NBA

Bradley Beal pourrait quitter Washington : l’intérêt avec le Heat serait mutuel

Véritable leader de la franchise de la capitale depuis les blessures de John Wall, Bradley Beal a montré sur cette fin de saison qu’il avait la carrure pour porter une franchise sur son dos. Ses performances ont séduit les dirigeants de la franchise qui lui ont donc proposé, durant cette intersaison, une prolongation de 3 ans et 111 millions de dollars, offre que le joueur pourrait être amené à refuser. En effet, une autre franchise serait susceptible de l’intéresser pour les prochaines saisons.

Drafté par les Wizards en 2012, Bradley Beal a passé, pour le moment, la totalité de sa carrière chez les Wizards, aux côtés de John Wall. En près de 500 matchs, l’arrière tourne à des moyennes de 20 points par match, à d’excellents pourcentages (45% au tir, 38% à trois points), 3.9 rebonds et 3.7 passes. Capable de créer du jeu pour ses coéquipiers, mais aussi de défendre lorsqu’il le faut, Bradley Beal a montré de gros progrès dans ces secteurs cette saison avec l’absence de son meneur habituel, John Wall.

Drafté pour entourer John Wall, c’est désormais lui le véritable leader de la franchise.
Source : Bulletsforever

A son arrivée, son duo avec le numéro 2 portait les espoirs de tous les fans de la franchise afin d’obtenir, enfin, de bons résultats en Playoffs. Malheureusement, tout ce ne s’est pas déroulé comme prévu. Avec des problèmes de vestiaires notamment, mais aussi un entourage moyen autour de ces deux joueurs, notamment à l’intérieur, les Wizards de Wall et Beal n’ont jamais passé les demi-finales de conférence. Une association désormais de plus en plus remise en cause par les observateurs de la ligue avec les blessures à répétition de Wall, mais aussi à cause de son énorme contrat.

Un avenir bouché à Washington ?

Après 6 saisons dans la capitale, l’arrière de Washington a montré la véritable étendue de son talent en tant que leader d’une franchise. Sur cette saison, nous avons vu qu’il pouvait largement porter les Wizards, en tant que véritable leader, et non comme un simple lieutenant. Cependant, il faudra entourer le joueur plus que cela si la franchise espère jouer les Playoffs tous les ans et même aller plus loin en Playoffs. A l’heure actuelle, il semble quasiment impossible de voir de gros renforts arriver pour entourer l’arrière. En effet, le contrat de John Wall, qui ne joue pas, sera très difficile à bouger car le joueur est blessé et n’a donc qu’une très faible valeur marchande, qui dépendra avant tout de son état de forme à son retour, sur lequel personne n’a de certitudes. Son comportement au sein d’un vestiaire pose également de nombreuses questions. L’association de ces deux points négatifs ralentit donc fortement les potentielles franchises intéressées par le joueur.

L’option qui verrait John Wall partir pour laisser Bradley Beal en leader des Wizards semble très peu probable. La possibilité de revoir les deux joueurs emblématiques des Wizards semble également bouchée. En effet, la direction avait évoqué la possibilité, avant la blessure du meneur, de séparer les deux joueurs via un transfert, par manque de résultats. Il y a donc de fortes chances que John Wall soit sur la liste des transferts à son retour, après avoir prouvé sa valeur lors de quelques rencontres, afin de remonter sa valeur marchande.

Les Wizards, menés par ces deux joueurs, n’ont jamais passés les demi-finales de conférence, ce qui représente un véritable échec pour la direction et les fans.

Pour la direction de la franchise, il y aura donc un choix à faire entre les deux joueurs, pour savoir lequel des deux, sinon aucun, représentera la franchise dans les années en avenir, en admettant la possibilité de voir Bradley Beal partir, une théorie qui semble devenir plus probable ces derniers jours.

Miami, une destination pour un retour aux sources ?

Après certaines rumeurs évoquant la possibilité d’un départ de l’arrière vers les Lakers par exemple, c’est désormais le Heat qui pourrait être intéressé par l’arrière et l’intérêt semblerait commun entre les deux parties, pour plusieurs raisons. Tout d’abord, le joueur a passé ses années universitaires en Floride et connaît donc bien cette région qu’il semble particulièrement apprécier. Dans ce même domaine de l’affectif, Bradley Beal a avoué être un grand fan de Dwyane Wade, qui connaît lui aussi très bien la région. Jouer pour la franchise de son idole pourrait donc être un rêve pour Big Panda, d’autant plus que Flash pourrait bien utiliser son influence sur le joueur pour le faire venir.

Beal porte ce numéro grâce à son idole et a développé son jeu en admirant D-Wade, qui n’hésitera sûrement pas utiliser son influence au près du joueur pour le faire venir à Miami.
Source : The Athletic

Mais Miami n’intéresse pas seulement Beal pour son côté affectif. Le projet du Heat autour de Jimmy Butler, et donc potentiellement autour de lui aussi, pourrait bien l’intéresser. Lorsque l’on compare les deux effectifs de Miami et Washington, sur le papier, les deux équipes semblent avoir le même niveau. Sauf qu’en envoyant Beal en Floride, le Heat aurait tout de suite l’avantage et avec ce duo Butler-Beal, Miami aurait beaucoup plus de chances de pouvoir devenir un contender au titre, plutôt que l’équipe actuelle des Wizards.

Ce duo Beal-Butler pourrait également être très compatible car les deux joueurs ont des profils de jeu assez opposés. BB3 préfère plutôt jouer au large, prendre des shoots à trois points, ce qui à l’opposé de Jimmy Butler, qui préfère jouer à mi-distance. Butler et Beal sont également deux très bons créateurs qui pourraient se trouver facilement sur le terrain, pour se distribuer caviars sur caviars. Sportivement comme affectivement, le projet du Heat pourrait donc fortement intéresser l’actuel joueur des Wizards, mais cela ne devrait pas arriver tout de suite.

Attendre 2021 ou récupérer John Wall, tel est le dilemme

Pour que Beal puisse évoluer sous les couleurs du Miami Heat, il y a pour le moment deux scénarios imaginables. Le premier, et sûrement le plus probable, verrait arriver le joueur lors de la free agency 2021, date d’expiration de son contrat avec Washington. Lors de cette free agency, Miami aurait également une plus grande marge de manœuvre pour récupérer l’arrière. En effet, Miami est dans une situation salariale très compliquée, qui empêche également l’arrivée rapide du joueur.

Ce duo aurait fière allure sur le parquet de Miami, d’autant plus si Pat Riley entoure ces deux phénomènes d’une excellente manière.
Source : Clutch Points

Avec cap space plus que plein, un transfert de Bradley Beal semble quasiment impossible. En lâchant un joueur de ce calibre, les Wizards réclameraient donc une contrepartie plus qu’intéressante, tout en équilibrant les échanges de salaires. C’est précisément à ce moment qu’un problème se pose. Le Heat possède largement de quoi envoyer des joueurs pour compenser l’arrivée du salaire de l’arrière, mais ces joueurs ne représentent pas la moitié de la valeur que possède Bradley Beal. Mais en y ajoutant le plus de tour de Draft possible dans l’échange, il faudrait que la direction de Washington se montre stupide pour accepter une aussi grosse arnaque.

Selon certaines sources proches de la franchise du Heat, pour faire venir Beal via un transfert, avant 2021 donc, Pat Riley semblerait prêt à récupérer le contrat colossal de John Wall, chose qui pourrait intéresser Washington, qui serait ainsi libéré d’une grosse marge salariale. Nouveau problème pour cette éventualité, Miami n’arrivera que très difficilement à lâcher 68 millions de dollars de salaire pour compenser l’arrivée de Wall et Beal. En effet, en étant déjà bien au-dessus du cap space, la NBA n’acceptera pas qu’un transfert soit effectué entre les deux franchises si Miami récupère encore plus de salaire.

Malgré les nombreux messages des fans du Heat, il semble très difficile de voir Bradley Beal arriver en Floride avant 2021 au vu des nombreux problèmes que posent un transfert. Voir Beal jouer pour le Heat relève donc plus du fantasme actuellement que d’une possibilité envisageable. Gardons tout de même cette rumeur dans un coin de notre tête car ce scénario pourrait bien se produire d’ici deux ans et avec une marge salariale pour entourer Butler et Beal, Miami pourrait très bien devenir un très gros prétendant au titre.

Source image : PublicInsta

Commenter

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

En haut