NBA

Rupture des ligaments croisés pour DeMarcus Cousins, les Lakers perdent leur facteur X

Le sort s’acharne sur DeMarcus Cousins. Ce jeudi, The Athletic annonçait que le nouveau pivot des Lakers souffrait d’une rupture du ligament croisé antérieur du genou, une nouvelle lourde de conséquences pour le joueur et sa franchise. Blessure après blessure, l’ancien Franchise Player des Kings de Sacramento avance doucement vers la fin de sa carrière. Autrefois considéré comme le meilleur pivot de la ligue, Cousins n’aura pas pu profiter de son prime pour marquer l’histoire. Aujourd’hui, on en vient à se demander s’il pourra de nouveau contribuer au succès d’une équipe. Malheureusement pour les Lakers, il semble improbable de voir le joueur en violet et or cette saison.

Descente aux enfers

DeMarcus Cousins n’a que rarement connu le succès, mais il a su se faire une place dans la ligue de par son niveau de jeu exceptionnel. 25,2 points, 12,9 rebonds et 5,4 passes par match, en 36,2 minutes de jeu, à 47% au tir. Voilà les statistiques du pivot sur la saison 2017-18, saison lors de laquelle il avait joué 48 matchs avec les Pelicans. Technique, puissant, capable de jouer au poste et de tirer à trois points, Cousins savait tout faire sur un terrain et comptait alors parmi les meilleurs joueurs de la ligue. Quatre fois All-Star et deux fois All-NBA, le numéro 0 semblait avoir trouvé son rythme dans la Nouvelle Orléans, après de nombreuses années en tant qu’emblème de la franchise de Sacramento.

C’est malheureusement une rupture du tendon d’Achille qui viendra mettre fin à ces jours heureux, écartant le coéquipier d’Anthony Davis des parquets pendant une année entière. Après cette blessure, Cousins se mit en quête de victoires. Pivot des Warriors pour 30 matchs de saisons régulières, le joueur avait montré de très bonnes choses à Golden State. Au milieu de Stephen Curry, Klay Thompson et Kevin Durant, l’apport de Boogie était considérable : 16,3 points, 8,2 rebonds et 3,6 passes en 25,7 minutes par match. Bien évidemment, nul ne s’attendait à retrouver le joueur dominant que nous connaissions aux Pelicans. Mais, malgré une blessure aux quadriceps en Playoffs qui paraissait alors anodine, Cousins semblait retrouver petit à petit son niveau de jeu d’entant.

Cet été, il avait choisi de rejoindre LeBron James à Los Angeles, toujours dans le but de jouer pour une équipe victorieuse. Ainsi, le pivot avait accepté de signer aux Lakers pour une saison et 3,5 millions de dollars. Cette signature semblait alors bénéfique aux deux camps. Frank Vogel avait trouvé un pivot fiable sur lequel compter sans réel impact sur les finances de la franchises. Cousins, lui, pouvait espérer s’approcher au plus près du titre avec une équipe prétendante dans laquelle il aurait joué un rôle important. Mais alors que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes, la poisse décide de frapper encore à la même porte. Le diagnostic est posé : DeMarcus Cousins souffre d’une rupture du ligament croisé antérieur du genou gauche. Il devrait probablement manquer la totalité de la saison et, à l’heure actuelle, aucune date n’est prévue pour opérer le joueur.

Après un an de convalescence et une absence lors du deuxième et du troisième rounds des Playoffs cette année, une telle blessure pourrait bel et bien mettre fin à la carrière du pivot. En effet, la santé du joueur de 29 ans ne semble pas lui permettre de tenir le rythme de la grande ligue. La précédente saison devait servir de démonstration au joueur, un moyen de prouver sa valeur. Cette nouvelle saison devait, elle, confirmer ce retour en puissance. C’est une évidence : il s’agit d’un échec total. Les blessures à répétition du pivot deviennent trop inquiétantes pour qu’il puisse espérer retrouver un contrat à la hauteur de son talent. La carrière de DeMarcus Cousins pourrait bien s’arrêter là.

Photo par Chris Graythen/Getty Images

Perte d’un élément clé

Cousins était le joueur parfait pour aider LeBron James et Anthony Davis à atteindre le titre. Du haut de ses 2,11m, il devait apporter de la taille à l’effectif des Lakers. La présence de DMC aurait permis à Anthony Davis de jouer au poste d’ailier fort plutôt que d’endosser le rôle de pivot titulaire et de laisser LeBron James et Kyle Kuzma se cantonner un maximum au poste 3. Un effectif si grand aurait permis au King et ses coéquipiers d’affronter les compositions small ball et les équipes en manque de force intérieure, comme les Clippers, en toute sérénité. Cette équipe des Lakers perd ainsi beaucoup de profondeur mais aussi une capacité d’adaptation, un avantage, qui leur aurait permis de faire la différence face à de grandes écuries.

Historiquement, LeBron a toujours mieux réussi lorsqu’il était entouré de tireurs. Le recrutement des Lakers, qui ont vu arriver Danny Green, Quinn Cook et Avery Bradley cet été, va dans ce sens. Ainsi, un pivot capable d’apporter du spacing à cette équipe semble indispensable. L’absence de Cousins, qui excelle dans ce domaine, créera un manque qui ne peut, dans l’immédiat être comblé que par Anthony Davis. De plus, les Lakers ont besoin de créer une réelle alchimie le plus rapidement possible s’ils envisageant de remporter le titre à court terme. Cette équipe n’a encore jamais réellement jouer ensemble, ce qui a notamment poussé LeBron James à organiser un minicamp dédié aux joueurs afin de développer la cohésion du groupe. Cousins, qui avait joué avec Rajon Rondo et Anthony Davis aux Pelicans, aurait certainement pu contribuer à l’épanouissement de l’équipe en ce point. Tant de lacunes que JaVale McGee, le remplaçant de DMC, ne pourra pas compenser comme l’aurait fait Boogie.

« Il allait jouer un rôle important dans ce que nous allons faire », a déclaré Kyle Kuzma à Tim Reynolds, de Associated Press. « C’est notre métier et c’est quelque chose que nous aimons faire. C’est malheureux pour un gars comme DeMarcus. Vous pouvez voir à quel point il aime le basket malgré toutes ces blessures — il s’est battu et a essayé de revenir le plus tôt possible. »

La première option des Lakers est tout simplement de laisser jouer Davis au poste de pivot et d’accorder un rôle plus important à McGee. Mais cette solution à très court terme présente d’évidentes limites. Une deuxième option à court terme serait de recruter un nouveau pivot pendant la Free Agency. Joakim Noah, qui a très bien joué son rôle de backup à Memphis de par l’énergie et l’intensité défensive qu’il apportait au banc des Grizzlies, pourrait être la cible de la franchise de L.A. Mais les antécédents du joueur et sa relation avec le King sont de réelles obstacles à sa signature. Kenneth Faried pourrait également intéresser le front office de l’équipe. Néanmoins, ces deux options ne sont pas assez alléchante pour sacrifier une place dans le roster, forçant les Lakers à abandonner certaines options à moyen terme et la poursuite d’Andre Iguodala, qui pourrait être coupé prochainement.

En comptant sur la polyvalence d’Anthony Davis et en responsabilisant JaVale McGee, Rob Pelinka pourra explorer de nouvelles pistes. Tout d’abord, certains pivots pourraient être libérés en cours de saison, ou même cet été. Anticiper les buyouts semble être un bon moyen de combler le vide laissé par Cousins. En effet, Tristan Thompson et Bismack Biyombo, deux joueurs aux contrats lourds dans des franchises qui cherchent à s’alléger, pourraient bien quitter leur franchise. Le premier a d’ailleurs déjà joué de nombreuses saisons avec James à Cleveland. Dwight Howard devrait, lui, être coupé par les Grizzlies ou négocier un buyout. Malgré de nombreux problèmes de santé la saison dernière, il reste un joueur d’expérience qui a beaucoup à apporter à une équipe qui vise le titre. À partir du 15 décembre, les Lakers auront la possibilité de mettre leurs assets sur le marché des transferts. Ils pourront ainsi essayer de récupérer Nerlens Noel, représenté par le célèbre Rich Paul, qui semble être le joueur tout désigné pour l’équipe de Los Angeles. Ils pourraient aussi essayer de récupérer Aron Baynes, qui apporterait énormément de taille et de physique à l’effectif, si toutefois ils arrivent à convaincre Robert Sarver de négocier avec la franchise qu’il exècre.

La perte de DeMarcus Cousins est significative pour les Lakers. Pièce parfaitement adapté à cet effectif, il aurait du apporter un avantage conséquent à LeBron James et ses hommes. L’équipe perd énormément en flexibilité, en profondeur, en taille ainsi qu’en spacing et devra se passer d’un très bon joueur la saison prochaine. Néanmoins, Rob Pelinka pourra explorer de très nombreuses options afin de combler ce manque. Pour Cousins, cette blessure pourrait être synonyme de fin de carrière. Après tout, qui sera prêt à parier sur le pivot à son retour ?

Photo : Nathaniel S. Butler

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

To Top