Actualité

Anthony Davis transféré aux Lakers : it’s showtime

Anthony Davis avait, en milieu de saison, demandé publiquement son transfert. Les Pelicans, alors dos au mur, avaient décidé d’attendre la fin de la saison avant d’accepter une offre. Deux concurrents principaux se dégageaient alors : les Celtics et les Lakers. Très vite, les Knicks, les Nets et les Clippers s’étaient immiscés dans la conversation. En récupérant le quatrième choix de la prochaine Draft, un scénario improbable, les Lakers étaient finalement devenus favoris dans cette course au transfert démesurée. Aujourd’hui, c’est annoncé : Anthony Davis sera transféré aux Lakers.

Les Lakers recevront Anthony Davis. Les Pelicans recevront Lonzo Ball, Brandon Ingram, Josh Hart et trois premiers tours de Draft, y compris le quatrième choix de la Draft 2019.

Forts d’une expérience délicate avec le cas de Paul George, les Lakers n’allaient passer à côté d’une seconde opportunité d’entourer LeBron James avec une seconde star. Arrivé en 2012 dans la ligue, le « Sourcil » n’a cessé de nous impressionner. Il est, sur ces dernières années, l’un des joueurs les plus dominants de la ligue, tant de par son attaque que par sa défense. Six fois All Star et une fois MVP du All Star Game, trois fois meilleur contreur de la NBA, trois sélections dans les équipes All-NBA et tout autant dans les équipes All-Defensive, l’intérieur n’a plus rien à prouver à personne. Une question subsiste peut-être, celle de son physique. Il n’a jamais joué plus de 75 matchs au cours d’une saison, de nombreux observateurs doute de sa capacité à assurer une saison pleine. Il pourra apporter sa taille et sa polyvalence au jeu des Lakers, jouer pivot ou ailier fort et ainsi offrir une meilleure capacité d’adaptation au coaching staff des Lakers. Cette saison, malgré son temps de jeu diminué par sa demande de transfert, il marque 25,9 points, 12 rebonds, 3,9 passes et 2,4 contres à 51,7% au tir. Capable de scorer, de défendre, de créer et de prendre les rebonds, la direction de la franchise a trouvé l’intérieur parfait pour LeBron James.

Pour les Lakers, l’arrivée d’Anthony Davis confirme le projet sportif initié par la signature de LeBron. L’équipe de Los Angeles sera certainement, et ce dès l’année prochaine, considérée comme une potentielle prétendante au titre. La franchise garde une certaine flexibilité financière qui leur permettra de faire une offre à une troisième star, potentiellement Kemba Walker, Kyrie Irving ou encore Jimmy Butler. Le front office aura tout intérêt à entourer LeBron James et Anthony Davis de menaces extérieurs qui pourraient leur faire passer un cap sur le plan sportif. Les Lakers de la saison 2019-20 s’annoncent particulièrement redoutables.

Photo par Harry How, Getty Images

Pour les Pelicans, l’arrivée de Lonzo Ball, Brandon Ingram et Josh Hart est une aubaine. Avec le premier choix de la Draft de 2019, ils sélectionneront, sans nul doute possible, Zion Williamson, marquant l’entrée de New Orleans dans une nouvelle ère. Ball sera le meneur parfait à développer aux côtés de Zion Williamson, les Pelicans devront en faire un véritable chef d’orchestre, une pierre angulaire de leur projet de reconstruction. Brandon Ingram, en fonction de ses problèmes de santé, et Josh Hart sont deux jeunes joueurs très prometteur qui s’inséreront parfaitement dans l’effectif naissant des Pels. Le quatrième choix de la Draft pourrait leur servir à ajouter un talent de plus à leur effectif, éventuellement Jarett Culver.

Les Lakers ont manifestement montré qu’ils plaçaient leur avenir entre les mains de Kyle Kuzma, entre autres. Souvent mentionné dans les rumeurs de transfert, Kuzma devrait rester à Los Angeles et n’est pas menacé par un éventuel départ. Cette saison, il a marqué près de 19 points pour 5,5 rebonds, une excellente production pour un sophomore. Franck Vogel pourrait bien décider d’intégrer le numéro 0 au cinq majeur de l’équipe l’année prochaine.

Cette nouvelle inattendue vient faire trembler l’ensemble de la ligue. Désormais, les Lakers doivent être craints par leurs ennemis et pourraient concourir pour le titre l’année prochaine. De leur côté, les Pelicans rendent leur projet de reconstruction beaucoup plus crédible. Le bilan de cet échange, qui semble gagnant-gagnant au premier abord, sera à faire dans quelques temps, lorsque nous connaîtrons les tenants et, surtout, les aboutissants de cette manœuvre.

(Photo par Harry How, Getty Images)

Commenter

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

En haut