NBA

Bilan de la saison 2018-2019: Oklahoma City Thunder

Libéré du poids que représentait Carmelo Anthony, le Thunder repartait sur des bases plus saines pour la saison 2018-19. Alors que Paul George semblait bien décidé à partir à Los Angeles, l’ailier a finalement décidé de rester à Oklahoma City pour jouer aux côtés de Russell Westbrook. Après un exercice 2017-18 mitigé, la franchise se voulait rassurante, un objectif partiellement validé.

L’été dernier avait été assez mouvementé pour le Thunder. L’arrivée de Dennis Schröder et de Nerlens Noel ont été, avec le transfert de Carmelo Anthony, les mouvements les plus importants du front office. Josh Huestis, Daniel Hamilton, P.J. Dozier, Nick Collison, Corey Brewer, Dakari Johnson et Kyle Singler sont sortis de l’effectif tandis que Timothé Luwawu-Cabarrot, Hamidou Diallo, Deonte Burton, Tyler Davis, Abdel Nader et K.J. McDaniels faisaient le chemin inverse. L’effectif d’OKC semblait alors plus profond, laissant ainsi entrevoir une nette amélioration cette année.

Parfois excellents contre les grosses écuries, parfois médiocres contre les petites équipes, le Thunder a manqué de régularité sur l’ensemble de la saison. Avec un bilan de 49 victoires pour 33 défaites, soit une seule victoire de plus que l’année dernière, la franchise n’a pas connu l’élévation qu’on lui aurait souhaitée mais reste globalement à la hauteur des attentes. À la surprise générale, Oklahoma City sort en au premier tour des Playoffs, en cinq matchs, contre des Blazers qu’ils avaient pourtant sweepés en saison régulière.

Les points positifs de la saison:

Une défense de fer : Quatrième de la ligue en Defensive Rating, le Thunder a encore une fois brillé de par son intensité défensive. Avec deux excellents défenseurs extérieurs en Russell Westbrook et Paul George et un géant dans la raquette, c’est le talent défensif des joueurs d’OKC qui leur permet de n’encaisser que 106,4 points pour 100 possessions. Malgré une augmentation globale du scoring dans la ligue, leur défense a est restée aussi efficace que l’année dernière (+0,1 de Defensive Rating), notamment grâce au transfert de Carmelo Anthony.

La saison de Paul George : Meilleur intercepteur de la ligue, finaliste pour le titre de MVP mais aussi celui de défenseur de l’année, Paul George a réalisé une saison incroyable sur le plan individuel. L’ancien joueur des Pacers termine la saison avec 28 points (+5,9), 8,2 rebonds (+2,5), 4,1 passes (+0,8) et 2,2 interceptions (+0,2) par match, quatre records en carrière, le tout à 43,8% au tir dont 38,6% à trois points, en 36,9 minutes de jeu par rencontre. Paul George a connu des moments clutchs et des coups de chauds, notamment avec un triple double à 47 points, 15 rebonds et 10 passes. Pourtant limité par des soucis de santé, principalement en fin de saison, Paul George a signé la meilleure saison de sa carrière cette année.

La répartition du ballon : Meilleur passeur de la saison, Russell Westbrook a su faire preuve d’une meilleure lecture du jeu que les saisons précédentes et a assuré une meilleure répartition du ballon sur le terrain. Si la franchise a le 3e pire Assist Ratio de la ligue cette saison, le Thunder a su distribuer le ballon avec intelligence et parcimonie. L’arrivée de Dennis Schröder a également largement contribué à cette amélioration.

Photo par Zach Beeker, Getty Images

Les points négatifs de la saison:

Le manque de sang froid de Russell Westbrook : Sur certaines fins de matchs, lorsque le temps était compté et le score serré, le meneur d’Oklahoma City a manqué de calme et d’adresse. Dans le quatrième quart-temps ou en prolongations, lorsqu’il restait moins de cinq minutes à jouer et que l’écart était de cinq points ou moins, Westbrook n’a marqué que 35% de ses tirs (35/100). Derrière la ligne, les statistiques sont catastrophiques. En effet, l’ancien MVP n’a réussi que 8 des 48 trois points tentés dans le Clutch Time, soit seulement 18,6% de ses tirs. Heureusement, Paul George était là pour sauver les apparences dans les pires moments.

Un problème de coaching : Sur la sellette depuis quelques saisons, Billy Donovan n’a pas su faire taire ses détracteurs. Malgré la défense exceptionnelle organisée par le coach d’OKC, il a encore une fois montré ses limites en Playoffs. Mis en déroute par Terry Stotts et ses hommes, Donovan n’a pas su faire les ajustements nécessaires pour donner une chance de l’emporter à son équipe. Le Thunder s’est naturellement incliné 4 à 1 face aux Blazers. Le coach entre désormais dans la dernière année de son contrat, l’épreuve ultime, lors de laquelle il devra assurer pour ne pas être mis à la porte par la direction de la franchise.

De trop nombreuses blessures : Le Thunder n’a pas été préservé des problèmes médicaux cette année. D’abord, Oklahoma City a été privée d’Andre Roberson, élément défensif essentiel dans la rotation, pour la saison. Cet été, ce sont Paul George et Russell Westbrook qui ont été opérés pour leurs blessures. Aucun joueur de l’équipe n’a joué 82 matchs cette saison, espérons que ces blessures n’auront pas de conséquences négatives sur l’avenir.

Le projet du Thunder : c’est maintenant ou jamais

Russell Westbrook a 30 ans, Paul George en a 29. Le Thunder doit gagner dans les années à venir, avant que le temps ne devienne une barrière à leur ascension.

15 millions de dollars au-dessus de la luxury tax, Oklahoma City doit chercher à se débarrasser de son surplus salarial. Le Front Office cherchera certainement à se débarasser du contrat de Patrick Patterson, qui sera payé 5,7 millions de dollars la saison prochaine, quitte à sacrifier le 21e choix de la Draft. S’il venait à conserver son choix, il devra s’assurer de sélectionner un rookie capable d’avoir un réel impact sur le jeu dès sa première année dans la ligue.

Le Thunder doit chercher à acquérir un ailier capable de tirer, par la Free Agency ou par un transfert. Wes Matthews devrait être l’une de leurs cibles principales cet été. Capable de jouer à plusieurs postes, intense en défense et excellent tireur (38,2% à trois points en carrière), il semble être le joueur parfait pour compléter le cinq majeur d’Oklahoma City. Trevor Ariza et Jeff Green pourraient également se retrouver dans le viseur de la franchise. Nerlens Noel, qui devrait décliner sa Player Option, devra être prolongé ou remplacé par un nouvel intérieur, possiblement Robin Lopez ou Dewayne Dedmon. La direction de la franchise pourrait envisager de transférer Steven Adams et Dennis Schröder afin de modifier l’effectif en profondeur.

L’équipe d’Oklahoma City a encore de belles années devant elle, mais elle doit néanmoins précipiter les choses pour ne pas se laisser dépasser par les événements. Une chose est sûre : le Thunder ne peut pas continuer sur cette voie et des choses doivent changer cet été. Espérons que Paul George et Russell Westbrook reviendront en forme et que nous retrouverons OKC à son meilleur niveau.

Commenter

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

En haut