NBA

Les Warriors éliminent les Rockets : le retour des Splash Brothers

Seul et unique match de la nuit, Houston recevait Golden State pour le Game 6 de cette série. En l’absence de Kevin Durant et DeMarcus Cousins, les Warriors se sont présentés avec un cinq majeur proche de celui des finales perdues en 2016. En face, Houston était au complet et déterminé à arracher cette victoire pour espérer jouer un Game 7 à l’Oracle Arena. Malheureusement pour eux, ce scénario ne se produira pas à cause d’un duo d’arrières qui a repris des couleurs cette nuit. Comme a pu le souligner LeBron James : « il ne faut jamais sous-estimer le cœur d’un champion ».

Discrets sur les premiers matchs des Playoffs, à cause de l’importance de Kevin Durant d’une part, mais aussi d’un manque de réussite au shoot d’autre part, Stephen Curry et Klay Thompson ont été les artisans majeurs de la qualification de leur équipe cette nuit. En l’absence du leader déclaré de cette équipe (KD, d’après les propos de Steve Kerr), c’était donc aux Splash Brothers, aidés par Draymond Green, que revenait la responsabilité de faire gagner la dernière franchise californienne encore en Playoffs.

Pourtant, le match n’a pas commencé idéalement pour l’un des deux. En effet, Stephen Curry semblait passer à côté de son match en première mi-temps. Ses stats sur cette période : 0 point, 0-5 au shoot, 0-2 à trois points, 2 passes et 3 fautes personnelles.

C’est donc sur Klay Thompson que Steve Kerr a dû se reposer pendant ce temps. Et il a eu raison, le joueur s’est montré très adroit tout au long du match, enchaînant trois points sur trois points (7/13) et limitant au mieux l’impact de James Harden et de Chris Paul. Il était déjà à 21 points à la mi-temps, sur 27 au total, pour laisser son équipe dans le match à la mi-temps.

Du côté des Rockets, tout ne se passait pas pour le mieux. James Harden et Chris Paul scoraient, les shoots rentraient parfaitement à trois points. Néanmoins, les joueurs de Mike D’Antoni n’ont pas réussi à creuser d’écart assez conséquent pour se mettre à l’abri. Les Warriors réussissaient toujours à revenir au score malgré la défense très sérieuse de toute l’équipe, même de James Harden. Les deux équipes se quittaient dos à dos à la mi-temps, 57-57.

Au retour des vestiaires, le show Thompson touchait à sa fin, c’était au tour du chef Curry de s’enflammer. Sa deuxième mi-temps nous a totalement fait oublier son début de match digne des plus grands chokes all-time. 33 points, un gros shoot à une minute 30 du terme sur PJ Tucker, pour donner 5 points d’avance à son équipe, les bons shoots aux bons moments pour faire revenir son équipe au score. Le chef a tout fait à la défense texane, le tout accompagné d’un Andre Iguodala en réussite à trois points (5/8).

Harden et Paul ont bien évidemment continué sur le même rythme de scoring en deuxième mi-temps, en réussissant même à créer un écart de 7 points au début du 4ème quart-temps, plus gros écart du match. Mais ils n’ont pas réussi à conserver cet avantage et ont finalement craqué en fin de match.

Après le trois points du Curry sur Tucker, c’est Klay Thompson qui est réapparu dans le match avec un autre gros trois points pour donner six points d’avance aux Warriors, à 36 secondes de la fin du match. Les Rockets auront évidemment tout tenté mais, face à un Stephen Curry très adroit sur la ligne des lancers-francs, impossible de revenir au score. Les Warriors se sont donc imposés 118-113 sur ce dernier match.

Éteints et dépités, les joueurs texans sont rentrés au vestiaire dans le plus grand des silences, dans une salle remplie par des fans déçus, qui laissaient largement entendre les cris de joie des Warriors après leur qualification.

Les Warriors n’ont plus qu’à attendre le match de dimanche soir, entre Denver et Portland, à 21h30 (heure française) pour connaître leurs adversaires en finales de conférence. Si tout se passe bien, ils pourraient même retrouver DeMarcus Cousins et Kevin Durant au cours de la série. Une chose est sûre à Houston, cette défaite aura certainement de plus lourdes conséquences que celles de l’année dernière. Il leur faudra savoir se relever d’une plus grosse chute pour espérer revenir plus forts la saison prochaine.

Commenter

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

En haut