NBA

Rookie de l’année : Une course déjà jouée d’avance ?

La NBA se renouvelle tous les ans avec l’arrivée de nouveaux joueurs. Sortis d’universités, d’Europe ou parfois d’ailleurs dans le monde, ces jeunes réalisent le rêve de toute une vie en entrant dans la grande ligue américaine. L’occasion pour la NBA de récompenser celui qui a démontré le plus sûr et en dehors du terrain avec le titre de Rookie de l’année.

On retrouve de grands noms parmi les tenants de ce titre : Michael Jordan, Shaquille O’Neal ou encore LeBron James. Mais attention, qui dit Rookie de l’année ne dit pas forcement future Hall of Famer mais les franchises peuvent construire autour de ce nouvel arrivant.

A la manière de la NBA, nous avons sélectionné 3 joueurs qui représentent pour nous les favoris pour le titre de cette saison.

LUKA DONCIC (DALLAS)

40G – 19.8 points – 6.7 rebonds – 4.9 assists – 43.5% de réussite

Voilà un OVNI attendu depuis plusieurs années. Le jeune slovène de 19 ans est un crack, et ce depuis ses 16 ans quand il joue ses premières minutes avec le maillot du Real Madrid. À partir de ce moment, son évolution a été impressionnante, il rafle les trophées en club et en sélection avec le championnat d’Europe 2017.

Rapidement repéré, les scouts NBA se mettent à sa poursuite et c’est sans étonnement qu’il compte parmi les premiers choix de la draft cette année. À Dallas, il devient rapidement titulaire et surtout le meneur de cette équipe en reconstruction. Bien couvé par le grand Dirk Nowitzki, Luka Doncic montre qu’il n’est pas seulement un rookie mais aussi un grand leader.

Avec déjà 6 double-doubles et 4 matchs à plus de 30 points , Doncic brille par son aisance au scoring, mais aussi dans la gestion du ballon. Grâce à lui (en partie), Dallas affiche un bilan de 18 victoires pour 22 défaites et, surtout, est passé de 106.3 en offensive rating la saison dernière pour 109.2 cette saison.

Ses arguments

Premier en termes de points parmi les rookies cette saison, Luka Doncic impressionne par sa maturité. Adroit également derrière la ligne des trois points, on sent d’ores et déjà que le talent brut du joueur ne demande qu’à être raffiné.

Il est également de plus en plus reconnu par les fans NBA. Il se classe actuellement 2ème des votes pour le All Star Game dans la jungle de l’Ouest, devant Paul George, Kevin Durant et Anthony Davis. Quasiment assuré de participer au match des étoiles de cette saison, Luka Doncic serait le premier rookie depuis Blake Griffin en 2010-2011.

Ce qui va lui manquer 

À première vue… pas grand-chose. Le bilan de Dallas n’est pas exceptionnel, mais ses autres concurrents ne sont pas non plus dans des équipes du haut de tableau. Finalement, ce qui pourrait porter préjudice à Luka Doncic est qu’il n’est pas américain (ce qui l’a peut-être empêché de devenir le premier choix de Draft) mais, là encore, la NBA n’est pas fermée à donner le titre de rookie de l’année à des étrangers comme Ben Simmons la saison dernière.  

DEANDRE AYTON (PHOENIX)

43G – 16.5 points – 10.6 rebonds – 2.2 passes – 60.0% de réussite

Voilà un premier choix de Draft qui assume ses responsabilités. En arrivant à Phoenix, Ayton savait sûrement à quoi s’attendre : un nouveau projet, un nouveau coach et du travail qui ne paiera (on l’espère) que sur le long terme. Brillant de par son physique lors de ses années à l’université, c’est tout naturellement que le colosse de 2m16 glane la première place de la Draft après un cursus ultra-dominé dans l’université d’Arizona.

Grace à des qualités athlétiques hors normes, DeAndre Ayton rappelle certains grands joueurs, mais le jeune homme semble garder les pieds sur terre et travaille son jeu.

Plutôt à l’aise balle en main, les plus grandes qualités du pivot émergent en sortie d’écran et quand il se place dos au panier. Défensivement, il doit encore travailler son timing de contre. Il affiche 0.7 interceptions et 0.9 contres par match lors de cette saison.

Ses arguments

L’un des principaux atouts de DeAndre Ayton est son physique dominant. Véritable gratte-ciel, le jeune pivot est extrêmement mobile pour son âge, son poids et sa taille. Avec déjà un double-double de moyenne cette saison, Ayton marche sur les traces de Joel Embiid qui avait, lui aussi, réalisé un double-double de moyenne lors de sa saison rookie. Cependant, le pivot des Sixers avait fini à la deuxième place de podium au titre de rookie de l’année 2016-2017 derrière Malcolm Brogdon.

Ce qui va lui manquer 

Le bilan de Phoenix est catastrophique. En plus de faire partie des derniers de la Ligue, les Suns ont l’un des jeux le plus apathique cette saison. Logique dirons nous, mais c’est la grosse épine dans le pied de DeAndre Ayton pour le titre de rookie de l’année. La comparaison avec ses concurrents pourrait se jouer sur le bilan collectif, mais l’apport du pivot reste colossal cependant.

JAREN JACKSON JR (MEMPHIS)

41G – 13.4 points – 4.6 rebonds – 1.2 assists – 52.4% de reussite

Difficile de sélectionner un troisième joueur pour la course au rookie de l’année tant les deux premiers semblent biaiser la compétition. Mais il y a un outsider à ne pas négliger. Le quatrième choix de draft en provenance de Michigan State est aujourd’hui celui qui pourrait faire douter les votants.

Jaren Jackson Jr montre des qualités évidentes depuis son arrivée à Memphis. Il s’impose rapidement parmi les titulaires, aux côtés de Marc Gasol, et bénéficie d’un temps de jeu conséquent qui lui permet de faire parler son jeu offensif. Pas maladroit derrière la ligne des trois-points (33.7%), il doit continuer de travailler sur son shoot à mi-distance pour devenir une arme offensive décisive.

Le pivot repositionné en ailier-fort bénéficie également du bon début de saison des Grizzlies pour s’immiscer dans la course au rookie de l’année, mais les derniers résultats voient la franchise du Tennessee dégringoler dans la conférence Ouest (11 défaites lors des 14 derniers matchs).

Ses arguments

Jaren Jackson est parvenu à devenir titulaire de son équipe très rapidement alors que certains le voyait végéter sur le banc, au moins pour quelques mois, en grappillant du temps de jeu. Individuellement, il doit encore progresser au rebond et sur sa sélection de tirs mais il est le 5ème meilleur marqueur parmi les rookies cette saison. Collectivement, si les Grizzlies parviennent à retrouver un bilan à plus de 50.0% de victoires, Jackson pourrait bel et bien se retrouver dans la course au rookie de l’année.

Ce qui va lui manquer

Ses statistiques individuelles sont très, très loin de celles de ses deux concurrents. Jaren Jackson est un jeune prometteur mais sa saison rookie n’est pas du niveau des autres prétendants au titre de Rookie de l’année. Cependant, ses bonnes prédispositions laissent voir un bel avenir pour l’intérieur des Grizzlies. A confirmer dans les prochaines saisons.

LES MENTIONS HONORABLES

  • Trae Young (Atlanta) : 41G – 15.5 points – 2.9 rebonds – 7.3 passes – 39.4% de réussite
  • Collin Sexton (Cleveland) : 42G – 14.6 points – 3.0 rebonds – 2.8 passes – 41.5% de réussite
  • Marvin Bagley (Sacramento) : 28G – 12.4 points – 6.1 rebonds – 0.9 passes – 53.5% de réussite
  • Wendell Carter (Chicago) : 41G – 10.7 points – 6.9 rebonds – 1.8 passes – 49.4% de réussite
Qui va succéder à Ben Simmons ?

L’AVIS DE LA REDACTION

Paul : Luka Doncic (Dallas)

Souvent critiqué avant son entrée dans la Ligue par les médias américains, le slovène a cloué le bec à beaucoup. Par son aisance, par sa maturité sur le terrain, il est le rookie de l’année et s’il continue à progresser ainsi, il sera l’une des futures grandes stars de la NBA dans les années à venir. Doncic est déjà le meilleur jouer de son équipe à seulement 19 ans et il sera le premier européen vainqueur de ce trophée depuis Pau Gasol en 2001-2002.

Benjamin : Luka Doncic (Dallas)

Autant donner le trophée à Doncic dès maintenant. Le Slovène est trop fort et trop populaire pour vraiment parler d’une course. Avec plus de votes au All Star Game que d’habitants dans son pays natal, le numéro 77 des Mavericks est un vrai phénomène. Il mérite cette distinction plus que n’importe qui d’autre.

1 commentaire

1 commentaire

  1. Pingback: Luka Doncic est le Rookie of the Year, mais Trae Young n'est qu'à un pas

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

En haut