisser quelques regrets aux Wizards. Les exemples sont nombreux. La détermination individuelle de plusieurs joueurs semble pouvoir se transformer en force collective enfin motivée pour mettre Phoenix sur la carte. Nous pourrions donc voir des Suns revanchards sur le terrain, prêt à se battre les uns pour les autres, une chose qui manque à l’équipe depuis quelques années déjà.

Un secteur intérieur construit autour de DeAndre Ayton. Drafté en première position la saison dernière, DeAndre Ayton a été trop peu utilisé par Igor Kokoškov, par rapport au rendement qu’il semble capable d’apporter du moins. Rappelons cumule 16 points et 10 rebonds par match sur sa saison de rookie, sans pour autant avoir de véritables ticket de la part de son coach pour utiliser ses capacités physiques. Avec l’arrivée de Monty Williams sur le banc, tout cela devrait changer. Durant l’intersaison, la direction de Phoenix s’est chargée de faire venir plusieurs joueurs intérieurs dans le but d’entourer Ayton. En effet, avec Kaminsky et Baynes, le but était d’ajouter des joueurs capables d’effectuer le rôle “d’éboueur” de la raquette, c’est à dire de défendre physiquement, de se positionner sur les rebonds et de poser de solides écrans de l’autre côté du terrain. Saric devrait être l’ailier fort titulaire de l’équipe. Avec 38,3% à trois points avec les Timberwolves la saison dernière pour 3,7 tentatives par match, l’ancien finaliste de la course au Rookie Of The Year 2017 a un profil assez atypique. Du haut de ses 25 ans, le poste 4 semble encore avoir une grande marge de progression et devrait faire partie du projet à long terme de Phoenix. Baynes pourrait également être associé à Ayton lors de courtes séquences pour imposer une grosse intensité physique à l’intérieur, pendant que Kaminsky récupérera les minutes laissées par le premier choix de Draft. DeAndre Ayton devrait donc être le chef du secteur intérieur cette saison, avec plus responsabilités offensives, pendant que ses coéquipiers s’occuperont du sale boulot.

Devin Booker, enfin, bien entouré. Devin Booker est celui qui doit porter les Suns vers des sommets jamais atteints par la franchise, le titre. Problème, jouer seul avec des joueurs très loin d’avoir le niveau de titulaires en NBA n’est pas la meilleure condition pour atteindre au minimum les Playoffs. Malgré ses 26.6 points et presque 7 passes de moyenne la saison dernière, Booker n’a toujours rien pu faire pour améliorer les résultats de son équipe. Mais cette année, cela pourrait bien changer. L’arrivée d’un meneur est déjà un signe très encourageant, mais la conservation de Kelly Oubre et l’arrivée de Saric sur les ailes font du 5 majeur de Phoenix une vraie line-up de départ de match. Rubio, Booker, Oubre, Saric et Ayton semblent avoir largement les capacités de scorer chacun leur tour pour l’équipe, pendant que Baynes, Bridges et Johnson pourront s’occuper du sale boulot défensif. Un équilibre entre attaque et défense semble donc avoir été trouvé, sur le papier, mais le plus dur sera désormais de faire fonctionner ces deux “parties” de l’équipe ensemble. C’est pourquoi Monty Williams a été embauché durant cette intersaison.

Un coaching correct sur le papier. En plus de l’effectif, les Suns ont eu énormément de difficultés à trouver un coach capable de structurer un projet autour de Booker. Cette année encore, Phoenix a donc changé d’entraîneur en faisant venir Monty Williams pour remplacer Igor Kokoskov. L’ancien assistant de Brett Brown à Philadelphie débarque dans l’Arizona pour essayer de montrer qu’il sera la personne capable d’enfin réaliser des prouesses sur le terrain avec Devin Booker en chef de file. Très bon, notamment en défense, sa présence devrait entraîner de gros progrès lorsque les Suns n’auront pas le ballon. En attaque, après avoir géré un cinq majeur phénoménal en fin de saison dernière avec Philly, Williams devrait largement pouvoir trouver ses marques pour réussir à créer une cohésion offensive autour du duo “Shaq and Kobe 2.0”. Ses résultats en tant que coach chez les Pelicans ne sont également pas mauvais, avec notamment deux runs de Playoffs, encourageant en vue de cette nouvelle saison.

Booker et Williams ont déjà été en contact grâce à la Team USA, ce qui pourrait être un bon point en terme de relation entre les deux hommes.
Source : Nathaniel S. Butler – Getty Images

… ou une nouvelle déception ?

Une jeunesse fougueuse. C’est ce qui pose problème aux Suns depuis le début de leur période de tanking, la jeunesse ne semble pas assez encadrée. En effet, depuis plusieurs saisons, certains joueurs de l’effectif, comme Devin Booker, ont déjà du être remis dans le droit chemin sur et en dehors des parquets. Les caractères de certains créent donc quelques incertitudes. Cumuler tant de jeunes joueurs au sein d’un effectif pourrait vite devenir problématique. Ces derniers ont acquit une moins grande expérience de la ligue, ce qui leur sera certainement préjudiciable. Malgré la présence que quelques “anciens” dans le groupe, comme Aron Baynes ou Ricky Rubio, les Suns devront apprendre d’eux même, ce qui risque d’être plus long et plus laborieux.

Un manque de mental. Dans tout sport, le mental est une part importante du succès, mais c’est un aspect encore méconnu des joueurs de Phoenix. L’année dernière, en se retrouvant à la dernière place de la conférence Ouest très rapidement, les Suns se sont montrés beaucoup moins incisifs sur le terrain, comme s’ils avaient baissé les bras immédiatement quand bien même la fin de la saison aurait pu leur permettre de travailler un peu plus sur leurs lacunes. Cette saison, si l’équipe veut viser les Playoffs, il leur faudra travailler sur ce point important afin de ne pas désespérer trop rapidement, car rien n’est jamais fini, surtout en NBA.

Un poste 1 trop chargé. Phoenix cherchait à combler un vide à ce poste la saison dernière et a désormais son titulaire : Ricky Rubio. Cependant, beaucoup de joueurs évoluant à ce poste sont arrivés durant les dernières années, sans pour autant avoir les capacités d’occuper un rôle majeur dans la rotation. Avec Rubio et Tyler Johnson, voire Devin Booker sur certaines séquences, le poste 1 des Suns semble bien complet. Cependant derrière eux, nous retrouvons beaucoup de jeunes joueurs : Elie Okobo, Jalec Lecque et Ty Jerome. Les Suns sont beaucoup trop chargés à ce poste alors que leurs besoins ne se trouvent plus réellement de ce côté désormais. Quelques-uns de ces joueurs pourraient donc servir de monnaie d’échange dans un éventuel transfert, ce qui, soyons chauvin, risque de ne pas profiter à Elie Okobo, joueur déjà susceptible de partir avant le début de la saison. S’il venait à rester au sein de la franchise, il lui faudra donc travailler durement pour espérer s’intégrer au sein de la rotation, de manière constante.

L’entente entre Booker et Williams. Nous en avons parlé un peu plus haut, Devin Booker est une forte tête. Or, ce dernier est le meilleur joueur de la franchise pour le moment. Le coach sera donc obligé de passer par lui pour de nombreuses raisons, sur le terrain, comme en dehors. Mais cela sera seulement possible si les deux personnes s’entendent bien, au moins dans le cadre professionnel. En effet, une mauvaise entente entre ces deux acteurs majeurs nuirait fortement à l’ambiance mais aussi à la gestion du groupe. En cas de mésentente, l’arrière pourrait bien déranger tous les plans prévus par Williams pour l’équipe, et donc pénaliser les Suns. Cette entente sera cruciale pour le succès de l’équipe.

5 matchs clés de la saison :

– 23 Octobre 2019 : Sacramento – Phoenix. Ce sera le premier match de la saison pour la franchise de l’Arizona, le premier d’une saison riche en attentes. Cette année doit impérativement être l’année de sortie du fond du classement de la conférence Ouest. Ce match sera disputé face à une équipe ayant un profil similaire, qui sera elle aussi capable de prétendre au top 8. Ce premier match sera donc déjà important pour les deux franchises, et les Suns se doivent de l’emporter pour ne pas envoyer de signes négatifs dès la première rencontre.

– 4 matchs, du 25 Octobre au 30 Octobre. Cette série de 4 matchs interviendra juste après la première rencontre de la saison pour les Suns. Phoenix aura l’occasion d’affronter les meilleurs de la conférence Ouest, autrement dit les Clippers, le Jazz, les Warriors ainsi que Denver. Cette série de rencontres pourrait également être un point clé de la saison de Phoenix. Sur le papier de chacune des rencontres, les Suns ne partent pas favoris, et si l’on suit ces pronostics, Phoenix pourrait vite se retrouver avec un bilan de 1 victoire pour 4 défaites, voire aucune victoire, chose à éviter évidemment. Cette série sera également un bon test pour les Suns, qui se devront au minimum de sortir des 5 premiers matchs avec au moins 2 victoires pour ne pas décrocher trop rapidement, et ne pas avoir le moral au plus bas au sein de groupe.

– 5 décembre 2019 : Phoenix – New Orleans. Ce sera donc la première confrontation entre deux franchises qui se reconstruisent à partir de jeunes joueurs très talentueux et ce match sera également à suivre pour les Suns. Tout comme face à Sacramento, les Suns se devront donc d’affirmer leurs forces et leur caractère face à de potentiels adversaires dans la course au top 8 sur cette première confrontation. Ce match sera également l’occasion de se jauger, même si la saison sera déjà bien lancée. Dans une saison où chaque match comptera, il faudra impérativement s’imposer face à une équipe au profil quasiment similaire, pour montrer que l’heure des Suns ne saurait tarder, plutôt que de stagner dans le ventre mou de la conférence Ouest.

– 6 matchs, du 3 au 16 Janvier. Durant cette période de sortie de fêtes, les Suns devront être au maximum de leurs capacités. En effet, dans une conférence Ouest très dense, ces rencontres seront un enchaînement de matchs qui semble largement à leur portée. Avec New York (deux fois), Memphis, Atlanta, Sacramento, Orlando et Charlotte, les Suns pourraient entrer dans une bonne dynamique en remportant au moins 4 de ces rencontres. Il ne faudra pas manquer d’occasions d’engranger des victoires abordables pour rester dans la course aux Playoffs, si Phoenix s’y trouve encore d’ici là.

– 21 Mars 2020 : Phoenix – Dallas. Cette rencontre est dans le même style que celles citées un peu plus haut avec les Pelicans et Sacramento. Face à une équipe jeune et potentiellement adversaires de Phoenix pour une éventuelle place dans le top 8, Monty Williams devra faire en sorte que son équipe s’impose dans un premier temps, mais montre aussi de réels signe de progression par rapport au début de saison. Tout comme pour les deux autres rencontres citées plus haut, cet affrontement risque d’être important sur cette fin de saison si les deux franchises venaient à se trouver proches dans le classement. Il leur faudra donc remporter ce match pour montrer, encore une fois, le réel niveau auquel peuvent évoluer les Suns, mais aussi pour s’affirmer dans le classement.

Bilan de la saison 2019-2020 : 27 victoires pour 55 défaites.

Malgré des envies et des moyens de viser plus haut, les Suns n’y arriveront probablement pas dès cette saison. Trop de lacunes défensives et une conférence Ouest très dense auront certainement raison de Phoenix. Le jeune effectif des Suns doit se concentrer sur sa progression, la création d’une alchimie et la pose de solides bases qui devront rimer avec continuité.

Commenter

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

En haut