Actualité

Le point sur la saison 2018-19

Bonne année ! Eh oui, nous sommes maintenant en 2019 ! Il s’agit donc du moment parfait pour jeter un oeil dans le rétro et faire le point sur la première partie de la saison 2018-19. Alors même que nous n’avons pas encore dépassé le All Star Game, il y a déjà de trop nombreuses choses à raconter… Allez, on s’y met tout de suite !

Les mauvaises surprises

Boston Celtics (21-15) : Le bilan des Celtics est loin d’être mauvais, mais ils n’ont pas été à la hauteur de nos attentes en ce début de saison. L’équipe que tout le monde annonçait comme un finaliste incontestable après le départ du King avait été placée par beaucoup sur le toit de la conférence Est dans leurs prévisions pour la saison 2018-19. Le partage du temps de jeu, la réintégration de Gordon Hayward, un Jaylen Brown qui semble avoir perdu ses marques et un Jayson Tatum dont l’impact en 2019 pourrait avoir été surestimé sont tant de problèmes que les Celtics essaient de résoudre doucement. Néanmoins, pas de panique à Boston, un certain Kyrie Irving semble avoir pris les choses en main pour relancer le compteur de victoires. L’objectif des Celtics n’est de toute façon pas la saison régulière…

Utah Jazz (18-20) : Tout comme les Celtics, les hommes de Salt Lake City n’ont pas démarré la saison comme prévu. Gênés par un Donovan Mitchell ayant du mal à reprendre les bonnes habitudes de sa première saison dans la ligue et un Rudy Gobert dans un premier temps en guerre avec les arbitres, le Jazz est actuellement à la 11ème place de la conférence Ouest. Un bilan négatif alors que l’équipe était attendue dans le haut du classement, c’est ce qu’on appelle une mauvaise surprise. De plus, alors que le Jazz était la meilleure défense de la ligue l’année dernière (102.9 de defensive rating), ils ont dégringolé en bas du classement en tout début de saison avant de remonter à la 6ème place (105.5). Néanmoins, la course aux Playoffs est très serrées à l’Ouest. Le Jazz ne sont pas hors compétition, ils peuvent largement remonter dans le classement à force de persévérance et de courage.

New Orleans Pelicans (17-21) : Dans un tout autre registre que les deux équipes précédentes, le début de saison des Pelicans est une cruelle déception. Malgré un Anthony Davis monstrueux dont nous auront l’occasion de reparler dans cet article, les Pelicans se contentent actuellement de l’avant dernière place de la conférence. C’est au mono-sourcil parfois assisté par Jrue Holiday ou Julius Randle de porter l’équipe sur ses épaules. Malgré un offensive rating de 112.3 (4ème meilleur de la ligue), et la blessure de Nikola Mirotic ne pouvant qu’aggraver la situation du 5ème pire defensive rating de la NBA (111.7), New Orleans à intérêt à s’activer si elle veut pouvoir conserver sa star qui, malgré sa loyauté, risque de finir par s’impatienter.

Washington Wizards (14-23) : Le début de saison de Washington en un mot ? Anarchique. Les sorciers de Washington ont vécu beaucoup de choses en très peu de temps. Problèmes de vestiaires, blessures à répétition, absences régulières et maintenant un John Wall annoncé out pour la saison… les Wizards ont de trop nombreux problèmes qu’ils n’arrivent pas à gérer. Le classement de Washington parle pour eux : 28èmes de la ligue au defensive rating, 19èmes de l’autre côté du terrain et une actuelle 11ème place à l’Est. Rien ne va dans la capitale et cette équipe qui était annoncée dans le top 5 de sa conférence semble plutôt se diriger vers le 10ème spot.

Les bonnes surprises

Toronto Raptors (28-11) : Prenez le All Star, champion, MVP des finales et double DPOY qu’est Kawhi Leonard, ajoutez un Kyle Lowry à son meilleur niveau, un coach en herbe impressionnant et une profondeur d’effectif incroyable et vous obtenez une équipe à laquelle la saison régulière réussit et de beaux playoffs sont promis. Peut-on réellement parler de surprise ? Pas vraiment. Même si personne n’avait imaginé un si beau départ, beaucoup s’attendaient à voir Toronto apparaître dans le haut du classement. Nous nous devions de saluer ce début de saison exceptionnel.

Milwaukee Bucks (26-10) : De la même manière que celui des Raptors, le bilan des Bucks n’est finalement pas si surprenant. L’arrivée de Brook Lopez et de Mike Budenholzer promettait déjà une nette amélioration. L’étoile montante de Milwaukee, Giannis Antetokounmpo, continue de progresser comme prévu (il est d’ailleurs un candidat sérieux à la course au MVP). Ils ont actuellement le meilleur bilan de toute la ligue et leur progression est significative. D’une saison à l’autre, ils ont bondit de la 18eme à la 3eme place au classement de defensive rating puisqu’ils encaissent désormais 104.0 points pour 100 possessions (5.1 de moins qu’en 2017). Ils sont également passés du 10eme au 1er offensive rating de la ligue avec 113 contre 108.8 en 2017. Les Bucks ont tout simplement surpassé toutes les attentes.

Denver Nuggets (24-11) : Sans faire de gros changements au sein de l’effectif et sans changer de coach, les Nuggets de Denver sont devenu une équipe beaucoup plus dangereuse cette saison. Alors qu’elle n’avait même pas pu participer aux Playoffs en 2018, les Nuggets commencent 2019 à la tête de la Conférence Ouest. Leur Joker, Nikola Jokic, est de plus en plus impressionnant et les jeunes ne cessent de s’améliorer. Malgré de nombreuses, très nombreuses, blessures, les Nuggets gardent la tête haute et montrent du beau basket.

Los Angeles Clippers (21-16) : Certainement la révélation de ce début de saison, les Clippers de Los Angeles se sont révélés être des adversaires tenaces. Avec un Tobias Harris plus déterminé que jamais et un effectif extrêmement complet, les Clippers semblent bien partis pour jouer les Playoffs malgré la perte progressive de leur Big Three. Nous avons d’ailleurs écrit un article à ce propos.

Sacramento Kings (19-18) : Personne ne s’attendait à voir les Kings de Sacramento avoir un bilan positif au début de l’année 2019. Sous l’impulsion d’un De’Aaron Fox plutôt convaincant (18.1 points, 7.5 passes, 3.6 rebonds et 1.7 interception par match à 47.8% au tir dont 38.7% à 3 points), la deuxième équipe la plus rapide de la ligue a pu créer la surprise sans que leur effectif soit profondément modifié.

Les meilleurs joueurs

James Harden : Alors que son équipe avait très mal commencé la saison et que Chris Paul semble avoir pris une vingtaine d’année pendant l’été, le barbu a décidé de prendre les choses en main. Parce que les chiffres parlent d’eux même : 45 points et 6 passes contre les Celtics le 28/12 et 43 points, 13 passes et 10 rebonds contre les Grizzlies pour sa première performance de 2019. Il s’agit du troisième joueur, avec Michael Jordan et Kobe Bryant, à inscrire plus de 400 points sur une série de dix matches consécutifs lors des trente dernières années. Il est actuellement le meilleur scorer de la ligue. Deux critiques à émettre sur The Beard : sa tendance à provoquer des fautes (11.1 lancers francs tentés par match), ce qui peut vite devenir énervant, et son manque d’implication en défense.
Ses statistiques : 33.3 points, 8.4 passes, 5.8 rebonds et 2.1 interceptions par match à 44.7% au tir dont 38.7% à 3 points

Kawhi Leonard : Après une saison sans jouer (ou presque) The Claw revient en forme. Véritable leader de l’une des meilleures équipes de la ligue, Kawhi est indéniablement l’un des meilleurs joueurs de la première partie de la saison. Phénoménal en attaque, omniprésent en défense, Kawhi est peut-être le meilleur two-way player de la ligue, un certain freak lui ferait de la concurrence.
Ses statistiques : 27.3 points, 8.2 rebonds, 2.8 passes et 1.6 interception par match à 49.7% au tir dont 36.1% à 3 points.

Giannis Antetokounmpo : Du haut de ses 24 ans, il domine déjà la NBA. Cette saison, c’est en défense que le Greek Freak a réellement progressé, il est d’ailleurs dans la discussion pour le trophée de défenseur de l’année. Visage de l’équipe au meilleur bilan de la NBA, on a du mal à croire qu’il n’a pas encore atteint son potentiel maximum… Giannis est un monstre qui ne cesse de grandir, il marquera sans aucun doute l’histoire de ce sport. Alors que l’on s’attendait à le voir tirer de plus en plus fréquemment derrière l’arc, il ne prend finalement que 2.3 tirs à 3 points par match pour un taux de réussite de 15.2%. Il compense largement cette lacune par sa capacité à scorer près du panier.
Ses statistiques : 26.3 points, 12.6 rebonds, 6.1 passes, 1.6 contre et 1.3 interception par match à 58.6% au tir.

Anthony Davis : Même si les Pelicans n’ont pas vraiment réussi leur début de saison, le mono-sourcil de la Nouvelle-Orléans, lui, est un titan inarrêtable. 48 points, 17 rebonds, 4 passes, 2 interceptions et 2 contres à 63% au tir face aux Mavericks, voilà le genre de matchs auxquels Anthony Davis nous habitue. Seul contre le monde, Unibrow est le pilier de son équipe. Sans lui, tout s’effondre. Au passage : il n’a que 25 ans.
Ses statistiques : 28.5 points, 13.0 rebonds, 4.5 passes, 2.6 contres et 1.4 interceptions par match à 50.7% au tir dont 32.3% à 3 points

Paul George : Alors qu’il était attendu comme lieutenant de Russel Westbrook, Paul George prend une toute nouvelle dimension dans l’effectif du Thunder cette saison. Alors que les performances du MVP 2017 sont aléatoires, celles de PG13 sont constantes. Chaque soir, il nous régale des deux côtés du terrain et est la principale cause du succès d’OKC sur ce début de saison.
Ses statistiques : 26.4 points, 8.2 rebonds, 4.1 passes et 2.2 interceptions par match à 45% au tir dont 38.5% à 3 points

LeBron James : Sans la moindre surprise, le King fait partie des meilleurs joueurs de la première partie de la saison 2018-2019. Tout comme James Harden et Anthony Davis, il a du prendre les rênes pour que les Lakers soient victorieux. C’est par son intelligence de jeu que LeBron brille. Sur le terrain, il est partout : il score, organise le jeu, prend les rebonds et, bien évidemment, il est le leader incontestable de son équipe. En revanche, il semble avoir laissé la défense de côté en 2018. Malheureusement touché à l’aine dans la victoire face aux Warriors, James sera absent pendant une durée indéterminée.
Ses statistiques : 27.3 points, 7.4 rebonds, 7.2 passes, 1.6 interceptions et 0.8 contres par match à 50.4% au tir dont 34.4% à 3 points

Stephen Curry : Toujours aussi adroit à 3 points, le chef n’est clairement pas sur le déclin pour ses 30 ans. En leader de l’équipe annoncée favori pour le titre, organisateur et principale arme offensive de l’effectif le plus dangereux de toute la NBA, Stephen Curry montre des allures de MVP pour ce début de saison.
Ses statistiques : 28.7 points, 5.3 passes, 5.2 rebonds et 1.4 interception par match à 48.7% au tir dont 45.2% à trois points.

Les meilleurs rookies

Luka Doncic domine clairement la course pour le titre de rookie de l’année 2019. Il est déjà le leader de son équipe, sa première option offensive et, du haut de ses 19 ans, la plus grande star parmi les titulaires. Capable de créer son propre shoot comme de servir ses coéquipiers avec des passes spectaculaires, le Slovène a de la glace qui coule dans ses veines et est promis à un avenir radieux en NBA. Le trade des Mavericks et des Hawks pendant la draft vaudra peut-être sa place à un GM, qui sait ?
Ses statistiques : 19.6 points, 6.5 rebonds, 5.0 passes et 1.1 interception par match à 43.6% au tir dont 37.4% à trois points.

DeAndre Ayton, premier pick de la draft, est lui aussi très prometteur. Du haut de ses 2.16m pour 113kg, le beau bébé de l’Arizona est à la hauteur de nos attentes. Monstre athlétique et futur pivot dominant, le joueur a évidemment su se faire une place au sein de l’effectif des Suns. Même s’il n’est pas aussi mature que Luka, il est lui aussi l’un des meilleurs rookies de cette draft.
Ses statistiques : 17.0 points, 10.9 rebonds, 2.2 passes et 0.9 contre par match à 60.5% au tir.

Jaren Jackson Jr. était décrit pendant la draft comme un joueur au grand potentiel mais ayant besoin de beaucoup de temps pour se développer et commencer à montrer de belles choses. Finalement, il n’a pas pu attendre pour faire parler de lui. Les capacités d’adaptation et le sang froid de Jaren Jackson Jr. sont époustouflants, le joueur montre déjà de très belles choses des deux côtés du terrain.
Ses statistiques : 12.9 points, 4.6 rebonds, 1.2 passe et 1.2 contre par match à 51% dont 33% à 3 points.

Les blessures importantes

DeMarcus Cousins s’était blessé au talon d’Achille en 2018 alors qu’il jouait encore avec les Pelicans. Il va maintenant beaucoup mieux, est parti jouer en G-League et a même humilié Kevin Durant à l’entraînement. Il devrait faire ses débuts avec les Warriors prochainement.

Kristaps Porzingis a lui aussi disparu des parquets depuis 2018 suite à une rupture des ligaments croisés. Du fait de sa grande taille (2.21m), le processus de guérison est très lent et le laiton ne serait pas prêt de revenir jouer pour les Knicks. D’après un rapport médical récent, sa rééducation se déroulerait sans accrocs et la guérison avancerait bien. Il n’est cependant pas encore prêt à reprendre les activités basket.

Caris LeVert avait fait parler de lui un lundi 12 novembre suite à une vilaine blessure qui ressemblait beaucoup à celle de Gordon Hayward en 2017. Finalement, il y avait eu plus de peur que de mal puisque le joueur des Nets n’a que le pied disloqué et n’a pas eu besoin d’opération. Il pourrait retourner avec son équipe dès février.

Kevin Love a disparu au début de la saison suite à une blessure au pied. Le All Star aurait récemment commencé la rééducation et n’aurait plus besoin d’une botte pour marcher. Il vise un retour avec les Cavaliers dans les semaines à venir.

Isaiah Thomas a rejoint les Nuggets cet été afin de prouver sa valeur et éventuellement décrocher un gros contrat en 2019. Pas de chance, à cause d’une blessure à la hanche le meneur n’a pas encore pu jouer. Il pourrait faire ses débuts à Denver dans les prochaines semaines mais aucune date n’est fixée pour l’instant.

Michael Porter Jr. a lui aussi rejoint les Nuggets cet été, mais par la draft. Opéré au dos en octobre, aucune date de retour n’est actuellement prévue pour le rookie même s’il semble se porter de mieux en mieux.

Pour les autres blessures, nous vous invitons à consulter le rapport de CBS Sports.

De nouveaux maillots

Parce que le style compte en NBA, cette année est aussi celle de nombreux nouveaux maillots.

Pour admirer tous ces maillots, nous vous invitons à lire notre article sur les nouveaux maillots city ainsi que celui sur les maillots “Earned Edition”.

La renaissance de Derrick Rose

Triple All Star et MVP 2011, Derrick Rose était sur le déclin depuis plusieurs années à cause de nombreuses blessures l’ayant empêché de jouer à son meilleur niveau voire l’ayant tenu éloigné des parquets. Cette année, le joueur de la saison 2010-11 semble être de retour et est même annoncé comme l’un des favoris au trophée de 6ème homme de l’année 2019.

18.9 points, 4.8 passes et 2.8 rebonds par match à 48.6% au tir dont 46.2% à 3 points en seulement 29.8 minutes, voilà la ligne statistique de Derrick Rose. Le joueur des Wolves a d’ailleurs eu plusieurs coups de chaud cette année, notamment pour établir un record en carrière à 50 points (19-31) face au Jazz en novembre.

De nouveaux records

Le 15 novembre, LeBron James inscrivait 44 points face aux Blazers de Portland pour dépasser Wilt Chamberlain et devenir le 5eme plus grand marqueur de l’histoire. Avec ses 31 966 points, il se rapproche dangereusement de Michael Jordan et pourrait même le dépasser en 2019.

Plus grand nombre de 3 points réussis ET plus grand nombre de 3 points marqués en une mi-temps ET plus grand nombre de 3 points tentés :Le 29 octobre, Klay Thompson marquait l’histoire avec deux nouveaux records face aux Bulls : 14 tirs à 3 points réussis dont 10 dans la première mi-temps pour 24 tentés.

Plus grand nombre de 3 points tentés sans en réussir un seul : Le 23 novembre, Brook Lopez inscrivait un nouveau record face aux Suns avec 12 tirs à 3 points tentés pour un taux de réussite de 0% .

Comme d’habitude, la première partie de la saison est palpitante et pleine de rebondissements. Bien sûr, rien n’est encore joué. Nous ne sommes pas au bout de nos surprises et la course aux Playoffs et aux différents trophées ne sera que plus rude dans les mois à venir. Accrochez-vous !

Commenter

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

En haut