FIBA

Coupe du monde : la France fait plier le géant américain, un exploit historique

Coup de théâtre : à l’issue d’un match étouffant, la France réalise un exploit historique en renversant l’invincible Team USA, 89 à 79. Emmenés par un duo Rudy Gobert – Evan Fournier dominateur, les joueurs français ont su garder la tête froide pour mettre en échec les Américains. Une rencontre pleine de rebondissements qui fait de la France le nouveau favori de cette Coupe du monde.

Dès la première action, les Français ont su prendre un avantage conséquent sur les hommes de Gregg Popovich. Sur un ballon perdu de Kemba Walker pour ouvrir la rencontre, la France s’empare de la balle et tire, sans succès. Mais les coéquipiers de Nicolas Batum ne se découragent pas et récupèrent le rebond offensif, Evan Fournier marquera les deux premiers points du match auxquels il ajoutera très rapidement trois unités. En face, Mitchell fait face à l’arrière du Magic et inscrit le même nombre de points sur un jumper et un tir à trois points réussis. D’entrée de jeu, la défense française est très intense. Kemba Walker est marqué de très près, notamment par Frank Ntilikina, ce qui amène les américains à perdre 5 ballons dans le premier quart-temps. Rudy Gobert ne laisse personne approcher de la raquette et pousse même Myles Turner à commettre deux fautes, incitant son coach à le faire sortir rapidement malgré un contre sur Fournier. Grâce à Donovan Mitchell, la Team USA ne se laisse pas submerger. Le premier quart se termine sur le score de 18-18.

Alors que le match semblait se jouer en défense, les deux équipes se lancent dans une confrontation offensive des plus palpitantes. C’est d’abord Nando De Colo qui marquera un tir à trois points bien loin de la ligne. La France prend un avantage éphémère sur leurs adversaires, qui ne manqueront pas de réagir. Les Etats-Unis font les choses en grand et réussissent un run de 7-0, principalement grâce à Donovan Mitchell et Jaylen Brown. Les Français, eux, sont trop brouillons en attaque et perdent un certain nombre de ballons en essayant de servir Rudy Gobert. Profitant de leur avantage de taille, les Français contrent efficacement le small ball américain. Gobert met une pression constante sur l’équipe des Etats-Unis, des deux côtés du terrain. En attaque, il joue beaucoup sur pick and roll avec Evan Fournier. Il arrivera à provoquer de nombreuses fautes et terminera la première mi-temps avec 10 lancers francs tentés, dont 9 réussis. Mitchell rejoint le banc avec 15 points marqués malgré l’avantage de 6 points des Français.

Le troisième quart-temps commence et les équipes ne lâchent rien. Le tir à trois points de Myles Turner est suivi d’un dunk de Rudy Gobert. La France appuie alors sur l’accélérateur. Batum tire à trois points, il obtient le panier et la faute, donnant ainsi 10 points d’avance à son équipe. Gobert contre Mitchell, qui répondra par un gros dunk par la suite. Les Américains se débattent. Grâce à un Donovan Mitchell des grands jours, la Team USA recolle au score : 60-60. Malgré une bonne fin de quart-temps de la part des deux équipes, les Etats-Unis entament les 10 dernières minutes de jeu avec trois points d’avance, leur premier lead depuis le premier quart-temps.

L’équipe américaine revient alors en force. Harrison Barnes dégaine à trois points et score. Kemba Walker l’imite. Ils prennent alors un avantage conséquent de 7 points. La France semble alors craquer, elle a notamment beaucoup de mal à prendre les rebonds en l’absence de Gobert. L’équipe se réveille petit à petit, d’abord sur un shoot de Nando De Colo. Malgré un coup de sifflet très contesté et un énorme contre de Barnes sur Fournier, la France revient pleinement dans le match. Frank Ntilikina, jusque-là assez discret en attaque, se montre de plus en plus agressif et tire à trois points pour égaliser. La défense de Gobert et un lay-up de Fournier permettent aux Français de reprendre l’avantage. Les Américains jouent alors 4 possessions sans marquer le moindre point, à l’image de leur leader offensif, Donovan Mitchell, qui restera silencieux tout au long du dernier quart-temps. Un dunk de Gobert et un tir contesté de Ntilikina permettra à Vincent Collet de souffler, les bleus prennent un avantage capital pour la fin du match. Par la suite, Gobert contrera Kemba Walker, puis Donovan Mitchell en affrontement direct. Ne lâchant rien en défense, les Français conservent leur avantage. La fin du match se jouent aux lancers, une simple formalité.

Cette victoire, la France l’a notamment assurée au rebond : 44 prises, contre 28 pour les Américains. À lui-seul, Rudy Gobert en a collecté 16, auxquels il ajoute 21 points et 3 contres. Le pivot a été décisif dans ce match, et ce des deux côtés du terrain. Grâce à ses écrans et la pression maintenue à l’intérieur de la raquette, ses coéquipiers ont pu exploiter les failles de la défense américaine. En défense, il s’est positionné en véritable tour de contrôle, dissuadant les adversaires de s’approcher du cercle et les forçant à prendre plus de tirs extérieurs.

Les performances d’Evan Fournier, 22 points et 4 passes, en tant que leader offensif des bleus et celle de Frank Ntilikina, 11 points, qui a su garder son sang froid pour rendre l’avantage à son équipe lorsqu’elle en avait le plus besoin, sont à saluer également. Le collectif français, malgré quelques actions offensives problématiques, s’est parfaitement défendu. Ils ont su mettre une très grande pression aux Américains de leur propre côté du terrain.

Malgré un dernier quart déplorable, Mitchell termine le match avec 29 points, 6 rebonds et 4 passes décisives. Il a permis à son équipe de garder la tête hors de l’eau pendant une grande partie du match. Les Américains ont tiré à 35% à trois points malgré la présence de très nombreux extérieurs et de très bons tireurs au sein de l’effectif mais, surtout, à 66,7% aux lancers francs, contre 84% pour la France. S’ils veulent assurer une victoire face à la Serbie, ils devront se montrer plus adroits.

Pour la première fois en treize ans, l’équipe des Etats-Unis est vaincue. La France retrouvera donc l’Argentine en demi-finale. Après cette victoire, Vincent Collet et ses hommes hériteront sans aucun doute du statut de favoris. Ils devront néanmoins faire extrêmement attention aux prochaines équipes qui se dresseront sur leur route et ne surtout pas se relâcher malgré cette victoire aussi marquante qu’inattendue.

Photo : Sébastien Meunier

Source : FIBA.com
Commenter

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

En haut