Actualité

La NBA dévoile les All-NBA, All-Defensive et All-Rookie Teams

En NBA, la saison touche presque à sa fin et la période des récompenses individuelles arrive à grands pas. Les sélections des All-NBA Teams sont interprétées comme signe de reconnaissance par les joueurs nommés en vue de la saison qu’ils ont réalisée. Ces nominations peuvent également permettre aux joueurs de gagner plusieurs millions de dollars sur leur contrat actuel et de prétendre à un salaire plus élevé sur les suivants.

All-NBA Teams

First Team : Stephen Curry, James Harden, Giannis Antetokounmpo, Nikola Jokic, Paul George

Dans la première équipe, se retrouvent sans surprise les trois candidats au titre de MVP, à savoir Harden, George et Antetokounmpo. Les résultats de leurs équipes en saison régulière et la régularité de leurs prestations ont été justement récompensées. Curry, le meneur aux deux titres de MVP, figure lui aussi dans l’équipe avec ses 27.3 points de moyenne sur la saison. Pour compléter ce cinq, Jokic, présent dans le top 10 des scoreurs avec 25,1 points, meilleur rebondeur avec 13,0 rebonds par match et aussi dans le top 3 à la passe avec 8,4 passes en moyenne.

Second Team : Damian Lillard, Kevin Durant, Joel Embiid, Kawhi Leonard, Kyrie Irving

Dans la deuxième équipe, se retrouvent plusieurs joueurs ayant marqué la saison de différentes manières. Lilliard parviendra à mener son équipe à une 3ème place dans la jungle de l’Ouest. Durant, lui, grand acteur de la saison des Warriors qui finiront premiers de Conférence a tourné à 26.0 points de moyenne. Embiid en un mot ? Dominant. The Process a malmené la plupart de ses adversaires cette saison mais, malheureusement, sa blessure ne lui a permis de jouer que 64 matches. Kawhi, qui n’avait joué 9 matches avec les Spurs la saison dernière, s’est révélé toujours aussi complet au Canada. En défense, en attaque, The Claw était partout.

Third Team : Russell Westbrook, Blake Griffin, LeBron James, Rudy Gobert, Kemba Walker.

La troisième team tient, elle aussi, sont lot de superstars. D’abord Westbrook, auteur d’une nouvelle saison en triple-double (22,9 points, 10,7 passes et 11,1 rebonds), puis Blake Griffin, qui a permis aux Pistons d’accrocher une belle 8e place synonyme de playoffs. LeBron, malgré la saison décevante des Lakers, reste le King. Gobert, défenseur de l’année 2018, est toujours dans ses standards défensifs. Kemba n’est pas parvenu à amener les Hornets en playoffs malgré la meilleure saison de sa carrière. Le meneur a inscrit 25,6 points et 5,9 passes par match.

Bénéfice, bénéfice…

Damian Lillard et Kemba Walker, qui ont été élus respectivement dans les deuxième et troisième équipes, peuvent désormais prétendre à de grandes augmentations de salaires.

Le premier peut prolonger à Portland cet été, tout comme son coach, pour 191 millions de dollars sur quatre saisons, un scénario fort probable.

Le joueur de Charlotte, pourrait bénéficier d’un contrat à hauteur de 221 millions sur cinq saisons s’il décide de rester à Charlotte à l’intersaison. Les autres franchises pourront au maximum lui offrir 140 millions sur quatre saisons, ce qui représenterait un manque à gagner de 81 millions de dollars pour le meneur.

Le Greek Freek sort lui aussi gagnant à la suite de sa nomination. En effet, le potentiel MVP sera agent libre à l’été 2021, mais il est possible que les Bucks tentent de le prolonger en 2020. Le montant du contrat ? Les Bucks pourraient offrir à leur franchise player environ 247 millions de dollars sur cinq ans ; un record au sein de la ligue avec une dernière année à 56.3 millions de dollars ! Reste à savoir si les Bucks seront prêts à lui offrir un tel contrat. Mais est-ce que Giannis ne préférerait pas les titres à l’argent ? Affaire à suivre…

Crédits photo : Jesse D. Garrabrant

All-Defensive Teams

First Team : Eric Bledsoe, Marcus Smart, Giannis Antetokounmpo, Paul George, Rudy Gobert

Voilà une équipe qui ne se laisse pas faire en défense. On y compte notamment Bledsoe et Giannis, tous deux membres de l’équipe ayant la meilleure défense en NBA (104,9 de Defensive Rating). Marcus Smart, le pitbull des Celtics, mérite lui aussi sa place. Paul George, le meilleur intercepteur de la ligue avec 2,2 ballons volés par match, fait bonne figure dans cette équipe. Pour la troisième saison d’affilée, Rudy Gobert se fait une place dans la first defensive team. Le Français est d’ailleurs le joueur qui a reçu le plus de voix avec 197 points sur 200 possibles.

Second Team : Jrue Holiday, Klay Thompson, Kawhi Leonard, Draymond Green, Joel Embiid

Là aussi, on retrouve une belle équipe : Jrue Holiday, un défenseur avec de bons appuis, Klay et Kawhi deux des meilleurs défenseurs de la ligue à l’extérieur, Draymond Green, le chien de garde des Warriors dont il est le leader défensif et Embiid, très dissuasif, forçant souvent les attaquants à changer de direction.

Les équipes défensives remises en cause

Difficile de choisir seulement dix joueurs pour les équipes défensives. Tout le monde ne peut pas en faire partie. Nombreux sont ceux qui ont remis en cause ces nominations. Les absents notables : Pat Beverley, P.J. Tucker ou encore Myles Turner, le meilleur contreur de la NBA avec 2,6 contres par match.

Les réseaux sociaux ont donc été animés à la suite de l’annonce de ces équipes, notamment avec les tweets de Jared Dudley, Isaiah Thomas ou encore Dwayne Wade :

« Pas de Beverley dans une All-Defensive Team ? C’est irrespectueux et triste. Vous devriez demander aux joueurs qui doit en faire partie. », Jared Dudley.

« Pas de PJ Tucker ! Pas de Kawhi dans la first team. Sérieux les gars ! On devrait avoir 3 votes… Journalistes, joueurs et coachs ! Comme pour les All-Stars. », Dwyane Wade.

Crédits photo : Mike Stobe

All-Rookie Teams

First Team : Trae Young, Luka Doncic, Jaren Jackson Jr, Marvin Bagley III, DeAndre Ayton

Cette année, pour la première fois depuis 1985, les 5 premiers choix de la Draft composent la première All-Rookie Team. La comparaison avec leurs prédécesseurs est flatteuse puisque les rookies de l’époque n’étaient autre que Hakeem Olajuwon, Sam Bowie, Michael Jordan, Sam Perkins et Charles Barkley.

On y retrouve, sans surprise, Luka Doncic et Trae Young, les deux prétendants au titre de Rookie de l’année. Le premier a une longueur d’avance sur le second, mais le jeune meneur des Hawks ne démérite pas pour autant. Auteurs d’une saison hors du commun, les deux novices ont fait preuve de sang-froid et de précocité. Ils sont suivis de prêt par DeAndre Ayton, le premier choix de cette Draft, qui signe lui aussi une excellente première saison à Phoenix avec 16,3 points et 10,3 rebonds par match en moyenne. Jaren Jackson Jr, le diamant brut des Grizzlies, et Marving Bagley III, formidable energizer des jeunes Kings, suivent de près.

Second Team : Shai Gilgeous-Alexander, Collin Sexton, Landry Shamet, Kevin Huerter, Mitchell Robinson

Cet été, personne n’aurait parié sur cette composition : 5 rookies inattendus pour la seconde équipe, et tout autant de bonnes surprises. Gilgeous-Alexander, sélectionné en onzième position, a vite su se rendre indispensable dans l’effectif des Clippers. Souvent titularisé par son coach, il a brillé tout au long de la saison de par sa défense et sa polyvalence. Sexton, le nouveau meneur des Cavaliers, a montré une grande capacité au scoring dans une équipe offensivement médiocre ; il est la première pièce du projet de reconstruction de Cleveland. Aux 76ers puis aux Clippers, Landry Shamet a su se démarquer de par son adresse au tir (9 points par match à 42% à trois points). Sa marge de progression est encore grande, et pourtant, il a su contribuer au succès de son équipe dès sa première saison. Aux côtés de Trae Young et John Collins, Huerter incarne le nouveau projet sportif d’Atlanta. Tout comme Shamet, c’est son tir extérieur qui vaut à l’ailier sa place dans cette équipe. Finalement, c’est Mitchell Robinson qui vient clôturer la sélection. Sélectionné en 36eme position par les Knicks, il est certainement le prospect le plus surprenant de cette classe de Draft. Avec 7.3 points et 6.4 rebonds par match en seulement 20 minutes, les statistiques du pivot sont tout à fait honorable pour un rookie. Mais ce sont ses 2.4 contres de moyenne, un chiffre anormalement haut pour un rookie, qui justifient sa sélection.

Bien évidemment, les choix des votants sont toujours discutables. Cependant, les différents membres de ces équipes ont très largement mérité leur sélection. Que ce soit pour l’argent, pour la gloire ou même pour une simple question d’orgueil, les joueurs voient en leur nomination une marque de respect et une récompense bien méritée pour leurs efforts sur et en dehors du terrain.

Commenter

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

En haut