Dossiers

THE PLAYGROUND, le média de demain

Projet à la fois innovant et fascinant, THE PLAYGROUND est un webzine aux articles travaillés et aux illustrations toutes plus incroyables les unes que les autres. Pour cet article, nous avons eu la chance d’interviewer Stellios, chef de projet et graphiste mieux connu sous le nom de @Dunkakis, et Ronan (@ronan_NcY), l’un des créatifs ayant contribué aux illustrations du webzine. Et maintenant, on en parle en détails ! Spoiler : j’ai adoré.

THE PLAYGROUND c’est une équipe de 16 rédacteurs et créatifs réunis autour de Dunkakis pour 62 pages de graphismes et articles sur la culture basket et NBA. Un projet fou lancé en février 2018. Accueilli avec enthousiasme par la communauté française, il s’agit d’un média original qui saura toucher tous les fans de basket.

Un style unique

L’argument principal de THE PLAYGROUND, c’est son look. L’esthétique globale du webzine est très soignée, ce qui rend la lecture agréable. Tout d’abord, la mise en page, le choix des polices, des éléments graphiques ainsi que des couleurs sont irréprochables. Il en dégage un aspect professionnel qui montre tout de suite au lecteur que THE PLAYGROUND n’est pas l’affaire de quelques jours de travail. Il s’agit d’un produit fini, travaillé, qui nécessite du temps et beaucoup d’implication.

Au delà d’une simple histoire de design, ce sont les illustrations qui donnent vie au magazine. Dunkakis et les 5 créateurs qui l’entourent ont un talent indéniable. Entre dessins originaux et photos retravaillées, chaque lecteur y trouvera son compte. D’ailleurs, nous vous invitons à vous arrêter sur la “salle d’expo” (p.34-37) pour y admirer les différentes créations.

Bien plus qu’un simple média, chaque édition THE PLAYGROUND est une véritable oeuvre d’art. C’est d’ailleurs cet aspect artistique qui a poussé Dunkakis à créer le projet :

« C’est un projet auquel je réfléchissais depuis un moment. Je me suis dit qu’il y avait beaucoup de médias Basket en France, de qualité et très intéressants. Mais on n’avait pas vraiment un média qui lui, assumait totalement de mêler l’art graphique/digital au Basketball. J’avais beaucoup d’appréhension en lançant ce projet, mais j’ai été aidé et encouragé par beaucoup de personnes (certaines d’entre elles faisant partie de The Playground depuis le premier numéro !), et je me suis dit que c’était vraiment l’occasion de lancer ça et voir si ça peut trouver son public. D’autant plus que lorsque j’ai exposé l’idée dans mon entourage, j’ai eu beaucoup de retours pour y participer, c’était super cool et encourageant. » Dunkakis

Ne passez surtout pas à côté du dossier “Playgrounds du Monde” d’Amandine B. (@AmandineB__), des pages 48 à 57, qui vous fera voyager avec de magnifiques photos de playgrounds du monde entier.

THE PLAYGROUND est probablement le seul média dans lequel le graphisme et l’illustration sont aussi importants. Cette initiative originale permet au Webzine de se démarquer des médias traditionnels et de montrer la voie.

Par les fans, pour les fans

Un tel projet ne peut être que l’oeuvre de vrais passionnés, des fous du basket qui portent la NBA dans leurs cœurs. Cette passion, on peut la ressentir à chaque page de cette deuxième édition. Ainsi, THE PLAYGROUND se joint à tous les autres médias tenus par des fans dans leur quête de partager cet amour de la balle orange et de la grande ligue car c’est pour nous, les passionnés, qu’est ce média :

« C’est évident, il y a une réelle communauté Basket, avec des gens passionnés et connaisseurs ! […] Je pense que la communauté NBA en France joue déjà un rôle central dans la création du webzine, avec la contribution de membres de la communauté notamment. » Ronan

Nous avons demandé à Stellios ce qu’il aimait dans le basket, en particulier en NBA :

« Ola… Tellement de choses. Mais si on est un peu plus précis, ce que j’aime le plus dans le Basket, c’est certainement l’alliance entre athlétisme et technique qui est très présente chez certains joueurs. Comme tout le monde, je suis très admiratif des grands shooteurs de l’histoire de ce sport, mais je crois que j’ai une petite préférence pour les “freaks physiques” qui sont passés par la NBA. Comme par exemple KD, LeBron, Shawn Kemp, Vince Carter, Giannis récemment et tellement d’autres. Y’a aussi le handle de certains joueurs qui me rend dingue, Kyrie Irving, Jamal Crawford, Steph Curry, et surtout Iverson qui est le premier à m’avoir fait remarquer que les joueurs pouvaient avoir un handle de malade, maîtriser le ballon orange avec une dextérité et un contrôle absolument monstrueux. » Dunkakis

Beaucoup d’entre nous pourront se reconnaître dans ces mots qui sont, tout simplement, ceux d’un amoureux du basket.

On note par ailleurs la présence de Winston (@PistonsFR), Joris (@ATLHawksFR), Marin (@PacersFRA) et Hugo (@BucksFR), tous les quatre acteurs importants de la communauté de fans francophones et die hard fans de leurs franchises préférées.

Qualité, exclusivité : les maîtres mots des rédacteurs

Quand on parle d’un média basket, l’esthétique ne fait pas tout. Même bien illustré, un contenu médiocre restera médiocre. Mais pas de panique ! Dans THE PLAYGROUND, les articles et interviews sont à la hauteur du style du webzine.

C’est une nouveauté de cette deuxième édition, THE PLAYGROUND fait aussi des interviews… et pas n’importe lesquelles ! Dans ce numéro, vous pourrez retrouver l’interview de Chris Daniels (@ChrisDaniels5), journaliste sportif de Seattle, qui a été invité à parler de la disparition des Sonics en NBA et leur possible retour dans la ligue. Vous y trouverez également celle d’Olivia Époupa (@OliviaEpoupa), joueuse professionnelle ayant notamment remporté la médaille d’or et le titre de MVP de la compétition avec l’équipe de France U20.

Il va de soi que chaque article est vraiment travaillé, le résultat s’avère payant. Mon coup de cœur personnel : l’article de Marin (Pacers FR) sur la “saison surprise” des Pacers.

Un travail d’équipe

Nous vous l’avons dit : THE PLAYGROUND est un projet collaboratif. C’est une équipe de 17 membres au total qui a travaillé à la création du webzine. Cet esprit d’équipe est, d’après son créateur, l’une de ses raisons de vivre du webzine :

« C’était l’occasion de présenter le travail de rédacteurs et de créatifs de tout horizon, qu’ils puissent montrer aux gens ce que produit la fusion de leur passion et de leurs compétences. J’aurais pu m’amuser à illustrer tout le webzine lorsque j’ai eu l’idée, mais je n’y ai même pas pensé, parce que je pense que les gens se seraient lassés et que le plus grand intérêt de The Playground réside justement dans l’éclectisme présent au sein des contributeurs du projet ! » Dunkakis

Au delà d’une simple collaboration, c’est une réelle synergie qui est créée entre les membres de l’équipe :

« L’idée est que les rédacteurs ou Designers proposent des idées de sujets. Ensuite, suivant les affinités pour les sujets, des duos rédacteur/designer sont créés pour chaque projet. Chacun poste son travail sur notre groupe en ligne pour que tout le monde puisse apporter un feedback sur les visuels et articles. Le webzine est encore jeune donc on essaie aussi d’explorer d’autres idées. » Ronan.

Le webzine, média de demain

Avec un format peu commun, THE PLAYGROUND est l’un des premiers (voire le premier) médias basket de ce type en France. Cet élément témoigne encore une fois de l’aspect novateur de THE PLAYGROUND.

Le choix de ce format s’explique simplement par son accessibilité. En effet, le webzine est disponible en ligne, sur issuu.com, et est totalement gratuit. L’intérêt du format, c’est aussi de permettre la lecture en double page, un critère essentiel pour THE PLAYGROUND compte tenu du design et de la construction des articles.

« Le format Webzine a été choisi pour faciliter le partage de The Playground. Le format magazine est quelque chose que je trouve super intéressant, mais le projet est encore en train de naître, de se construire, et faire une version print de The Playground pour lancer le projet aurait été une contradiction ; surtout que c’est un projet collaboratif et que son accès facile en ligne nous permet d’offrir aux gens le fruit de notre travail sans pour autant les obliger à passer dans une librairie. J’estime que ce format webzine est vraiment le mieux pour nourrir notre “fibre” de passionnés ; puis c’est un webzine construit en partie grâce à la communauté, alors c’est normal de lui rendre ça ! » Dunkakis

THE PLAYGROUND est un projet unique qui brille de par sa qualité et son originalité. L’énergie novatrice insufflée par Dunkakis, son créateur, pourrait bien amorcer un changement dans l’univers médiatique de la communauté francophone. Ce genre d’initiative est la raison pour laquelle la communauté NBA francophone est si unie et si fantastique.

Dans le futur, The Playground pourrait bien devenir également un produit physique, un véritable magazine, d’après le chef du projet, une perspective qui nous réjouit ! En attendant, ils cherchent toujours plus de lecteurs afin de pouvoir développer leur projet. Suivez les sur Twitter pour ne pas manquer un seul numéro : @PlaygrndWebzine.

1 commentaire

1 commentaire

  1. Pingback: Amandine B. : voir les Playgrounds différemment

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

En haut