NBA

NBA Awards 2019 : Les joueurs internationaux à l’honneur

La cérémonie des NBA Awards décerne de nombreux trophées, comme celui de MVP ou ROY par exemple, mais aussi d’autres prix plus honorifiques. Présentée par Shaquille O’Neal, la cérémonie s’est montrée forte en émotion et en message envoyés lors des discours de remerciements. On vous récapitule tout cela.

Le MVP: Giannis Antetokounmpo

Dans une course acharnée depuis la fin de saison pour essayer de se départager, James Harden et Giannis Antetokounmpo ont provoqué un petit trashtalking sur les réseaux sociaux entre leurs franchises respectives, qui défendaient bien évidemment les intérêts de leurs joueurs. Cependant, les deux joueurs ont du attendre hier soir pour connaître le lauréat 2019 et c’est le Buck qui a donc été élu.

Arrivé sur scène pour récupérer sa récompense, le grec a alors tenu un discours fort en émotion, parlant notamment de son père, qu’il tenait à remercier malgré son absence, et du rêve qu’il avait de rejoindre la NBA. Il a également remercié sa maman, qu’il a qualifié de héro, pour tous ce qu’elle a fait pour lui et ses frère. Il a tenu a remercier son équipe qui a toujours cru en lui et qui lui a permis d’être le joueur qu’il est aujourd’hui. Il n’a bien évidemment pas oublié ses coéquipiers avec qui il a pu obtenir le meilleur bilan de saison régulière. Son discours s’est également terminé par sa phrase : “It’s just the beginning”, en évoquant son rêve de gagner un titre avec sa franchise.

Pour rappel, Giannis avait des statistiques moyennes cette saison de 27.7 points, 12.5 rebonds et 6 passes de moyennes, pour une réussite totale au shoot de 57%.

Rookie of the Year: Luka Doncic

Autre trophée pour lequel le suspens était intense, celui de rookie de l’année. Après un début de saison du Slovène qui nous faisait penser qu’aucune discussion n’était possible, Trae Young était revenu en force sur les derniers matchs, troublant de nombreux observateurs sur leur futur choix. Au final, c’est bien le Slovène qui a été élu et les votes n’ont pas réellement été serré. 98 voix pour Doncic et seulement 2 donc pour le jeune Hawk. Le résultat semblait logique pour beaucoup et il a bel et bien été confirmé.

Pendant son discours de remerciement plutôt classique, Doncic a tenu féliciter particulièrement Trae Young et DeAndre Ayton, nominés avec lui, ainsi que tous les rookies de cette classe 2018. Ses remerciements sont également allés pour ses coéquipiers et sa famille, tout ce qu’il y a de plus normal.

Sur les réseaux sociaux, Dirk Nowitzki en est également allé de son petit message de félicitation pour son nouveau protégé.

Defensive Player of the Year: Rudy Gobert

Cocorico !! Dans une course tout aussi indécise avec Paul George et Giannis Antetokounmpo, le français n’était aucunement assuré de repartir avec ce trophée. Cependant, grâce à son énorme impact sur la saison du Jazz, notamment en défense donc, le pivot français a obtenu pour la deuxième fois consécutive ce trophée, qu’il convoitait tant.

Most Improved Player of the Year: Pascal Siakam

Pour ce trophée, la discussion entre Pascal Siakam et D’Angelo Russell était bel et bien présente mais le choix semblait déjà fait pour beaucoup de monde. Certes D’Angelo sort d’une saison phénoménale individuelle, comme collective avec ses Nets, mais sa progression n’égale pas celle du Camerounais. Passé de remplaçant à titulaire indiscutable, en devenant par ailleurs la seconde option offensive de sa franchise, Siakam a considérablement augmenté ses moyennes statistiques.

Sur la saison 2017-2018, elles étaient de 7.3 points et 4.5 rebonds en 20 minutes par match. Cette saison, elles sont passées à 16.7 points, 7 rebonds en 30 minutes par match. Son run de Playoffs a également été phénoménal derrière Kawhi Leonard, avec 19 points de moyenne en 37 minutes. Ce trophée lui revient donc logiquement et son discours de remerciement a également transmis un message fort pour les enfants d’Afrique, d’où il est originaire.

Après avoir remercié sa famille, ses coéquipiers et sa franchise qui a cru en lui, Siakam a tenu ces propos:

“Je sais que c’est difficile et que beaucoup pense que c’est impossible. Mais je voudrais leur dire qu’ils doivent croire en leurs rêves, travailler dur pour les réaliser. Comme Nelson Mandela le disait, cela paraît toujours impossible jusqu’à ce que cela soit fait.”

Un message fort pour les jeunes basketteurs africains, continent sur lequel ce sport est en train de connaître un intérêt croissant avec l’arrivée de Siakam mais aussi de Joël Embiid dans la grande ligue.

Coach of the Year: Mike Budenholzer

Pour ce trophée, trois coachs ayant réalisés de très bonnes saisons étaient nominés. Cependant c’est Mike Budenholzer qui est sorti vainqueur. En étant à l’origine de la progression encore une fois de Giannis, mais également du jeu des Bucks qui a considérablement changé en une saison et de la forte progression des Bucks dans l’organigramme de l’Est, ce choix semble logique.

Malgré une élimination en Finales de Conférence, le coach des Bucks a bel et bien été le meilleur entraîneur cette saison, avec des choix forts qui ont permis la réussite de la franchise. Nous pouvons notamment citer l’utilisation de Brook Lopez en tant que sniper, mais également la grande confiance qu’il a donné à Giannis tout au long de la saison et surtout dans les moments importants. Malgré une concurrence rude avec Mike Malone et Doc Rivers, son élection pour ce trophée semblait inévitable.

Sixth Man of the Year: Lou Williams

Une nouvelle fois et pour la deuxième année consécutives, c’est bien Lou Williams qui remporte ce trophée. Un Clipper devait forcément repartir avec ce trophée car Montrezl Harrell également nominé pour cette récompense, mais c’est bien le meilleur de la franchise qui a récupéré le trophée. Grâce à de grosses performances en Playoffs ou encore de gros tirs pour donner la victoire à son équipe, LouWill mérite totalement cette récompense et l’heure de Montrezl Harrell ne saurait tardée.

Domantas Sabonis n’aura pas eu le droit à la moindre considération dans cette discussion tant l’écart était grand entre les deux Clipper et le reste des Sixth Man.

Il y avait également d’autres trophées décernés lors de cette soirée mais beaucoup moins médiatisés, nous vous présentons les lauréats ci-dessous:

Pour le meilleur coéquipier et le meilleur esprit sportif, c’est Mike Conley qui a été récompensé.

Bradley Beal a reçu le trophée de la meilleure participation aux actions “NBA Cares”, visant à aider les personnes en difficulté à travers le monde, organisées par la NBA.

Les Bucks sont repartis avec 3 trophées de cette soirée. Après celui de MVP et de coach of the Year, c’est Jon Horst qui a reçu le prix de meilleur exécutif de la saison.

Derrick Rose a reçu le prix de meilleur moment de l’année pour son match à 50 points contre le Jazz.

Magic Johnson et Larry Bird ont reçu un prix honorifique pour l’ensemble de leur vie et de leur carrière en NBA.

Le Sager Strong Award a également été remis a Robin Roberts, pour son engagement et son aide pour les personnes ayant un cancer du sang.

Le Hustle Award, qui récompense le joueur le plus “combatif” sur le terrain, a été remis à Marcus Smart.

Toutes les récompenses ont donc été décerné hier soir, ce qui conclu parfaitement cette merveilleuse saison 2018-2019. Désormais, nous allons nous focaliser sur la free agency et tout les mouvements que celle-ci provoque. Une chose est sûre, nous garderons énormément de bons souvenirs de cette nouvelle année de basket.

Source image: NBA.com / The Big Lead

Commenter

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

En haut