NBA

Les équipes de l’Est se renforcent, la compétition devient rude

La trade deadline a permis aux grosse écuries de la Conférence Est d’améliorer leur effectif. Marc Gasol arrive aux Raptors, Nikola Mirotic à Milwaukee et Tobias Harris a fait son premier match avec les couleurs des Sixers la nuit dernière. Si les Celtics étaient attendus en grands favoris à l’Est, la domination des Raptors et des Bucks ont rendu la discussion plus intéressante. Avec tous ces transferts, les Playoffs s’annoncent encore plus mouvementés que prévu. Un quatuor d’élite se distingue du reste de la conférence et donnera tout pour rejoindre les finales cette année.

« À l’Est, tout le monde pense pouvoir aller en finales car je ne suis plus là », LeBron James.

Depuis 2010, LeBron James n’a jamais manqué une seule finale. Pendant huit années consécutives, le King et ses coéquipiers ont toujours été les finalistes de l’Est. Maintenant qu’il est parti à Los Angeles se pose la question de son successeur pour la saison 2018-19. Même si LeBron était toujours dans la conférence, il ne serait pas sûr d’arriver jusque-là cette année. Les équipes de l’Est sont véritablement dangereuses, pas seulement par rapport au reste de leur conférence.

Toronto Raptors

Les Raptors sont probablement les favoris cette saison. Même s’ils ne sont pas premiers de la conférence, il s’agit clairement de l’équipe qui a le plus de potentiel. Certains de leurs joueurs comptent parmi les meilleurs de la ligue, et ils ont beaucoup d’expérience.

Kawhi Leonard, Danny Green, Serge Ibaka, Kyle Lowry et Marc Gasol : voilà 5 joueurs d’expérience qui ne trembleront pas en Playoffs. Leonard et Green ont tous les deux gagné un titre avec les Spurs en 2014. Kawhi avait même été nommé MVP des finales cette année. Les trois autres joueurs ont déjà beaucoup d’apparition en Playoffs à leur actif. Aucune autre équipe de l’Est ne peut se vanter d’avoir une si grande expérience des Playoffs ou même des finales.

Avec l’acquisition récente de Marc Gasol, les Raptors ont gagné un atout supplémentaire pour vaincre les équipes de l’Est (notre article complet à ce sujet). En effet, le Small Ball de Boston s’avérera bien moins efficace contre un pivot comme Gasol. Les Bucks, qui ont, eux, préparé leur équipe à faire face à ce genre de compositions, ne devraient pas menacer les Raptors sur ce point. De plus, peu de joueurs ont les épaules pour affronter Kawhi Leonard, le leader de l’équipe. Pour le conserver cet été, Toronto devra tout faire pour arriver en finales. Les Raptors ne manqueront pas de motivation.

Dans ce roster, le maillon faible pourrait bien ne pas se trouver sur le terrain mais en dehors. En effet, Nick Nurse, coach des Raptors, en est encore à sa première saison en tant que coach en chef. Bien qu’il ait jusqu’à présent montré de très belles choses avec son équipe, il faudra attendre le mois d’avril pour savoir s’il sera capable de garder son sang-froid en Playoffs. De plus, l’effectif des Raptors ne compte actuellement que 10 joueurs. Ils devront compléter leur équipe pour maximiser leurs chances face aux autres équipes de l’Est.

Milwaukee Bucks

Les Bucks sont actuellement au sommet de la ligue. Avec 41 victoires pour 13 défaites, ils dominent actuellement la NBA. Ils ont le meilleur net rating de toute la ligue et sont polyvalents des deux côtés du terrain. Cependant, les jeunes daims doivent encore faire leurs preuves.

L’équipe a gagné 23 de ses 26 derniers matchs avec Giannis Antetokounmpo. Sur ces 26 matchs, Antetokounmpo score en moyenne 28.1 points, 11.9 rebonds, 5.8 passes, 1.5 contres, 1.5 interceptions à 54.8% au tir. Le Greek Freak est dans la course au titre de MVP, seul véritable concurrent de James Harden. C’est sous l’impulsion de ce monstre que Milwaukee gagne ses matchs, écrasant les petites équipes et triomphants avec labeur contre les meilleures d’entre elles. Aucun doute, Giannis pourrait bien étendre sa domination jusqu’aux Playoffs. Néanmoins, à seulement 24 ans, le joueur manque encore d’expérience. C’est ce critère qui pourrait bien lui causer du tort dans l’ascension des Bucks pour les finales.

Les Bucks ont un des effectifs les plus profonds de la NBA. Son cinq majeur ne manque pas de talent : Khris Middleton participera au All Star Game cette année et Malcolm Brogdon pourrait bien marquer l’histoire avec de nouveaux records d’adresse. Eric Bledsoe, Brook Lopez, George Hill et Nikola Mirotic sont des joueurs fiables sur lesquels Milwaukee pourra compter en Playoffs. Leur coach, Mike Budenholzer, est connu pour être l’un des meilleurs de la ligue sur le plan défensif. Personne, pas même les Raptors, ne peut se permettre de sous-estimer les Bucks cette saison.

Avec l’arrivée de Nikola Mirotic, les Bucks maximisent leurs chances face aux équipes de l’Est cet été, les Celtics en particulier. En effet, la taille de l’ailier fort devrait largement diminuer l’efficacité du jeu Small Ball de Boston. De plus, le joueur devrait parfaitement s’adapter au style de jeu très écarté des Bucks. Nous vous proposons de lire notre article complet à ce sujet en cliquant ici.

Philadelphia 76ers

Cette année, les 76ers sont les outsiders de la compétition. En effet, s’ils disposent d’un cinq majeur impressionnant, ils manquent de profondeur de banc et d’expérience pour faire peur aux Raptors, aux Bucks et aux Celtics. Cependant, ils pourrait bien se frayer un chemin en finales dès cette année.

Ben Simmons – J. J. Redick – Jimmy Butler – Tobias Harris – Joel Embiid, peu d’équipes dans la ligue ont un aussi bon 5 majeur que celui des Sixers. L’effectif souffre cependant d’un manque de profondeur sur le banc. En effet, faire venir Jimmy Butler et Tobias Harris a demandé des sacrifices à la franchise.

Bien que talentueux, les joueurs des 76ers manquent clairement d’expérience. Ben Simmons est encore sophomore et Joel Embiid en est à sa 3e saison en NBA. Tobias Harris a moins d’expérience en Playoffs que les deux joueurs des 76ers. Jimmy Butler (29 ans) et J. J. Redick (34 ans) ont déjà beaucoup plus d’expérience, mais ils ne sont jamais allé très loin en Playoffs. Le Process n’est pas encore terminé, il faudra probablement une année de plus à Philadelphie pour être prêts.

Boston Celtics

La situation est compliquée à Boston. Alors que beaucoup les voyaient déjà en finales après le départ de LeBron, ils n’ont pas été à la hauteur de nos espérances sur cette première partie de saison. La prochaine campagne de Playoffs des Celtics soulève de nombreuses questions.

Après une première saison hors du commun, Jayson Tatum semble s’être arrêté dans sa progression. Le joueur stagne sur le plan statistique et doit passer le reste de la saison avec les Celtics tout en sachant qu’il pourrait bien être transféré aux Pelicans en échange d’Anthony Davis cet été. Jaylen Brown souffre des mêmes problèmes que son coéquipier. Gordon Hayward, lui, n’est pas vraiment revenu de sa blessure. En moyenne, il ne score plus que 10.6 points par match en 25.8 minutes de jeu. Kyrie Irving n’arrive pas à se positionner en leader de l’équipe. Lui qui avait annoncé qu’il prolongerait à Boston cet été est même revenu sur sa parole. Les Celtics doivent aller loin en Playoffs pour convaincre Irving de rester.

L’expérience de Kyrie Irving, 6 fois All Star et champion NBA en 2016, pourrait bien aider les Celtics à arriver en finales. Ils pourront également compter sur Al Horford, défenseur d’élite et joueur d’expérience. De plus, Boston a un effectif très profond (si ce n’est l’effectif le plus profond de la ligue) et plein de talent. Ils pourraient créer la surprise en Playoffs et ressortir vainqueurs de l’Est. Si Boston n’est plus le grand favori de la conférence, ils ont toujours leurs chances.

La compétition sera rude à l’Est, chaque équipe devra se dépasser pour arriver en finales et avoir une chance de remporter le titre. La “conférence faible” de la NBA ne mérite pas son titre. Néanmoins, les Warriors restent largement favoris pour le titre. Il est peu probable de voir l’une de ces équipes battre Golden State dans une série de 7 matchs.

1 commentaire

1 commentaire

  1. Pingback: Boston est dans une situation compliquée, mais où vont les Celtics ?

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

En haut